septembre 2007



De toute façon, aller à la manif, c’est comme aller à la messe. On se sent bien, on a l’impression qu’on a fait quelque chose, on arrive à s’endormir le soir. Mais ca ne change pas grand chose à la situation de la repression en Birmanie. Si vous voulez aider les Birmans à lutter contre la répression, allez faire un blocus de la tour TOTAL à La Défense.

Dans la logique de la thèse défendue dans son livre l’Imperialisme humanitaire (Aden), Jean Bricmont avec la rigueur intelletuelle qu’on lui connait refuse de se rendre à la manifestation contre la répression en Birmanie. Je dois dire que je partage son point de vue, tant que les mêmes feront silence sur ce qui se prépare en Iran, sur ce qui s’est recemment passé au Pérou, acceptent l’innomable en Palestine, et justifient quasiment le blocus sur Cuba, il n’est pas question de cautionner leurs opérations politiciennes. Comme le démontre Bricmont dans son livre le pire est l’intervention occidentale sous des prétextes humanitaires. (Danielle Bleitrach)

Jean Bricmont : (….) A partir du moment où une “cause” est soutenue par les Etats-Unis, et par tous les médias des pays occidentaux, comme celle-ci, ou, dans le temps, les rebelles afghans (à l’époque soviétique) , Solidarnosc, les Kurdes en Irak ou les Kosovars, elle n’a pas besoin de l’aide de ma modeste personne. Je préfère réserver mon temps et mes efforts à des causes que les grandes puissances ne soutiennent pas : les Palestiniens, l’opposition libanaise, les Irakiens, et le droit pour l’Iran à l’énergie nucléaire.

3. Je pense que ce serait une excellente “initiative citoyenne” de boycotter délibérément les manifestations auxquelles nous invitent nos médias. Quand on voit la quantité de manipulations auxquels ils se livrent, jouant sur les bons sentiments pour nous faire adhérer à l’agenda occidental du moment, la vraie résistance consiste par commencer en leur disant : Non.

Par “manipulation” je ne veux pas dire que la situation n’est pas terrible en Birmanie, mais la question des priorités se pose. Pourquoi focalisent-ils leur attention sur la Birmanie, dont nous ne sommes pas responsables, et pas sur l’Irak, qui est la plus grande catastrophe humanitaire de notre temps (d’après les rappport les plus récents, un million de morts, trois à quatre millions de réfugiés), et dont nos alliés américains sont directement responsables ? A quand une manif pour demander que les Américians se retirent du Moyen Orient, cessent leurs menaces contre l’Iran et leur soutien à Israël ? On peut être certain qu’aucun média ne serait favorable à celle-ci. Et, étant donné les rapports de force, dans lesquels la soumission intellectuelle des progressistes à l’agenda médiatique joue un grand rôle, personne ne se risquerait à organiser une telle manif. Pourtant, en étant dirigée contre nos alliés et pas contre nos “ennemis” (la Chine), elle aurait au moins le mérite de l’honnêteté.

Jean Bricmont le vendredi 28 septembre 2007 à 08h24.


Kenji Nagai, grand reporter photo pour la chaine d’information japonaise APF, vétéran des conflits en Afghanistan, en Irak et au Moyen-Orient a été abattu d’une balle dans le coeur jeudi pendant la répression des manifestations en Birmanie. Une vidéo tournée clandestinement et montrée à la télévision japonaise montre qu’il a été jeté à terre par des soldats et tué à bout portant.

La chaîne a diffusé des images montrant des soldats chargeant contre des manifestants dans les rues de Rangoun. Soudain, un militaire casqué projette à terre un homme présenté comme étant le journaliste japonais Kenji Nagai, qui porte un bermuda et des sandales. L’image est alors brièvement masquée par des arbres.

On voit ensuite l’homme identifié comme M. Nagai étalé sur le dos et empoignant de la main gauche sa caméra vidéo, puis une forte détonation retentit pendant que le soldat pointe son fusil juste au-dessus de l’homme à terre. Le militaire repart ensuite en pourchassant des manifestants.

Selon Fuji TV, ces images prouvent que M. Nagai a été tué délibérément, et n’a pas été victime d’une balle perdue. « Ce soldat a probablement d’abord poussé M. Nagai. Puis il lui a tiré dessus, à en juger par l’angle de son fusil« , a affirmé un ancien membre des forces spéciales de la police, Koichi Ito, interrogé par la chaîne.

Le gouvernement japonais a précisé vendredi que, selon le médecin de l’ambassade du Japon en Birmanie, la balle qui a tué M. Nagai lui a transpercé le coeur avant de ressortir par le dos.


…LA PREUVE, SA PIÈCE DE MONNAIE EST GRATUITE 🙂

En allant chez mon coiffeur l’autre jour, je suis tombé, dans un magazine, sur cette publicité magnifique. Je pense que je vais la commander et l’offrir à Dominique Strauss Kahn, premier acompte sur les trente deniers que la gauche lui doit…

La pièce de monnaie nicolas sarkozy


Et bien sûr, ça na pas loupé : dès le lendemain l’Anti-Defamation-League annoncait qu’elle allait demander aux journaux de ne plus publier le cartoon de cet « antisémite » Dilbert, et les lecteurs furieux innondent les rédactions et les blogs de leurs protestations.
http://electrical.com/phpBB2/viewtopic.php?t=29823&sid=cd0ba32e97766f2115b243e65a5b0a0d

Le papa de Dilbert, Scott AdamsJ’AI COMME L’IMPRESSION QUE JE ME SUIS FAIT AVOIR

[Scott Adams – le « papa » de Dilbert – sur son blog – 22/09/2007 – Trad. Grégoire Seither]

Je suis content d’apprendre que la ville de New York a refusé de laisser le président iranien Ahmadinejad déposer une gerbe de fleurs sur le site du World Trade Centre. Et je suis content de savoir que la Columbia University est revenu sur son offre de laisser le président iranien s’exprimer devant les étudiants. Si vous laissez un mec comme lui venir vous dire ce qu’il pense, ce ne sera pas long avant que le monde entier ne se mette soudain à réclamer la liberté de parole.

