décembre 2009



Il fut un temps ou les Palestiniens étaient l’alibi qui permettait aux régimes totalitaires du monde arabe d’écraser toute dissidence interne, au nom de la lutte contre l’ennemi sioniste.

Aujourd’hui les Palestiniens sont les révélateurs de l’hypocrisie de ces mêmes régimes, qui s’allient avec Israël tout en continuant à brandir la rhétorique combative pour se maintenir au pouvoir.

La contradiction de cette posture sera leur pierre d’achoppement. On peut espérer que, dans un avenir proche, les moujahid sauront régler leur compte à ces ordures compradores et tortionnaires que sont Mubarak en Egypte, Ben-Ali en Tunisie, Hussein en Jordanie, Hassan au Maroc, Assad en Syrie etc etc. etc.

[Mustapha Cherif – Philosophe – Journal l’Expréssion – Algérie – 24/12/ 2009 – Page 14]

Qui viole les conventions humanitaires en infligeant une «punition collective» à un peuple démuni? Israël.
Qui opprime, colonise et bafoue le droit international? Israël.
Qui refuse la paix et sabote tous les efforts diplomatiques? Israël.
Qui résiste en permanence de manière pacifique et souffre le martyre? Le peuple palestinien.

Un an après l’agression meurtrière de Ghaza, les Palestiniens continuent à mourir à petit feu. Etouffés par l’enfermement criminel de la soldatesque sioniste entre les mains de l’extrême droite.

Qui, parmi les puissances étrangères, porte assistance à peuple en danger? Personne.

Qui, parmi les Arabes aide, soutient et tente de délivrer Ghaza des griffes de son bourreau? Personne.

Ghaza en ruine:
Les voies de passage sont au contraire, fermées et filtrées. La situation est tellement tragique que 16 ONG du monde entier, un an après le début des massacres à huis clos, dénoncent la trahison de la communauté internationale. Ce groupe d’organisations humanitaires reproche, à juste titre, au monde entier d’avoir trahi la population de la bande de Ghaza en se montrant incapable de mettre fin au blocus israélien pour permettre l’entrée d’aide à la reconstruction. Ghaza est toujours en ruine.

Ce qui se passe à Ghaza est un signe avant- coureur de ce qui attend les autres peuples demain, s’ils ne réagissent pas.

En effet, l’occupant israélien et ses complices asphyxient les Palestiniens. Ils n’ont autorisé en 2009 l’entrée dans le petit territoire palestinien que d’une quarantaine de chargements de matériaux de construction alors qu’il en faut des milliers pour reconstruire Ghaza, souligne le texte. «Les puissances mondiales ont (…) trahi les citoyens ordinaires de Ghaza», déclare Jeremy Hobbs, le directeur général d’Oxfam international… Ils ont serré des mains et fait des déclarations, mais n’ont réalisé que peu d’actions significatives pour tenter de modifier une politique désastreuse qui empêche la reconstruction, le rétablissement individuel et la reprise économique.

L’agression israélienne, en trois semaines, avait fait 1400 morts, la majorité des femmes et des enfants, et provoqué des dégâts immenses dans le territoire tenu par la résistance de Hamas, peuplé de 1,5 million de personnes.

Ces Palestiniens vivent sans couverture médicale, sans eau et sans électricité la plupart du temps, de par les coupures opérées par les sionistes. Le chômage et la mortalité atteignent des records mondiaux.

Face à la gravité de la situation, les peuples arabes réagissent à peine, émotionnellement, et sont eux-mêmes paralysés de par les despotismes et les contradictions des systèmes internes. Personne n’appelle à la guerre, mais demandent l’arrêt de l’agression d’une population totalement démunie, soumise au blocus et à la féroce répression. Des régimes arabes, malgré leur histoire, sont paralysés par la crainte de voir une seule faction de la résistance, à l’idéologie contestée, profiter de la situation. Prisonniers de visions défaitistes, ils se retrouvent incapables d’une analyse historique qui permet de définir une stratégie.

