octobre 2011



Journal du mouvement "Occupy Wall Street"

Edition 1 – 04 octobre 2011 (PDF – 1,5 Mo)

Edition 2 – 08 octobre 2011 (PDF – 1,5 Mo)

Edition 3 – 22 octobre 2011 (PDF – 1,5 Mo)

EDITION FRANÇAISE :

FRENCH Edition 1 – 04 octobre 2011 (PDF – 1,5 Mo)

FRENCH Edition 2 – 08 octobre 2011 (PDF – 1,5 Mo)

Publicités

[Libération – Camille Gévaudan – 26/10/2011]

Petit exercice d’arithmétique. Sachant que les possesseurs de tablettes passent plus de 2h40 par jour à pianoter sur leur joujou tactile, et que bien sûr, comme tous les Français, ils avalent leurs 3h30 quotidiennes de télévision, combien de temps de sommeil leur reste-t-il ? Attention, il y a une subtilité : 69% d’entre eux font souvent les deux choses à la fois…

OTO Research a publié hier les résultats complets de son « étude sur l’usage des tablettes dans les foyers français ». Après sa plongée en profondeur dans les habitudes des « iPaders », réalisée de cet été, le cabinet offre une vision plus globale — et donc plus intéressante — sur la place que se sont creusée ces nouveaux objets connectés, au détriment des technologies plus anciennes.

On apprend en effet que « l’ordinateur est le premier media à « souffrir » face à la tablette », 44% des sondés déclarant passer moins de temps sur leur PC depuis qu’ils ont une tablette tactile. Les bons vieux livres et journaux prennent également la poussière depuis qu’on lit Le Monde et Dan Brown en PDF, ainsi que les jeux pour ordinateur, consoles portables et consoles de salon — c’est étonnant, vu le gouffre qui sépare ces différents supports en terme de catalogue ludique. 16% d’étranges tablettophiles ont même laissé tomber le bricolage et le jardinage ! (suite…)


[Etienne Gless pour LEntreprise.com, publié le 05/10/2011]

Le « multitasking » – ou l’art d’accomplir plusieurs tâches à la fois – est un mythe de l’efficacité. Le cerveau ne sait faire bien qu’une seule chose à la fois. Conseils pour se rééduquer et redevenir vraiment productif sans se laisser submerger et déconcentrer par un trop-plein d’infos.

« Le cerveau n’est pas dessiné pour répondre aux multiples sollicitations du monde digital sursaturé d’informations instantanées. » De qui ce constat ? D’un technophobe rétrograde ? Pas du tout. Il est dressé par un ancien ponte de Google, Douglas Merrill, ex-vice-président chargé des services d’information, et auteur de Getting Organized in the Google Era (« Soyez organisé à l’heure de Google », éditions Brodway Books). Ce livre d’efficacité personnelle, best-seller aux Etats-Unis, apprend aux cadres et employés à reprendre en main leur efficacité à l’heure où les joujoux high-tech multiplient les occasions de distraction et nuisent gravement à notre productivité !

Répondre au téléphone tout en écrivant un mail, converser avec un collaborateur tout en surfant sur le web pour vérifier une info, conduire en téléphonant… Ces comportements récents et quotidiens sont apparus avec l’ère digitale et répondent au nom barbare de « multitasking ». Celui qui s’adonne à cet art d’accomplir plusieurs tâches en même temps peut facilement s’illusionner sur sa productivité réelle. « Le multitasking est en réalité un des grands mythes de l’efficacité !, dénonce Laurence Einfalt, directrice de Jara, conseil en efficacité, et coauteure de S’organiser tout simplement (éditions Eyrolles). Ça brille comme de l’efficacité mais ça n’en est pas. Croire qu’on est plus efficaceen faisant plusieurs choses à la fois est une erreur. » Les scientifiques le confirment : selon Earl Miller, fameux neurologue au Massachusetts Institute of Technology (MIT), notre cerveau ne sait faire qu’une seule chose à la fois.

« Multitâche veut dire absence de concentration !, déplore Didier Pleux, psychologue clinicien. Avec les nouvelles technologies, il y a une hyperstimulation de l’enfant à l’école ou de l’adulte au travail. Il répond à tous ces stimuli au lieu de se concentrer sur la tâche prioritaire. » (suite…)