septembre 2012



Ne vous trompez pas, tout ce bruit médiatique autour du « Muslim Rage », cette publication opportune de vidéos chiffon-rouge, ces « unes » de grands magazines montrant des abrutis barbus, la bave aux lèvres et vociférants « allahuakbar »… tout cela ne sert qu’un seul but : quand les bombes se mettront à pleuvoir, l’opinion publique opposée à la guerre dira: « Bon, c’est bien triste, mais ils l’ont bien cherché quand même ».

L’argument colonial « c’est nous les civilisés, laissez nous exterminer les sauvages » est le premier outil de la politique d’agression permanente sioniste depuis 150 ans (ce qui montre bien son caractère intrinsèquement colonialiste).  Hertzl écrivait déjà dans « L’État des Juifs », (p. 95) : « Pour l’Europe, nous constituerons là-bas un morceau de rempart contre l’Asie. Nous serons la citadelle avancée de la civilisation contre la Barbarie ».

En convainquant l’opinion que les Arabes sont des sauvages violents qu’il faut mater (comme le disait encore récemment en « off » le candidat républicain à la présidence U.S. Mitt Romney) le lobby Israël nous prépare à l’expulsion des Palestiniens de l’autre côté du Jourdain et la mise sous curatelle des pays voisins d’Israel. Quand au lobby pétrolier, il se frotte les mains et prépare déjà le prochain « takeover » d’un pays producteur de pétrole réticent…

Comment des pubs racistes ont pu tapisser le métro de New York

[Sylvain Cypel – LE MONDE | 25.09.2012 ]

Alors que le monde a les yeux tournés vers New York et l’Assemblée générale des Nations unies, le métro de la ville accueille, depuis le lundi 24 septembre, une campagne publicitaire ainsi libellée : « Dans toute guerre entre le civilisé et le sauvage, soutenez le civilisé. Soutenez Israël, faites échec au djihad. » Sa promotrice, Pamela Geller, qui dirige l’Initiative américaine pour la défense de la liberté (AFDI), récuse toute offense raciste. Pour preuve, le « sauvage » n’est pas identifié. Elle-même l’est, cependant. Mme Geller patronne en effet une autre formation à l’intitulé plus explicite : « Halte à l’islamisation de l’Amérique ».
L’environnement politique – l’assassinat par des salafistes de l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye, les manifestations antiaméricaines dans l’espace musulman contre un film sur Internet dénigrant le prophète Mahomet… – apparaît favorable à sa spécialité : exacerber les passions. Mais sa campagne d’affichage avait été lancée auparavant, sans doute en lien avec l’élection présidentielle.

Elle a déjà été menée, du 13 août au 4 septembre, à San Francisco (où les autorités locales du transport public ont accueilli des contre-publicités « A bas le racisme » placées à côté des affiches controversées). En revanche, la mairie de Washington a « repoussé » leur diffusion devant le risque de trouble à l’ordre public.

A New York, Mme Geller avait récemment fait placarder sur une ligne de chemin de fer des affiches clamant : « Ce n’est pas de l’islamophobie, c’est de l’islamoréalisme.  » Mais l’Autorité métropolitaine du transport public, la MTA, avait refusé de diffuser ses publicités en arguant de leur « langage avilissant ». Pam Geller a obtenu gain de cause en justice.

Le juge Paul Engelmayer a estimé que son droit devait bénéficier « du plus haut niveau de protection sous le premier amendement » de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression. Ce, a admis le juge, bien que l’on puisse « raisonnablement considérer » que les « sauvages » incriminés sont effectivement les musulmans.

Précédemment grande admiratrice du criminel serbe Radovan Karadzic – elle a beaucoup dénoncé le « mythe de Srebrenica » -, fondatrice du mouvement SION (Stop Islamization of Nations), Pam Geller est, avec David Horowitz et Robert Spencer, du site Jihad Watch, une des figures de proue aux Etats-Unis de la mouvance anti-musulmans (et/ou anti-arabes, selon les cas), dont la rhétorique, sous la protection du 1er amendement, dépasse dans l’outrance tout ce qui serait considéré comme « raisonnablement » licite en France.