La tragédie de Ghaza est celle de tous les pays arabes et les atteindra si l’inaction perdure. La priorité est à la mise en oeuvre de nouvelles alliances. L’arme de notre temps est avant tout informationnelle.

Il s’agit de communiquer, de comprendre les enjeux, de soutenir la coexistence entre les peuples, la logique du mouvement de libération, et d’amener les adversaires à s’inscrire dans la négociation sur la base du droit et non point de la loi de la jungle.

Au sein des Palestiniens, pour défendre leur intérêt fondamental, l’indépendance et la liberté, il y a une unité à fonder, une stratégie à concevoir et un coût à assumer. La lutte de libération en Algérie a triomphé sur ces bases.

La résistance palestinienne, durant la sauvage agression, malgré ses limites, a démontré qu’elle est capable de sacrifices. Le monde arabe et musulman, durant des décennies, n’a pas su gérer cette question centrale.

La proposition de paix, adoptée à l’unanimité des pays arabes depuis 2002, fondée sur la normalisation avec Israël, en échange des territoires occupés en 1967, est conséquente. Mais elle restera ignorée si des mesures concrètes ne sont pas prises.

Des régimes arabes et ces dernières années des groupes manipulés, ignorants des réalités du monde, alimentent la peur et la propagande islamophobe, dans le contexte de la mondialisation de l’insécurité. De leur côté, les Israéliens et des Occidentaux ne veulent pas voir l’injustice immonde que subissent les Palestiniens.

Il reste à tirer les leçons pour corriger les points d’aveuglement. Sans correction de l’autisme israélien et occidental, et sans correction des erreurs arabes par des actions constructives, contrecarrer la désinformation au sujet de la cause palestinienne restera une mission impossible, même si Ghaza est le symbole de l’impunité d’Israël.

La guerre perpétuelle s’annonce. La politique du deux poids, deux mesures, au détriment des Palestiniens, a pris des proportions inadmissibles. Elle est contraire aux intérêts des pays occidentaux. Cela ruine leur crédibilité, la sécurité de tous et l’idée d’un ordre mondial juste.

L’Europe n’est pas quitte avec son passé. Des pouvoirs en Occident, traumatisés par le génocide des juifs d’Europe, ont encore mauvaise conscience.

L’instrumentalisation de l’innommable, la Shoah, constitue le socle, du fait qu’Israël se place au-dessus de toute loi. Le sionisme mise sur le souvenir de la Shoah et la peur pour la mise au silence de toute critique à l’encontre de sa politique.

L’Israélien gère l’immense catastrophe qu’a été pour lui la Shoah, par son exploitation pour se réfugier dans l’impunité. La répression du peuple palestinien est le résultat de calculs liés à l’ambition d’hégémonie.

Pour obtenir l’aval de la communauté internationale en vue de coloniser, de réprimer, de dominer; la propagande stigmatise, alimente le «choc des civilisations», diabolise et inculque que tout musulman serait un extrémiste.

Elle fait diversion, même si l’opinion n’est pas dupe et que des courants dénoncent le bellicisme et les crimes de guerre. Comble de la partialité, les Occidentaux décident de désarmer le Palestinien, la victime, le colonisé, et lui demandent de reconnaître son bourreau.

L’Occident dit assurer la sécurité au colonisateur et évite de garantir au colonisé sa libération. Le cynisme a atteint un degré inégalé.

Ghaza impose une question: comment Israël et les USA, et des pays européens consentants, peuvent-ils s’imaginer obtenir sécurité et paix en violant les règles de la guerre et en semant la mort et la haine?

Ce n’est pas un simple aveuglement ou un racisme ordinaire. Israël et ses alliés considèrent que l’obstacle à l’hégémonie des USA et du libéralisme sauvage sur le monde, en premier lieu, est les peuples de culture musulmane.

L’invention d’un nouvel ennemi a pour but, non pas de lutter contre le terrorisme, mais de faire diversion, d’empêcher que les questions des crises et des inégalités que vit l’humanité soient abordées.