Je déteste Ahmadinejad pour les mêmes raisons que vous. Pour commencer, il a dit qu’il voulait « rayer Israël de la carte. » Les experts en traduction depuis l’Iranien nous disent qu’il a en fait plutôt dit qu’il voulait un changement politique dans le gouvernement israélien, vers quelque chose de plus démocratique, avec moins de favoritisme pour une partie de la population. Quel fils de pute !

Ahmadinejad a également dit que l’holocauste, tel qu’il est présenté en occident, est un « mythe ». Qu’il aille se faire foutre ! Un mythe est quelque chose utilisé par une société pour cadrer sa vision du monde et agir en conséquence. Ce n’est pas comme si le monde avait créé un tout nouveau pays à cause de la culpabilité vis à vis de l’holocauste et avait accordé un blanc-seing à ce pays, quoi qu’il fasse. Ils disent n’importe quoi ces Iraniens. Ahmadinejad peut aller se faire mettre, pour ce que j’en ai à foutre.

Le plus insultant dans cette histoire est que son emploi du mot « mythe » pourrait signifier qu’il implique que l’holocauste n’a jamais eu lieu. Qu’il aille se faire voir pour oser dire des choses pareilles ! Par ailleurs Ahmadinejad a aussi dit qu’il ne contestait en rien les travaux des historiens européens sur l’holocauste. De toute évidence, c’est l’exact opposé de la négation de l’holocauste, mais je suis certain qu’il dit juste cela pour m’embrouiller. Quel putain de connard.

Par ailleurs, comment se fait-il qu’un mec iranien se pointe pour faire un discours dans sa propre langue et que le seul mot anglais qu’il utilise est précisément le mot « mythe » ? Il n’y a pas de mots en iranien pour désigner un ensemble de faits historiques qui ont atteint un niveau néfaste d’influence sur des décisions concernant des situations contemporaines ? Il fait juste son malin, j’en suis sûr.

Ahmadinejad croit à la fin des temps et pense que son rôle est de préparer le venue d’une sorte de messie, le Douzième Imam. Vous vous rendez compte, un président d’un pays qui croît dans ce genre de superstitions primitives et apocalyptiques ! Je remercie Jésus de ne pas vivre dans un pays dirigé par un homme qui croit dans ce genre de conneries. Imaginez à quel point ce serait dangereux, surtout si cet homme avait les codes de tir pour le lancement de missiles nucléaires.

Mais le pire du pire est que le pays d’Ahmadinejad aide les Irakiens à tuer des soldats américains. Si jamais un jour, l’Iran devait envahir le Canada, je pense que nous serons tous d’accord pour dire que la meilleure chose à faire pour les Etats-Unis sera d’adopter une attitude constructive et de laisser les choses se faire par elles-mêmes. Sinon nous serions aussi immoraux que les Iraniens. Ces enfoirés !

Ces iraniens feraient bien de s’inspirer de l’exemple Américain. Dans ce pays, si une vaste majorité du public s’oppose à la poursuite de la guerre, nos dirigeants nous dira que nous sommes des lèche-culs des terroristes et qu’ils feront ce qu’ils ont envie de faire, que cela nous plaise ou pas. Ils augmenteront même nos impots pour le faire. Voilà ce qu’on appelle du leadership !

Si Ahmadinejad pense qu’il peut être notre ami en rendant hommage à nos héros et en proposant de dialoguer avec nous, il sous-estime notre capacité à voir tout ce qu’il fait à travers notre prisme déformant. Quel con ce mec. Je le hais.

http://dilbertblog.typepad.com/the_dilbert_blog/2007/09/a-feeling-im-be.html


Les Suisses repus et confortables se suicident, les Palestiniens de Gaza et les Irakiens bombardés de Bagdad se cramponnent…Souvenez-vous de « Soleil Vert » et des « Portes du Départ »… ou des « Grands Voyages » dans « Les Enfants de l’Homme »… quand une société ne sait plus répondre aux attentes de ses citoyens devenus inutiles, elle les incite à prendre la porte.

[24 heures – Suisses – 26/09/2007]

La plupart des médias ont fort justement loué la mémoire du philosophe André Gorz et celle de sa femme Dorine – atteinte d’un mal irréversible – qui ont décidé lundi de terminer ensemble leur vie. L’écrivain et journaliste Jean Daniel – qui a fondé l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur avec Gorz – a résumé cette émotion générale en évoquant «l’écrasante beauté d’une communion dans le suicide de deux amoureux octogénaires.»

Cet amour absolu, André Gorz, comme l’a souligné Libération hier, en avait dévoilé l’intense lumière à la fin de son livre ultime, Lettres à D., une ode à Dorine: Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l’autre. Nous nous sommes dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie, nous voudrions la passer ensemble.

La Suisse particulièrement concernée

Il y a une semaine à peine, un autre suicide retenait l’attention des médias: celui de Maïa Simon. Frappée par une maladie incurable, l’actrice française a décidé de mettre fin à ses jours à Zurich. A cette occasion également, son courage a été salué.

Rendre hommage à ces belles figures humaines et à leur lucidité ne doit pas pour autant occulter la détresse insondable qui atteint la plupart des femmes et des hommes qui décident «d’en finir». La mise en valeur médiatique de la «beauté» de ce geste cache la douleur qui l’a provoqué. Et la Suisse est particulièrement touchée, puisqu’elle figure au sixième rang dans les statistiques mondiales du suicide. Selon l’Office fédéral de la santé publique, 1300 à 1400 personnes se donnent la mort chaque année dans notre pays. Le suicide est devenu la première cause de mortalité pour les hommes âgés de 15 à 44 ans.