M. Spencer a d’ailleurs été nommé par Anders Behring Breivik, l’auteur du massacre d’Oslo en juillet 2011, comme une de ses sources d’inspiration. Mme Geller, elle, voit en Barack Obama « Hussein, le mahométan ». Un homme qui avance masqué « fera tout pour apaiser ses suzerains islamiques » et, a-t-elle expliqué, qui « mène le djihad ».

En 2010, elle fut durant quelques mois régulièrement invitée par la première chaîne nationale américaine, Fox News, pour commenter les sujets ayant trait à l’islam, aux musulmans ou au conflit israélo-palestinien.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/09/25/des-pubs-antimusulmans-dans-le-metro-de-new-york_1765359_3222.html

Publicités

Le gouvernement saisit la CNIL du bug de Facebook

[Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 25.09.2012 ]

Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, et Fleur Pellerin, la ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprise, ont demandé à la direction de Facebook de s’expliquer dès mardi auprès de la CNIL au sujet d’une possible défaillance survenue sur le réseau social lundi. Dans un communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi, les deux ministres précisent qu’ils ont eu « plusieurs échanges avec la direction de Facebook France au sujet d’une possible défaillance technique survenue (…) au moins depuis la mi-journée ».

Les deux ministres « souhaitent que des explications claires et transparentes soient apportées sans délais » aux Français. Ils souhaitent connaître la nature exacte du problème, à savoir : « s’agit-il d’une modification impromptue de la présentation des données qui a désarçonné les utilisateurs ? Ou y a-t-il eu rupture de confidentialité à travers la publication de messages privés ? »

Les deux ministres jugent que l’incident « souligne une fois de plus l’importance de la protection des données personnelles dans l’univers numérique et le manque de transparence quant au traitement de ces données par un acteur tel que Facebook ». (suite…)


Entretien avec un sériephile – Martin Winckler

[Joey Bassett  – Libération – 23/09/2010]

J’ai 57 ans, j’en regarde depuis que j’en ai 10 et je peux dire très tranquillement que le discours des séries a toujours été en avance sur les consensus sociaux, qu’il s’agisse de l’avortement, du féminisme, de l’homosexualité, du sida, de l’euthanasie… Seulement, encore une fois, en France, tout ça a été mis sous le boisseau. On parlait déjà de décriminaliser l’avortement à la télé américaine en 1957 dans The Defenders de Reginald Rose. On y parlait du sida en 1982 dans St Elsewhere, etc.

Quand est-ce que vous avez vu de la critique sociale dans les téléséries françaises, vous ? Ici encore, il s’agit de préjugés qui découlent d’une censure de longue date, qui s’exerce encore même dans la version doublée des dialogues de séries. Quand en 2004, House prescrit deux cigarettes à un patient souffrant d’un intestin irritable, en précisant que ce n’est pas orthodoxe mais que c’est le traitement (ce qui est médicalement parfaitement juste), on lui fait dire, dans la VF : « Mangez deux bols de riz par jour ». Qui est politiquement correct ? House ou les Français ?

Quand, dans la même série, on traduit « Jewess » (Juive) par « Youpine », qui est antisémite ? House ou les traducteurs de TF1 ?
Toutes proportions gardées, le filtrage des séries par les Français est similaire au filtrage du cinéma américain par l’Union Soviétique avant la chute du mur. C’est l’internet qui a fait voler ça en éclat, et c’est heureux. Toutes les trahisons ont été dénoncées par des spectateurs internautes qui préféraient télécharger des séries en VO plutôt que les voir caviardées sur une chaîne française. Et en cela, ils exprimaient le fait qu’ils s’intéressaient beaucoup plus au fond qu’à la forme !!!

DSDH : À l’inverse, la télévision a constamment été accusée de véhiculer des tas de mauvaises choses et les séries, chez nous comme aux Etats-Unis, ont toujours été montrées du doigt. Racisme, violence, sexisme, impérialisme, défaut de réalisme… On a toujours eu, à tort ou à raison, une occasion de dénoncer tel ou tel traitement. À votre avis, pourquoi cette culture populaire, plus qu’une autre, est-elle l’objet de tant d’exigences ?