Diviser pour régner, multiplier les colonies, rendre irréversible la domination, est la ligne d’Israël, qui ne semble pouvoir exister que dans le bellicisme. Politique systématique de morcellement des territoires occupés, d’apartheid. Ghaza coupée du monde. Israël et ses complices imposent un ordre totalitaire, de murs et de contraintes.

C’est le refus de la réciprocité, base de la civilisation. Le tout est habillé par des stratagèmes et des faits accomplis, au lieu et place du droit international. S’allier, est un impératif. Personne ne peut, seul, faire face aux incertitudes. Dans ce contexte, dialoguer ce n’est point refuser la critique mais comporte des conséquences: droit à la dignité, à la démocratie pour tous.

La solution finale? La violence sioniste empêche de réinventer une nouvelle civilisation, qui fait défaut au monde.

Ce qui se joue en Palestine est l’avenir du droit à la différence, du droit des peuples, même si certains de ceux qui résistent ont une version réactionnaire de la religion et de la politique.

L’Occident ne doit pas se laisser bercer par les avancées significatives qu’il a réalisées, et encore moins influencer par les milieux acquis à la logique de l’exclusion.

Il doit faire le bilan sur son histoire et s’interroger sur les risques qu’il fait courir à l’humanité, de par les inégalités qu’il impose. Le monde musulman, sur le plan externe, ne peut céder face aux agressions, et, au niveau interne, il doit s’interroger sur les dérives des extrémistes «politico-religieux» et l’absence de pratiques démocratiques.

Cette double résistance sera salutaire si elle prend en compte ces enjeux. Ghaza est le trou noir qui appelle à la réflexion vigilante.

C’est une forme de solution finale nazie que les sionistes veulent imposer.

Tous les peuples sont concernés par ce qui se passe à Ghaza. Il est temps de se réveiller. L’Algérie, le pays de Novembre, à la lutte de libération la plus prestigieuse du XXe siècle, est à la fois la terre de la sagesse, de la dignité et de la culture de la résistance. Son parcours est une leçon que tous doivent méditer.

Mustapha CHERIF – Philosophe <intellectuels@yahoo.fr>

Publicités

L’article du journal Aftonbladet n’était donc pas « une fable antisémite » comme le gouvernement israélien avait prétendu, voulant même forcer le gouvernement suédois à sanctionner le journal qui l’avait publié.Comme quoi, les manoeuvres d’intimidation ne fonctionnent plus !

[The Guardian – 21/12/2009]

Doctor admits Israeli pathologists harvested organs without consent

Israel has admitted pathologists harvested organs from dead Palestinians, and others, without the consent of their families – a practice it said ended in the 1990s – it emerged at the weekend.  The admission, by the former head of the country’s forensic institute, followed a furious row prompted by a Swedish newspaper reporting that Israel was killing Palestinians in order to use their organs – a charge that Israel denied and called « antisemitic ».

The revelation, in a television documentary, is likely to generate anger in the Arab and Muslim world and reinforce sinister stereotypes of Israel and its attitude to Palestinians. Iran’s state-run Press TV tonight reported the story, illustrated with photographs of dead or badly injured Palestinians.

Ahmed Tibi, an Israeli Arab MP, said the report incriminated the Israeli army.

The story emerged in an interview with Dr Yehuda Hiss, former head of the Abu Kabir forensic institute near Tel Aviv. The interview was conducted in 2000 by an American academic who released it because of the row between Israel and Sweden over a report in the Stockholm newspaper Aftonbladet.

Channel 2 TV reported that in the 1990s, specialists at Abu Kabir harvested skin, corneas, heart valves and bones from the bodies of Israeli soldiers, Israeli citizens, Palestinians and foreign workers, often without permission from relatives.

The Israeli military confirmed to the programme that the practice took place, but added: « This activity ended a decade ago and does not happen any longer. »

Hiss said: « We started to harvest corneas … whatever was done was highly informal. No permission was asked from the family. »

However, there was no evidence that Israel had killed Palestinians to take their organs, as the Swedish paper reported. Aftonbladet quoted Palestinians as saying young men from the West Bank and Gaza Strip had been seized by the Israeli forces and their bodies returned to their families with missing organs. The interview with Hiss was released by Nancy Scheper-Hughes, professor of anthropology at the University of California-Berkeley who had conducted a study of Abu Kabir.