Dans un domaine qui touche au tréfonds de l’être humain, il est malaisé de savoir ce qui induit un individu à se supprimer. Mais le poids de la solitude, le sentiment d’abandon, l’absence de relations denses, l’impression que plus aucune alternative ne s’offre, font parties des explications, comme le suggère cette autre statistique de l’Office fédéral de la santé publique. En effet, les femmes et hommes n’ayant ni compagne, ni compagnon présentent un risque de suicide 1,5 à 2 fois supérieur à celui des personnes vivant en couple.

http://www.24heures.ch/pages/home/24_heures/l_actu/monde/monde_detail/(contenu)/136784


Si Bucarest en Roumanie et Tian-an-Men à Pékin furent les « révolutions CNN » consacrant la télévision mondiale par satellite, ce qui se passe à Rangoun, en Birmanie, marque la puissance des médias alternatifs, diffusés par des plateformes collaboratives Web 2.0.

Gaz lacrymogène devant la pagode de Choué-Da-Gon (Shwedagon) à Rangoun (Yangun) en BirmanieLe TAGES-ANZEIGER (Suisse) note : « En faisant tirer la troupe sur les moines, les généraux birmans brisent un tabou qu’ils vont payer cher. Ils ont franchi le zénith du pouvoir dont ils se sont emparés brutalement il y a 45 ans et qu’ils défendent depuis avec violence. Pour la première fois dans ce pays hermétiquement fermé, le monde suit les événements quasiment en direct. Même si le pouvoir a réussi à bloquer un maximum de médias étrangers, il ne peut pas lutter contre les milliers de fuites qu’offrent les nouvelles technologies de communications. Le flot d’informations qui nous parvient de Birmanie est nourri par des vidéos et photos prises avec des téléphones portables, des petites vidéos floues et branlantes filmées par des opposants et téléchargés sur Youtube et Viméo, en contournant la censure du Net birman grâce à l’utilisation d’anonymiseurs, de proxys et de fichiers encryptés. Ces images sont ensuite reprises par tous les grands médias à travers le monde. »

DE VOLKSKRANT (Pays-Bas) relève également le rôle joué par les nouvelles technologies. « C’est surtout via Internet, que la censure draconienne n’arrive pas à verrouiller à 100%,  que le monde est au courant, dans l’heure, du moindre événement en Birmanie. Cela limite les possibilités du régime. »


Denis Gautier-Savagnac est non seulement un adversaire acharné de Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, mais il est surtout un « poids lourd » dans toute négociation sociale, avec un carnet d’adresses gros comme ça.. et même quelques solides « amis » du côté des grandes centrales syndicales (au fait, quelqu’un a t’il épluché le patrimoine de Nicole Notat entre 2000 et 2007 ?).

Et surtout, surtout, il était absolument contre la fusion ANPE-UNEDIC dont rève Sarkozy.

De là à penser que cette affaire sort à point pour plomber un « opposant interne » à l’heure où vont s’ouvrir des grosses négociations sociales… C’est comme la réouverture de l’Affaire Boulin, juste au moment ou Chirac redevient un justiciable comme les autres…

[Challenges – Jeudi 27/09/2007 ] (…) Les faits auraient été commis entre 2000 et 2007, époque pendant laquelle le président de l’UIMM aurait effectué de gros retraits de cash -jusqu’à 200.000 euros- dans une agence parisienne de la BNP. Opération qui n’aurait pas manqué d’alerter la banque, à qui Denis Gautier-Sauvagnac aurait assuré que lesdits fonds étaient destinées aux œuvres sociales de la métallurgie, notamment à ses malades ou retraités.
Les dirigeants de la BNP auraient toutefois décidé, dans le respect de leurs obligations, d’alerter Tracfin. Or cette dernière aurait découvert que les retraits se seraient poursuivis jusqu’au début de l’année. D’où le feu vert de Bercy pour que le dossier soit transmis au parquet de Paris.

L’intéressé récuse tout soupçon

Il appartiendrait donc, désormais, à la justice de vérifier les comptes de l’UIMM approuvés chaque année par des commissaires aux comptes et de déterminer les éventuels destinataires de ces 5,64 millions d’euros.
Contacté par le quotidien, Denis Gautier-Sauvagnac a récusé tout soupçon et se montre prêt à s’exprimer devant la justice. « Nous n’avons rien à voir, ni de près ni de loin, avec des malversations qui relèvent de Tracfin », a-t-il réitéré à son entrée à la réunion des partenaires sociaux sur la pénibilité au travail. « Ni l’IUMM, ni mon nom, ne sont liés à des affaires de Tracfin ». « Je ne suis pas allé en personne à la banque, cette information est totalement fausse, et je réserve toute autre information aux autorités compétentes qui me le demanderont ».
L’UIMM a affirmé, elle, que son nom ne peut « en aucun cas être mêlé à des malversations » et que « toutes les informations nécessaires seront fournies aux autorités compétentes ».

http://www.challenges.fr/20070926.CHA1016/ouverture_dune_enquete_sur_les_retraits_attribues_a_gau.html 


Jeremy Scahill - l'armée privée de l'extrème droite USPOURQUOI L’ADMINISTRATION BUSH SOUTIENT-ELLE BLACKWATER COUTE QUE COUTE ?

La réponse est simple. Outre le fait que le programme politique de Bush/Cheney prévoit la privatisation massive de tous les services d’état (y compris les forces de police et de sécurité extérieure), il y a le fait que le fondateur de Blackwater Erik Prince est un chrétien d’extrème droite, mais surtout… le gouvernement des Etats-Unis a versé quasiment UN MILLIARD DE DOLLARS US en paiement des services de Blackwater (one billion dollars in govt. contracts).

Quand une entreprise reçoit autant d’argent public, il est évident qu’un partie de cet argent revient dans les caisses du parti au pouvoir par le biais des financement politiques. Cela vaut bien une petite action de lobbying de la part de la Secrétaire d’Etat, Condoleeza Rice, pour que le gouvernement irakien revienne sur sa décision (bidon) de retirer sa licence (qui n’existe pas) à Blackwater.