MW : La culture populaire, c’est l’ensemble des « mauvais » genres. On y parle de sexe, de liberté et d’oppression. C’est une zone de distraction populaire, « vulgaire » pour les puissants, mais c’est aussi la zone trouble des expressions de la révolte individuelle et sociale. La télévision américaine a largement contribué à éduquer les citoyens en leur parlant de choses dont on ne leur parlait pas à l’école ou à l’église. D’où les tentatives régulières des églises et des groupes de pression pour faire interdire telle ou telle série… Ce qu’ils ne feraient pas si elles étaient anodines ou « consensuelles ».

http://feuilletons.blogs.liberation.fr/series/2012/09/entretien-avec-un-s%C3%A9riephile-martin-winckler.html


[Gregor Seither – IES News Service – 20/09/2012]

Paul Ryan, le co-listier ultraconservateur du candidat républicain à la présidentielle U.S., Mitt Romney, était l’invité, en 2005, de l’association libertarienne Atlas Society pour une cérémonie « Hommage à Ayn Rand ». Sur le site de l’association, on peut écouter l’enregistrement de cette soirée. Le discours de Paul Ryan y est fort intéressant. Pour l’éventuel futur vice-président des Etats-unis, la notion même de sécurité sociale et d’assurance maladie publique relève d’une philosophie « collectiviste » et « socialisante ».

En échange, Ryan propose une solution simple : privatiser entièrement la sécurité sociale et l’assurance maladie (Medicare) afin de « forcer les gens à changer de mentalité »,  les convertir d’une philosophie de « collectivisme »  pour en faire des adeptes d’une « philosophie individualiste capitaliste ». Cela permettra d’avoir « plus de gens dans notre camp » qui « cesseront d’écouter les Démocrates ».

Ensuite, José Piñera, l’ancien ministre des affaires sociales sous la dictature de Pinochet a pris le micro pour vanter les mérites du processus ultra-capitaliste mis en place par la dictature, allant jusqu’à parler de « révolution morale » et affirmant que la privatisation de la sécurité sociale au Chili avait transformé les marxistes en capitalistes qui avaient cessé de faire de la politique pour lire l’équivalent chilien du Wall Street Journal. A ce moment là, on peut entendre Ryan approuver bruyamment en s’écriant « Yeah ! », « That’s right ! ».

Concrétisées par les « Chicago Boys« , les économistes chiliens adeptes de l’école économique libertarienne de Milton Friedman, la « révolution morale du capitalisme contre le collectivisme » fit plus de 40 000 victimes emprisonnées, torturées, assassinées au Chili. Les réformes ultralibérales furent menées à marche forcée, la police écrasant toute contestation sociale. Les « atlasiens » du Parti Travailliste néo-zélandais, qui furent de grands admirateurs de la « réforme chilienne » et mirent en place le « New Zealand Experiment » de réformes ultralibérales dans les années 1980 le disent d’ailleurs très clairement :

Si l’on veut mener une politique d’ajustement structurel, l’idéal est de pouvoir le faire dans une situation ou l’opposition politique à ces réformes peut être discréditée, handicapée par tous les moyens et, si nécessaire, réprimée. Il faut une équipe de technocrates qui ont une vue commune et cohérente de ce qui doit être fait. Cette équipe doit avoir les leviers du pouvoir exécutif en main et pouvoir orienter de manière efficace l’opinion publique par un accès privilégié aux médias. Il faut un leader qui ait une vision historique et qui n’ait pas à se soucier des retombées politiques ou électorales de ces réformes radicales et profondes. Le contrôle qu’exercera l’équipe sur l’opinion, permettra de se protéger de telles retombées. (citation)

Discours de Ryan : http://www.atlassociety.org/ele/blog/2012/04/30/paul-ryan-and-ayn-rands-ideas-hot-seat-again


Encore un beau spam qui vient de tomber dans notre boîte aux lettres !  De toute évidence, les femmes en hijab enflamment la libido de certains !

Nous nous sommes empressés de le faire suivre aux connards racistes de Riposte Laïque, c’est sûr que ca va les faire bander  🙂

(note aux pisse-froids et aux talibans: c’est du NSFW, alors ne cliquez pas, vous savez bien ce qu’il y a sur la photo)

L'islamisme conquiert le porno

De toute évidence, les femmes en hijab enflamment la libido de certains !