She was quoted by the Associated Press as saying that while Palestinians were « by a long shot » not the only ones affected, she felt the interview must be made public, because « the symbolism, you know, of taking skin of the population considered to be the enemy, [is] something, just in terms of its symbolic weight, that has to be reconsidered. »

Israel demanded that Sweden condemn the Aftonbladet article, calling it an antisemitic « blood libel ». Stockholm refused, saying that to so would violate freedom of speech in the country. The foreign minister then cancelled a visit to Israel, just as Sweden was taking over the EU’s rotating presidency.

Hiss was removed from his post in 2004, when some details about organ harvesting were first reported, but he still works at the forensic institute.

Israel’s health ministry said all harvesting was now done with permission. « The guidelines at that time were not clear, » it said in a statement to Channel 2. « For the last 10 years, Abu Kabir has been working according to ethics and Jewish law. »

http://www.guardian.co.uk/world/2009/dec/21/israeli-pathologists-harvested-organs


Dans cette vidéo, ce n’est pas l’humoriste qui est drôle, c’est les gens montent dans le bus…

Enorme : l’humoriste Olivier Perrin, vêtu d’une blouse blanche, armé d’une seringue et protégé par un masque, interpelle les passants dans un quartier de Paris et les oblige à se faire vacciner.Hilarant. Une vidéo de bakchich.info

http://www.dailymotion.com/video/xbi9x8_grippe-a-perrin-vaccine-dans-la-rue_fun


[F. William Engdahl – trad. Nathalie Krieg – Voltaire – 16 /12/2009]
OMS : le « pape de la grippe A » accusé de corruption

On le surnomme « Dr Flu » (Docteur Grippe), le professeur Albert Osterhaus est le principal conseiller de l’Organisation mondiale de la Santé face à la pandémie de grippe H1N1. Depuis plusieurs années, il prédit l’imminence d’une pandémie globale et ce qui se passe aujourd’hui semble lui donner raison.

Cependant, le scandale qui a éclaté aux Pays-Bas et fait l’objet d’un débat au Parlement a mis en évidence ses liens personnels avec les laboratoires fabriquant les vaccins qu’il fait prescrire par l’OMS.

F. William Engdhal relate comment un expert peu scrupuleux a pu manipuler l’opinion publique internationale, surévaluer l’impact de la grippe H1N1, et faire la fortune des laboratoires qui l’emploient.

Dans le courant de cette année, le Parlement néerlandais [1] nourrissait des soupçons à l’encontre du fameux Dr Osterhaus et avait ouvert une enquête pour conflit d’intérêts et malversations. Hors des Pays-Bas et des médias néerlandais, seules quelques lignes dans la très respectée revue britannique Science firent mention de l’enquête sensationnelle sur les affaires d’Osterhaus.

Ni les références, ni l’expertise d’Osterhaus dans son domaine n’étaient remises en question. Ce qui est mis en cause, comme nous l’apprend la revue Science dans une simple dépêche, c’est l’indépendance de son jugement personnel en matière de pandémie de grippe A. Science publiait ces quelques lignes à propos d’Osterhaus dans son édition du 16 octobre 2009 :

« Aux Pays-Bas, ces six derniers mois, il était difficile d’allumer sa télévision sans voir apparaître le célèbre chasseur de virus Albert Osterhaus et l’entendre parler de la pandémie de grippe A. Du moins, c’est ce que l’on croyait. Monsieur Grippe, c’était Osterhaus, le directeur d’un laboratoire de réputation internationale au sein du Centre médical de l’Université Érasme de Rotterdam. Mais, la semaine dernière, sa réputation est descendue en flamme après que des soupçons ont été émis sur sa velléité d’attiser les craintes d’une pandémie dans le but de servir les intérêts de son propre laboratoire dans la mise au point de nouveaux vaccins. Au moment où Science mettait sous presse, la Deuxième Chambre du Parlement néerlandais annonçait même que la question serait débattue en urgence. » [2]