Dans le Washington Post du 25/09/2007 :

Selon les données collectées par le site Web indépendant de défense des contribuables, FedSpending.org, les contrats du Département d’Etat avec Blackwater depuis 2004 portent sur une valeur de 840 millions de dollars US tandis que le Pentagone a payé environ 100 millions de dollars en sous-traitance. Le Ministère des Affaires étrangères, le Congrès et diverses agences ont, de leur côté versé plus de 70 millions de dollars d’argent public à Blackwater USA.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/09/25/AR2007092502675_pf.html

De son côté, Jeremy Scahill, auteur de l’ouvrage Blackwater dénonce dans le documentaire ci-dessous, une armée privée, dirigée par des militants de l’extrème droite chrétienne et qui, de plus en plus, se positionne sur le marché de la sécurité intérieure et de surveillance des citoyens états-uniens. Ainsi, lors de l’ouragan Katrina, ce sont des mercenaires de Blackwater USA qui patrouillaient – lourdement armés – les quartiers dévastés de la Nouvelle-Orléans, pour « lutter contre les pillards ».

Blackwater: Shadow Army


Quelques jours après le massacre de dizaines de civils par les mercenaires de Blackwater USA, le commandant suprème des forces armées engagées aux Etats-Unis avoue qu’il n’a aucune idée de la législation qui gouverne les actions des mercenaires qu’il a engagé dans la guerre en Irak.

Rumsfeld dit « ce sont les lois irakiennes », mais Blackwater et al. sont embauchés par les US et donc automatiquement sous immunité, tel que le prévoit le décret pris par Bremer lorsqu’il était gouverneur de l’Irak. Il existe bien un « code de conduite » pour les « collaborateurs du Ministère de la Défense ». Mais les mercenaires en Irak sont sous contrat avec le Département d’Etat…

En résumé, les assassins de Blackwater et Trinity sont garantis d’être impunis… pendant que des gens meurent, Bush rigole…


Vous lisez distraitement les nouvelles sur la crise du ‘subprime’ ? Comme la majorité des gens (et surtout des militants de gauche) les nouvelles économiques vous passent au dessus de la tête (sans parler du fait que les médias font tout pour vous endormir sur la question) ? Ce long article de Mike Whitney est une lecture indispensable ! Et merci à Petrus pour sa traduction, oeuvre de salubrité publique !

[ The Peoples Voice, – Mike Whitney, le 23 septembre 2007 – Traduction Petrus Lombard pour Alterinfo ]

Vous avez probablement vu les photos des clients mécontents faisant la queue à l’extérieur de la banque Northern Rock Bank attendant pour retirer leur argent. C’est la première grande ruée sur une banque britannique en un siècle. Elle a perdu un huitième de ses dépôts en trois jours. Ces images font les gros titres de l’actualité au Royaume-Uni mais elles ont été mises dans les dernières pages des journaux US. La raison en est évidente. Le même ouragan économique de force 5 qui a juste touché terre en Grande-Bretagne se dirige sur l’Amérique et gagne en force sur son chemin.

Lundi soir, essayant désespérément de conjurer une plus large panique, le gouvernement britannique a publié une promesse de circonstance pour les épargnants de Northern Rock selon laquelle leur argent était en sécurité. Le gouvernement essaye de trouver un acheteur pour Northern Rock.

Pas de doute, ça a bien une tête de bonne vieille ruée sur les banques comme à la grande époque. Et, comme en 1929, les propriétaires de banque et le gouvernement essayent désespérément de calmer leurs clients en leur assurant que leur argent est en sécurité. Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, les gens ne sont pas aussi facilement calmés quand ils pensent que leur épargne est en danger. Le résultat des courses est que les gens veulent leur argent, pas des excuses.

Mais Northern Rock n’a pas leur argent et, étonnamment, ce n’est pas parce que la banque trempait dans les prêts à hauts risqués. Northern Rock avait plutôt adopté imprudemment le modèle du « prêter peu pour longtemps » en finançant ses hypothèques exactement comme beaucoup des principales banques US. En d’autres termes, elles dépendaient du financement de la vente en gros de leurs hypothèques par les investisseurs avides du marché, au lieu de la méthode traditionnelle consistant à garder suffisamment de capital pour soutenir les prêts sur leurs livres.

(suite…)


KOUCHNER , GLUCKSMAN , MEMBRES DU P.N.A.C – The Project for the New American Century

PNAC

[Blog Les Dessous de l’Actualité Mondiale – Juin 2007]

On savait que ces deux là avec Sarkozy n’étaient rien que des carpettes de Bush et de ses NeoCons Sionistes mais on ne savait pas que leur engagement allait bien plus loin et que leur nom figure au bas de cette liste obscène en tant que Membres du PNAC , The Project for the New American Century, ce complot contre les peuples visant à la domination mondiale des USA sous la houlette des neocons-sionistes Etatuniens .

http://eldib.wordpress.com/


Tiken Jah Fakoly

« Ouvrez les frontières ! » – du miel dans nos oreilles, de l’adrénaline dans nos coeurs, de l’électricité dans nos jambes !

Précipitez vous sur L’Africain (lien vers iTunes) le dernier bijou de Tiken Jah Fakoly, téléphonez à votre station de radio pour qu’ils le passent sur leurs platines, mettez le à fond sur la sono lors de la prochaine manif de sans-papiers !!!


Est-ce que j’ai déjà dit que Draxtor Despres est un des meilleurs journalistes de sa génération, et pas seulement dans le monde virtuel ! (c’est probablement du au fait qu’il n’est pas journaliste)Par contre, Rose Springwell, l’autre fondatrice du caliphat, me paraît louche : vous avez déjà vu une ‘militante islamiste’ donner des interviews sur le site d’une Fête de la Bière, devant un stand de saucisses grillées et arborant un décolleté vertigineux ? Sans parler du fait que, à la fin du film, on voit un bluesman jouer de la gratte dans la cour du palais islamique de Grenade, chantant « Ma pépée est une salope »…

Et on veut nous fraire croire que Al-Andalus on SL serait gouverné selon les préceptes de la chariah ? 🙂

[Reportage de Draxtor Despres sur Second Life – 25/09/2007]
Un nouveau projet de dialogue interculturel s’est mis en place sur Second Life – et c’est impressionant ! Michel Manen veut combiner le gouvernement islamique en vigueur dans l’ancienne Andalousie arabe avec des valeurs progressistes modernes.