Prendre ses rêves pour la réalité, s’imaginer que la scène du théâtre bobo-révolutionnaire c’est la vraie vie, tourner en rond dans le vivarium alter-gaucho en croyant que c’est le vrai monde… on connaît tout ça. Depuis 1968, les « mouvements sociaux » servent surtout de tremplin et de business plan à une petite minorité d’arrivistes issus de la classe dominante et qui en tirent des livres, de la renommée, un boulot dans une agence de pub voire une carrière politique…  ou tout simplement une gratification sexuelle.

Tous les dix ans, le cirque recommence… pendant ce temps là, le « vrai » peuple, celui qui n’arrive pas à boucler ses fins de mois et qu’on ne voit jamais dans les manifs, lui il subit la « vrai réalité » (et devient djihadiste ou bien vote Le Pen)

Leçon à retenir pour la révolution : sortir de l’aquarium, arrêter de se complaire dans la petite bulle confortable de ceux qui pensent comme vous, ouvrir les yeux sur le  monde tel qu’il est et non pas tel qu’on voudrait qu’il soit… et surtout, surtout… ne pas croire qu’on a gagné le combat juste parce que les journaux écrivent des articles gentils sur vous ou qu’on a des bons sondages !

Elections au Québec : «Un choc pour les étudiants»

[Libération – 06/09/2012]

Le Parti québécois reprend la main dans la province francophone. Cette formation souverainiste de centre gauche a remporté les législatives de mardi. Jean Charest, Premier ministre qui a tenu une ligne dure cette année face aux étudiants mobilisés contre la hausse des frais de scolarité, laisse le poste qu’il occupait depuis 2003 à Pauline Marois. Mais il limite la casse.

Avec 54 sièges au Parlement, contre 50 pour les Libéraux, la nouvelle Première ministre, dont le programme de centre gauche était ambitieux, n’aura que très peu de marge de manœuvre, nuance Eric Pineault, professeur au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal.

La victoire du Parti québécois a-t-elle de quoi surprendre ?

Ce qui me surprend surtout, c’est que le Parti libéral, arrivé en deuxième position, ait si bien résisté, y compris à Montréal où la mobilisation contre la hausse des frais de scolarité a été la plus dure. A Laval, une banlieue du nord de Montréal plutôt classe moyenne, le vote pour les Libéraux a été massif. Ce sont les parents des manifestants ! Pour les étudiants, il y a un effet de choc. Portés par l’ampleur des manifestations et l’entre-soi des réseaux sociaux, ils pensaient avoir infligé un sérieux coup aux Libéraux. Ce résultat, qui montre qu’une partie de la société québécoise continue à se reconnaître dans le parti libéral, les oblige à une prise de conscience sur la division de la société. Ce qu’ils pensaient être un consensus n’en était pas un.

Je crois qu’on a aussi sous-estimé l’impact de la couverture de la mobilisation par la presse traditionnelle de droite, qui présentait les manifestants comme des vandales. Ce message a porté auprès d’une partie de la population.

http://www.liberation.fr/monde/2012/09/05/elections-au-quebec-un-choc-pour-les-etudiants_844194


[Le Monde Informatique – 04/09/2012]

12 millions d’identifiants iOS auraient été dérobés sur l’ordinateur d’un agent du FBI. C’est le groupe de hackers AntiSec qui déclare être parvenu à s’emparer de la banque de données grâce à une faille Java exploitée en mars dernier.

Le groupe de hackers, formé d’Anonymous et d’anciens membres de LulzSec, assure avoir dérobé près de 12 millions d’identifiants iOS au FBI. Opérant sous le nom AntiSec, le collectif a déjà fait parler de lui à de nombreuses reprises. Aujourd’hui, il assure être en possession de plus de 12 millions d’identifiants UDID (Unique Device Identifier) propres à chaque appareil iOS d’Apple. Les hackers reprochent ainsi au FBI d’être en possession d’une base de données enrichie d’informations personnelles très précises.  (suite…)

Page suivante »