Le 3 novembre 2009, sans pour autant en sortir indemne, Osterhaus avait su éviter les dégâts. Sur le site de Science, on pouvait lire dans l’un des blogs : « La Deuxième Chambre du Parlement néerlandais a aujourd’hui rejeté une motion exigeant que le gouvernement rompe tout lien avec le virologiste Albert Osterhaus du Centre médical de l’Université Erasmus de Rotterdam, qui fait l’objet d’une mise en accusation pour conflit d’intérêts en tant que conseiller gouvernemental. De son côté, le Ministre de la Santé Ab Klink annonçait dans le même temps une loi [3] pour la transparence du financement de la recherche, contraignant les scientifiques à révéler les liens financiers qu’ils entretiennent avec des entreprises privées. » [4]

Dans un communiqué sur le site Internet du Ministère de la Santé, M. Klink, dont on sait qu’il compte parmi les amis personnels d’Osterhaus [5], affirmait par la suite que ce dernier n’était qu’un conseiller du Ministère parmi de nombreux autres sur les questions des vaccins contre la grippe A H1N1. Il s’est aussi dit « au courant » des intérêts financiers d’Osterhaus [6] : ils ne cachent rien d’extraordinaire, simplement le progrès de la science et de la santé publique. Du moins, c’est ce qu’on croyait.

Un examen plus poussé du dossier Osterhaus laisse entrevoir que ce virologiste néerlandais à la renommée internationale pourrait se trouver au centre d’une arnaque mettant en jeu plusieurs milliards d’euros autour de l’idée d’une pandémie. Un système frauduleux dans lequel des vaccins non-testés sont injectés à des humains, au risque —cela c’est déjà produit— de provoquer de sévères séquelles, de graves paralysies, voire des décès. (suite…)


[Thierry Meyssan – Voltaire – 18/12/2009]

Alors qu’une gigantesque campagne de presse présente le sommet de Copenhague sur les changements climatiques comme celui de la dernière chance pour « sauver la planète », Thierry Meyssan estime que, malgré les apparences, les questions en débat ne sont pas d’ordre environnemental, mais financier. Selon lui, il ne s’agirait pas d’inventer un nouveau modèle de production écologique, mais de relancer le capitalisme anglo-saxon. Dans ce premier article, il souligne la méprise initiale : il n’y a pas, à l’ONU, de consensus scientifique. Simplement parce qu’il ne peut pas y en avoir en un tel lieu.

La venue annoncée de 110 chefs d’État et de gouvernement au sommet de Copenhague sur les changements climatiques semble créditer l’existence d’un consensus international : le climat de la terre se réchaufferait et ce changement serait imputable à l’activité industrielle.

Plutôt que de discuter le bien-fondé ce cette assertion, je voudrais montrer qu’elle n’a pas de base scientifique, mais ressort uniquement de la politique. Je traiterais dans un article ultérieur le profil des responsables actuels de la lutte contre ler échauffement climatique et leurs mobiles.

Pour comprendre ce que signifient les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) —l’instance de l’ONU qui a élaboré la doxa actuelle et qui a reçu pour cela le Prix Nobel de la Paix au côté d’Al Gore—, il faut observer que c’est la seconde fois qu’une organisation composée d’experts désignés par les États est créée au sein de l’ONU pour dire la Science.

L’IY2KCC

La première expérience de ce type d’organisation est le Centre de coopération internationale pour l’année 2000 (IY2KCC). Son histoire peut nous apprendre beaucoup sur ce qui se passe actuellement à Copenhague.

Dès 1996, l’idée que les logiciels informatiques tomberaient en panne en l’an 2000 a commencé à circuler. Le sénateur républicain Bob Bennett a attiré l’attention de ses collègues sur les implications dramatiques que cela pourrait avoir sur les marchés financiers, à une époque où les transactions boursières sont orchestrées par des programmes informatiques réagissant au millième de seconde à la moindre variation de cours. Le fait que Bennett soit une haute personnalité de l’Église de Jésus-Christ et des Saints des Derniers Jours (« les mormons ») laissait à penser que le danger évoqué n’était peut être qu’une peur millénariste. Cependant, le sénateur fut rapidement soutenu par des « experts ». Bientôt le Federal Financial Institutions Examination Council (FFIEC), qui regroupe les différentes instances fédérales régulant les marchés financiers, décida d’harmoniser ses systèmes informatiques en vue de l’an 2000.