Il a recrée un environneent architectural magnifique (la grande mosquée de Cordoue, le palais de Damas…) et veut présenter une image positive et ouverte de la culture islamique, a l’opposé des diabolisations pratiquées par la propagande néo-con.

L’île Al Andalus on SL n’a pas encore officiellement ouvert ses portes, mais suscite déjà la controverse au sein de la communauté virtuelle – essentiellement à cause du mode de gouvernance proposé pour cette île, basé sur la chariah. Est-ce que les avatars féminins doivent être voilés dans SL ? Est-ce que l’on assistera à des décapitations virtuelles ?

Pour l’allemand Draxtor Despres, l’arrivée de l’Islam sur SL pourrait être le début d’un nouveau dialogue constructif… même s’il entend les critiques adressées par les autres membres de SL, qui dénoncent un « dialogue » pipé dès le départ.

Ainsi Sani Destor qui dit, très justement, « c’est encore la naiveté habituelle des libéraux de gauche. Ils hurleraient si j’établissais un « empire papal » au sein de Second Life, gouverné par la doctrine catholique du XIIIè siècle. J’y inviterais au dialogue, mais toute critique de ma doctrine devrait se faire depuis le point de vue catholique et toute attaque serait dénigrée comme étant ‘raciste et intolérante’.

Blues Al Andalus


Bon, c’est peut-être du délire de ma part, mais cela commence à faire beaucoup de coincidences :

Traces de la page d’Anne Fulda sur Wikipedia

Anne Fulda avait une page biographique sur Wikipedia qui mentionnait sa liaison avec Nicolas Sarkozy. La page a été effacée le 11 juillet 2007 dans l’édition française mais existe encore dans la version anglophone. Qui a censuré l’info ?

Pourquoi la page sur Anne Fulda a été effacée de Wikipedia FR ?

Et pour quelles raisons l’administrateur wiki GL a éffacé cette page ? Il se dit expert en sciences cognitives, qu’est ce qu’il vient foutre dans la modération des pages de politique française ?

Ca fait longtemps que je trouve bizarre les méthodes de l’équipe Wikipedia.fr, mais là j’aimerais bien savoir ce qui motive le modérateur GL.

Idem pour les fameuses photos de Nicolas et Anne faisant du shopping en amoureux… elles existent encore dans le cache du Net, mais ont été effacées du Web. Qui a supprimé ces photos ? Pourquoi ?

Sarkozy et Anne Fulda en amoureux

On se souvient des efforts de Mitterrand pour cacher l’existence de sa liaison et de la naissance de sa fille avec Mazarine Pingeot. Il avait mobilisé un service entier de police spéciale juste pour fliquer les journalistes susceptibles de révéler l’info… ce n’est donc pas impossible de croire que notre Président médiatique ait fait appel à des petites mains pour faire le ménage sur Internet et virer quelques infos génantes…

Donc, comme je n’aime pas la censure, je vous mets ici une copie de la page Wikipedia sur Anne Fulda, retrouvée grâce à la Internet Time Machine – je ne vois toujours pas ce qu’il peut y avoir de « PàS » dans cette page qui existe sur WP depuis deux ans et demi. :

{{voir homonymes|Fulda (homonymie)}}  »’Anne Fulda »’, née en 1963 d’une famille originaire de Roumanie, est une Journaliste française. Journaliste Politique au  »Figaro » depuis 1992, elle a couvert l’actualité de l’Élysée jusqu’en 2005. Elle est actuellement grand reporter sans rubrique précise et a signé ces derniers jours les portraits de personnalités de la rubrique « Et vous » du quotidien. Auteur d’un ouvrage sur Jacques_Chirac en 1997 :  »Un président très entouré ». Elle a aussi réalisé une Bande_dessinée à caractère humoristique sur la vie au Palais_de_l’Élysée.

La divulgation de sa relation avec Nicolas_Sarkozy, toujours marié à Cécilia_Sarkozy, est l’objet d’un débat dans la presse Parisienne qui déborde dans la Blogosphère à la fin du mois de Septembre_2005. Les spéculations sur cette relation circulaient dans le tout-Paris médiatique et politique dès le mois d’août. Le 7_octobre, le « quotidien permanent » du Site_Web du  »Nouvel_Observateur » la nomme dans un article rapidement retiré, le quotidien  »Le Matin » publié en Suisse_romande fournit le lendemain des détails sans équivoque et c’est finalement  »France_Soir » qui rend public son nom le 11_octobre dans la presse française.

L’avocat de Nicolas Sarkozy et de cette journaliste annonce le 12_octobre son intention de porter plainte contre  »France Soir » et l’Agence_France_Presse, qui ont diffusé la nouvelle.

Du reste, en janvier 2006, Nicolas Sarkozy et Patrick_Balkany signalent que le premier a reformé son couple avec sa femme. Elle est mariée et a deux enfants.

=== Lien externe ===

*Article du  »Matin » Fulda, Anne En:Anne_Fulda


Un lecteur nous a envoyé ceci : 🙂 C’est intéressant de noter que, déjà en 2003, Google commençait à trouver que les blogs polluent trop ses résultats de recherche. Visiblement, quatre ans plus tard, les informaticiens n’ont pas réussi à adapter l’algorithme de PageRank… ou alors Google a trouvé un moyen de s’en accomoder financièrement….

[Politique Info – Mercredi 12 octobre 2005]
La journaliste politique ANNE FULDA est la nouvelle fiancée de Nicolas Sarkozy

Ce qui « agite » la blogosphère ces dernières semaines, c’est l’apparition de Anne Fulda, la nouvelle Madame Nicolas Sarkozy. Articles, photos (est-ce vraiment elle ou une retouche sur Photoshop d’une photo de Claire Chazal ?) et même des entrées dans Wikipedia ici et . D’ailleurs, selon l’auteur de cette page sur l’encyclopédie Wiki :

La divulgation, ou non, de sa relation avec Nicolas Sarkozy, était l’objet d’un discret débat au sein de la presse française. Il aura fallu que la blogosphère s’empare de la nouvelle pour qu’enfin, France Soir rompe ce secret de Polichinelle. Le tout-Paris médiatique et politique était au courant de la situation depuis le mois d’août 2005.

De fait, sur la requête Anne Fulda sur Google, les blogs trustent (polluent diront certains) la majorité des premières places. Lorsque les médias officiels sur le net parleront d’Anne Fulda, le classement des résultats sur Google Web sera t-il modifié ? Les algorithmes du moteur critiqués pour trop favoriser les blogs, devaient peu à peu accorder une pondération moindre aux carnets dans les résultats de son moteur web. Qu’en sera-t-il avec le lancement de Google Recherche de blogs ? The Register écrivait en 2003 : Google to fix blog noise problem


En 2002, la compagnie pétrolière TOTAL, accusée par des anciens prisoniers politiques birmans de faire travailler des bagnards sur son chantier de pipeline en Birmanie, avait demandé à Bernard Kouchner de rédiger un rapport pour la dédouaner. Kouchner avait vendu sa réputation pour la maigre somme de 25 000 Euros et avait affirmé n’avoir rien vu en Birmanie… (cf article de Maxime Vivas plus bas)

Notre ministre guerrier est donc l’homme qu’il faut pour aller négocier avec la junte de Rangoun… ou bien leur vendre une centrale nucléaire et des flash-ball.

A Rangoun, la répression militaire s’accentue
[Le Monde 26/09/2007]
Alors que le couvre-feu a été décrété pour la nuit dernière par la junte militaire birmane, des centaines de policiers et soldats ont été déployés près des temples et monastères de Rangoun. Des policiers, qui ont dressé des barbelés et fermé l’accès à la pagode Shwedagon, ont chargé des manifestants, composés d’étudiants et de moines. Plus tôt, Zaganar, le plus célèbre des acteurs du pays, et Win Naing, politicien modéré, ont été arrêtés chez eux. Tandis qu’Amnesty International a demandé l’envoi « immédiat » d’une mission du Conseil de sécurité de l’ONU, Bush, qui a appelé à cesser le « règne de la peur », a annoncé de nouvelles sanctions économiques contre le régime militaire.

(suite…)


Virtual Guantanamo (be gone….)

Un nouveau reportage de Draxtor Despres : la fille d’un ancien prisonnier a reconstitué le bagne de Guantanamo Bay dans Second Life et vous fait une visite guidée – avec témoignages et bruitages originaux… et un forum permanent où vous pouvez discuter avec des experts constitutionalistes de la légalité de cet endroit….

http://www.youtube.com/watch?v=QT7p231Cfxk


Jacques Martin, Cécilia Ciganer-Albeniz-Martin, Marie-Dominique Culioli-Sarkozy, Nicolas Sarkozy (ainsi que leurs bébés respectifs)

Avec le clan Sarkozy, la France a ses nouveaux «Royals»

[Le Matin Online – 19/05/2007]

Le nouveau président de la République et sa femme Cécilia forment une famille recomposée. Tous deux ont été mariés auparavant, tous deux ont eu des enfants d’un autre lit. Aujourd’hui, le clan Sarkozy fait son entrée à l’Elysée. Petit Who’s who afin de s’y retrouver pour les 5 ans à venir

Cette fois, plus besoin de Monaco ou de Buckingham Palace pour jouer au roi et à la reine. Paris aussi a ses «Royals». Ils se nomment Sarkozy et logent à l’Elysée. Pierre et Jean, les deux grands enfants blonds, ont les mêmes cheveux longs qu’Andrea Casiraghi, le fils aîné de la princesse Caroline. Cécilia a la silhouette élégante de Jackie Kennedy. En matière de «people», les références sont top.

(suite…)


Les projets d’attentats déjoués en Allemagne : menace réelle ou imaginaire ?
[ par Jürgen Elsässer | Berlin (Allemagne) | Focus ]

Le 5 septembre 2007, les autorités de Berlin ont annoncé l’arrestation de trois islamistes, deux Allemands et un Turc, accusé de préparer un attentat de grande ampleur contre des intérêts états-uniens en République fédérale. Cette nouvelle a suscité une hystérie médiatique et une généralisation du soupçon : de bons Allemands, peut-être des voisins, peuvent se transformer en dangereux terroristes. Cependant, observe Jürgen Elsässer, les éléments connus de cette affaire permettent de conclure que les suspects ne représentaient aucun danger réel et que leurs agissements sont un grossier montage destiné à être repéré et interrompu.

Juste au moment de la commémoration du 11-Septembre, des terroristes islamiques voulaient commettre un « attentat atroce » avec « un nombre très élevé de morts » (Spiegel Online) qui aurait « fait surgir en Allemagne une dimension de la terreur jamais connue auparavant » (Frankfurter Allgemeine Zeitung – FAZ) et qui a pu être évité seulement « à la dernière minute » (Lausitzer Rundschau) grâce à l’action résolue des forces de sécurité. Il y a un an, de telles prophéties avaient déjà eu lieu autour de la prétendue valise à la bombe découverte à la gare principale de Cologne. (…)

Cependant, pour le malheur du ministre de l’Intérieur et de ses ventriloques de Frankfort, l’attentat (déjoué) a prouvé le contraire : les prétendus poseurs de bombes font preuve de plus en plus d’amateurisme et d’idiotie. Fritz G., le prétendu meneur du trio, appréhendé le 11 septembre à Oberschledorn dans le Sauerland, rappelle involontairement le personnage principal de la comédie de Woody Allen Prends l’oseille et tire-toi.

http://www.voltairenet.org/article151680.html


Nostradamus avait bien dit que, le jour où il y aurait un pape allemand, la fin du monde ne serait pas loin. Pour la fin du monde, je sais pas, mais si le Pape se met à parler comme son compatriote Karl Marx, et que Ousama Bin Laden se met à citer Emmanuel Todd, et Noam Chomsky… alors c’est sûr que le grand soir n’est plus très loin !!!

Benoît XVI dénonce le capitalisme débridé et la quête du profit

[Reuters – 24/09/2007]
Benoît XVI a dénoncé dimanche le capitalisme débridé qui creuse davantage encore le fossé entre les riches et les pauvres et menace l’avenir de la planète.