En novembre 1997, Bob Bennett et son collègue démocrate Christopher Dodd présentèrent et firent adopter le Computer Remediation and SHareholder Protection Act (littéralement la loi sur la réparation des ordinateurs et la protection des actionnaires, mais l’important est que cela constitue l’acronyme CRASH Protection Act). Ils écrivirent également au président Bill Clinton pour qu’il prenne le leadership mondial pour résoudre ce problème.

Le vice-président Al Gore s’empara de l’affaire. Il s’était forgé, à tort ou à raison, l’image d’un milliardaire qui s’était engagé à équiper son pays « d’autoroutes de l’information » (c’est-à-dire de réseaux de communication donnant notamment accès à Internet). Il installa à la Maison-Blanche un Conseil présidentiel pour l’adaptation de l’année 2000 (President’s Y2K Conversion Council) [1]. La direction en fut confiée à Josh Koskinen, jusque-là chargé d’élaborer la politique fiscale à l’égard de l’industrie de l’informatique. La dénomination du Conseil utilise un mot ambigu « Conversion » (que j’ai traduis par « adaptation »). Dans le contexte de l’an 2000, il évoque aussi la nécessaire conversion que les chrétiens fondamentalistes doivent opérer pour conjurer la fin des temps. (suite…)


C’est presque un compliment !

[Benjamin Bonneau – JDD – 10/12/2009]

Nicolas Sarkozy a de la mémoire. Et la rancœur tenace. Mardi, alors qu’il décorait Dominique Farrugia de la Légion d’honneur, le chef de l’Etat en a profité pour régler certains comptes. Devant un prestigieux parterre d’invités du monde médiatique, il s’est d’abord lancé dans un discours dithyrambique sur…l’humour des Nuls, parfois vulgaire, certes, mais qui avait le mérite de ne jamais s’attaquer à l’individu, selon lui. Tout le contraire, en somme, des Guignols de l’info.

La critique est à peine voilée -le chef de l’Etat n’a jamais prononcé le nom des célèbres marionnettes-, mais c’est bien vers elles que se dirigeait son courroux. On se souvient que le Canard Enchaîné avait raconté par le menu la colère présidentielle eu égard au traitement infligé par les marionnettes à son fils Jean dans l’affaire de l’Epad. Selon Le Point, il aurait fixé dans les yeux Bertrand Méheut, patron de Canal+, pendant tout son discours. Une manière de lui signifier de mettre la pédale douce. Des témoins racontent même qu’il aurait évité de lui serrer la main lors du cocktail qui a suivi. Une attitude habituelle chez Nicolas Sarkozy, qui n’en est pas à son coup d’essai. Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, patrons de France Télévisions, tancés pour leur grille des programmes jugée insatisfaisante, ne diront pas le contraire. Julien Courbet, dans le viseur élyséen depuis son arrivée sur le service public, non plus. Quant à Marc-Olivier Fogiel, il est lui aussi entré dans ce cercle fermé.

Selon Le Parisien de jeudi, Nicolas Sarkozy aurait en effet profité de la présence de l’animateur vedette d’Europe 1 pour lui demander des comptes. De façon assez « virile » racontent des témoins de la scène. En septembre 2008, l’ancien animateur télé avait osé demander à sa femme si elle l’aurait épousé s’il n’avait pas été président de la République. « Je m’en souviendrai« , a lâché Nicolas Sarkozy, choqué par cette question et ce qu’elle induisait. « Il a trouvé la question un peu abrupte, a raconté MOF. Je lui ai expliqué qu’elle était certes maladroite, mais qu’elle se posait. » Visiblement pas selon Nicolas Sarkozy.

http://www.lejdd.fr/Medias/Television/Actualite/Sarkozy-epingle-les-Guignols-et-Fogiel-157049/


A partir du moment où on valide cette fiction d’Israël comme étant un « Etat juif » (comme le dit la totalité de la presse) alors il n’y a pas de raison de s’offusquer des propos de Neeman. Dans un Etat caractérisé par un fait religieux (le judaisme) il est normal que la loi religieuse soit plus importante que la loi républicaine. Après tout, c’est ce qui se passe déjà dans les Emirats Arabes..