Capitalisme et distribution équitable des richesses ne sont pas contradictoires, a dit le pape bavarois lors de sa bénédiction dominicale. Mais la quête du profit, a-t-il poursuivi, ne doit pas aller sans contrôle.

« Les urgences de la famine et de l’environnement démontrent avec une clarté croissante que la logique du profit, si elle prévaut, accroît la disproportion entre les riches et les pauvres et mène à une exploitation ruineuse de la planète », a poursuivi le chef de l’Eglise catholique.

« Le capitalisme ne doit pas être considéré comme le seul modèle valable d’organisation économique », a-t-il insisté, reprenant les mots de son prédécesseur, Jean Paul II.

http://abonnes.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-32537120@7-37,0.html


André Gorz se suicide avec sa femme
[AFP 24 septembre 2007 ]
Le philosophe André Gorz, âgé de 84 ans, qui avait fondé le Nouvel Observateur avec Jean Daniel, s’est suicidé avec sa femme à leur domicile de Vosnon (Aube), a-t-on appris auprès de ses proches.

Dans « Le Monde » du 26.10.2006 :

Arrivé à un âge où il ne se sent plus la force d’entreprendre un livre de longue haleine, André Gorz se retourne sur sa vie, se rend compte qu’il n’en a jamais écrit l’essentiel, sa relation avec sa femme, et il commence à lui écrire, à elle, directement : « Tu vas avoir quatre-vingt-deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. »

Et pour une fois je vais citer Cécile Duflot (t’as vu ce que tu réussis à me faire faire, André ?) :

Gardons André et Dorine Gorz vivants

André et Dorine sont morts, ensemble, ce week-end. Il est important de se souvenir à cet instant de leur histoire puisque, comme il l’a lui-même écrit, l’œuvre philosophique d’André Gorz doit pour nous maintenant être perçue comme un long dialogue à deux, une réflexion politique nourrie de l’amour de deux personnes aussi attentives à leurs vies qu’à leur travail.

Les livres et les articles d’André Gorz ont marqué nombre d’écologistes. Parfois, ils ont suscité leur engagement. Ils ont en tout cas nourri fortement la réflexion des Verts, en plaçant au cœur de son travail la question de l’autonomie de l’individu qu’André Gorz considérait comme la condition indispensable de la transformation de la société.

C’est un des penseurs les plus clairs de l’outil de transformation sociale qu’est l’écologie politique. Même s’il est évidemment difficile de synthétiser sa pensée, il a expliqué avec beaucoup de netteté qu’il est impossible de délier la crise écologique et la crise du capitalisme liée à la suraccumulation.

Aucun Vert n’oubliera André Gorz, sa pensée, actuelle, vivante et revigorante.

Nous pouvons tous être tristes car André va nous manquer, il écrivait avec une vivacité toujours intacte sur notre époque.

Je voudrais aussi dire qu’au-delà de la secrétaire nationale, c’est la femme que je suis qui est touchée comme chacun d’entre nous, profondément émue par la leçon de vie, d’amour, de politique que nous laisse leur vie côte à côte et ensemble.

Puissent-ils, tous les deux, en ayant si peu voulu nous donner de leçon, nous permettre de suivre une route faite d’honnêteté, d’engagement et de douceur.

Cécile Duflot – Secrétaire Nationale des Verts

http://lesverts.fr/article.php3?id_article=3418


Pistoleros à Bagdad

[Patrice Claude – LE MONDE | 22.09.07]

– « OK Boys. En route. Je veux tuer quelqu’un aujourd’hui.

– Ah bon ! Pourquoi aujourd’hui ?

– Hé ! hé ! Je pars en congé demain, ça va faire long. »

Ce jour-là, sur les 16 km de la fameuse « route de la mort » qui relie le centre-ville à l’aéroport international de Bagdad, Jacob C. Washbourne et ses coéquipiers cherchent une cible. « Juste pour s’amuser », dira l’un d’eux aux envoyés du Washington Post qui ont brillamment reconstitué toute cette équipée meurtrière en avril. (suite…)


Entre les mercenaires de Blackwater qui tirent « pour le fun » sur les voitures et les passants dans la rue (cf. article du Monde) et les tireurs d’élite qui « appatent les cibles » pour se faire des cartons… c’est vraiment des Barbares, les occidentaux en Irak.Et dire qu’on se gargarise d’être « plus civilisés » que les jihadistes qui massacrent des civils… nous ne faisons pas mieux !

[Der Spiegel – 24/09/2007 – Trad. Gregoire Seither]
« C’était tout simple, nous déposions un objet dans la rue et nous attendions que quelqu’un passe. Si la personne ramassait l’objet et faisait mine de vouloir partir avec, nous considérions cela comme un preuve qu’elle faisait partie des terroristes et nous l’abattions. Ensuite c’était facile de dire qu’on avait descendu un terroriste, puisqu’il avait un objet incriminant dans les mains. Les « appats » étaient des détonateurs, des munitions ou des pains d’explosifs. »

Le Washington Post a publié hier le témoignage accablant du Capitaine Matthew P. Didier, qui dirigeait le premier bataillon de l’unité de tireurs d’élite du 501è Régiment d’infanterie en Irak. Encore plus accablant, cette « stratégie » leur avait été soufflée par des formateurs du Pentagone et approuvée par leurs supérieurs. (suite…)


[Gregoire Seither -IES News Service – 24/09/2007]
Les médias sont obsédés par la notion d’objectivité (enfin, seulement pour certains sujets). Selon leur point de vue, toute opinion doit être « contre-balancée » par celle de quelqu’un « de l’autre bord ».

Selon cette règle, un journaliste faisant un reportage sur les camps de concentration en 1943 aurait également du faire figurer les points de vue d’Eichmann nous expliquant pourquoi il est vital d’éliminer tous ces inférieurs… et si on interroge un scientifique nous expliquant que la terre est ronde, il faut aussi inviter un adepte de la théorie de la terre plate…

Vous noterez par contre que ce genre « d’objectivité journalistique » ne s’applique jamais aux Palestiniens ou aux Irakiens, ni, d’une manière générale aux véritables ennemis du Système.