Mais dans ce cas là faut juste arrêter de nous bassiner avec la propagande du « Israël, état démocratique »….

[Adrien Jaulmes – Le Figaro – 10/12/2009]

Les Israéliens laïques voient avec inquiétude croître le poids des religieux.

Le ministre israélien de la Justice a déclenché un tollé en déclarant que la Torah devait progressivement remplacer la loi israélienne. «Petit à petit, nous imposerons aux citoyens d’Israël les lois de la Torah, et nous ferons de la Halakhah (la jurisprudence rabbinique) la loi régissant la nation , a déclaré lundi soir Yaacov Neeman lors d’une intervention publique devant une assemblée rabbinique à Jérusalem. «Nous devons imposer l’héritage des pères de la nation. La Torah donne la réponse complète à toutes les questions qui nous interpellent» , a-t-il ajouté. Le ministre a été vivement applaudi, notamment par le grand rabbin ashkénaze d’Israël, Yona Metzger, et le rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du parti orthodoxe séfarade Shass.

Exclusivité juridique

Retransmis mercredi par la radio israélienne, ces propos ont très vite soulevé une vague de réactions indignées. Tzipi Livni, chef du parti d’opposition Kadima, juge que de tels commentaires devraient «susciter l’inquiétude de tout citoyen soucieux d’Israël et de ses valeurs démocratiques». Yossi Beilin, figure de la gauche et ancien ministre de la Justice, estime que Yaacov Neeman devrait être «immédiatement démis de ses fonctions». «Cette remarque reflète l’inquiétant processus de talibanisation en cours dans la société israélienne» , met en garde Haim Oron, le chef du parti d’extrême gauche Meretz. Le bureau du ministre de la Justice a tenté de faire machine arrière en publiant un communiqué embarrassé : «Le ministre tient à souligner que cette remarque n’était pas un appel à remplacer les lois de l’État d’Israël par la loi religieuse. Il n’a fait qu’évoquer en termes généraux l’importance de la loi juive dans la vie du pays.»

La question de la loi religieuse est sensible en Israël. Le judaïsme reste le principal ciment d’une société d’immigrants issus de différents pays, mais les Israéliens laïques voient avec inquiétude croître le poids des religieux et l’influence politique de leurs partis.

La Constitution n’a jamais été adoptée depuis la création de l’État, pour ne pas placer un texte législatif au-dessus de la Torah. L’État fait respecter la fermeture du sabbat et laisse des pans entiers du système légal aux autorités religieuses. Les tribunaux rabbiniques bénéficient de l’exclusivité juridique en ce qui concerne le statut des individus. Mariages comme divorces sont soumis aux autorités religieuses, et il n’existe pratiquement pas de cimetières laïques. Un système d’éducation religieuse reconnu par l’État et bénéficiant d’aides publiques coexiste avec le système national. Les ultraorthodoxes sont exemptés de service militaire.

Autrefois très minoritaires, les partis religieux sont devenus des acteurs clefs du jeu politique, faisant et défaisant les majorités dans un système où la proportionnelle donne un poids considérable aux petites formations. La coalition du gouvernement actuel repose en large partie sur les partis religieux, notamment le Shass, séfarade, et les partis ultraorthodoxes de la Liste de la Torah unifiée. Ces partis sont favorables à une extension de l’influence religieuse. Nétanyahou s’est abstenu de commenter les propos de son ministre de la Justice.

http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/10/01003-20091210ARTFIG00548-et-si-la-torah-se-substituait-a-la-loi-israelienne8230-.php

Page suivante »