Fidèle à cette conception débile du journalisme, CNN a donc cru nécessaire de donner la parole aux Nazis américains afin de « contre-balancer » sa couverture du procès des « Six de Jena », un group d’adolescents noirs condamnés pour avoir, en 2006, passé à tabac un jeune blanc en Louisance et dont la condamnation a provoqué la colère des associations noires, arguant que des incidents similaires, mais impliquant des adolescents blancs, ont été ignorés par la police et les autorités scolaires.

Au cours du reportage sur la manifestation organisée par divers mouvements noirs et de défense des libertés civiques, CNN a donné la parole à Bill White, leader du Parti Nazi Américain et fait de la publicité pour son site Web (provoquant une ruée du public sur ce site nauséabond).

Et qu’à dit Bill White pour « rendre objectif » le reportage sur le racisme dans le système judiciaire américain ? Il a tout simplement annoncé qu’il avait publié sur son site Web les adresses des six adolescents noirs, encourageant les « américains blancs » à s’y rendre et leur faire la peau. (suite…)


En Australie, la photo d’une jeune fille de 16 ans s’est retrouvée sur une publicité de Virgin Mobile dans les arrêts de bus… sans son consentement, sans le savoir et sans moyen de récupérer le droit à son image. La photo avait été mise en ligne sur FLICKR par une amie, qui avait coché l’option « licence Creative Commons », autorisant les usages libres de droits, même commerciaux.

De fait, toute la campagne de Virgin Mobile Australia (http://www.areyouwithusorwhat.com/)  est basée sur l’utilisation de photos prises sur FLICKR.. et les messages sur le forum concerné montrent que personne, ni les photographes, ni les gens sur les photos, n’a jamais été contacté par l’agence publicitaire qui a concu la campagne.

La défense de Flickr et de Virgin est un peu légère, se cachant derrière l’aspect technique (du genre « ah bah, la dame elle avait qu’à lire les conditions d’utilisation du creative commons avant de mettre ses photos en ligne« ) alors que le problème est déontologique.

Même si techniquement Flickr et Virgin sont en droit de le faire (à condition que la personne ait choisi l’option appropriée), par défaut, une personne qui poste ses photos sur Flickr ne s’attend pas à les retrouver dans une publicité, sans qu’elle en ait été informée. A mon avis, il y a un travail de pédagogie à faire, vis à vis des licences. Un peu comme le fait Wikipedia quand vous téléchargez une photo sur leur serveur.

Dans cette affaire, il y a un responsable qui n’est pas coupable (la photographe qui a mis la photo en ligne et n’a pas compris le type de licence qu’elle appliquait à la photo) et il y a un coupable qui n’est pas responsable (Virgin, et dans une certaine mesure Flickr, qui est associé à la campagne de pub, qui ont respecté le règlement, mais agi avec légèreté). Et comme toujours, il y a un dindon de la farce, la jeune fille, qui a vu son image exploitée sans qu’elle ne puisse rien y faire.

Mise à jour : Après discussion avec un photographe australien, il semble que Virgin soit en violation pure et simple de la loi australienne qui oblige à obtenir le consentement écrit pour toute représentation de l’image d’une personne. ( www.4020.net/words/photorights.php – Commonwealth Trade Practices Act 1974, – Part V — Division 1 — Unfair practices eg. Section 53).

Je ne suis pas certain que ce soit une très bonne pub pour Flickr, ni pour Virgin… et comme le dit Guillaume dans les commentaires, « le fait que les licenses Creative Commons, qui sont une avancée précieuse, soient attaquées pose un vrai problème ».

En tout cas, je ferais attention, la prochaine fois que je mettrais des photos sur Flickr….

Mise à jour du 27/09/2007 : cette affaire suscite pas mal de débats, pas seulement sur ce blog, mais surtout sur le forum de FLICKR. On y trouve notamment (mais en anglais) les réactions de Virgin Mobile Australia et celles des familles des personnes représentées sur les photos ainsi que les photographes dont les photos ont été utilisées à leur insu. Tous disent la même chose : ce n’est pas un problème avec Creative Commons, c’est un problème déontologique. On aurait aimé que vous nous contactiez pour nous dire que vous alliez utiliser notre image.

Si vous lisez l’anglais, c’est un échange intéressant et soulève plein de questions sur les utilisations commerciales du Web collaboratif :

http://flickr.com/groups/379879@N24/discuss/72157600858275458/#comment72157600916122737

WHO OWNS YOUR PHOTOS ?

[CNN – 24.09.2007]

A teen’s family is suing Virgin Mobile for using her picture, posted on Flickr.com, in an ad campaign.

http://edition.cnn.com/video/#/video/us/2007/09/24/intv.virgin.flickr.lawsuit.cnn?iref=videosearch


SELON NEWSWEEK, LE VICE-PRÉSIDENT CHENEY AURAIT DEMANDÉ À ISRAÊL DE PROVOQUER L’IRAN AFIIN DE LE FORCER À RÉAGIR… ET JUSTIFIER UNE CONTRE-ATTAQUE US.

[Reuters 23 septembre 2007 – Trad. IES News Service – Tel-Aviv]
Le Vice President des Etats-unis, Dick Cheney aurait demandé à israël de lancer des missiles sur le site de Natanz, en Iran (où l’iran développe son programme nucléaire civil) afin de pousser l’état iranien à riposter, permettant alors aux Etats-unis d’attaquer le pays. C’est du moins ce qu’affirme le magazine NEWSWEEK ce dimanche. Cette révélation apparait au moment où les rumeurs vont bon train à propos d’un bombardement en Syrie, la semaine dernière, par l’armée de l’air israélien, sur un site dont certains affirment qu’il serait un « laboratoire nucléaire ».

Newsweek affirme que l’ancien conseiller pour le Moyen-Orient, David Wurmser aurait révélé lors d’un entretien que, il y a quelques mois, Dick Cheney aurait envisagé de demander à Israël d’attaquer le laboratoire iranien de Natanz afin de provoquer une réponse militaire iranienne. Cette réaction iranienne aurait alors fourni le prétexte à un bombardement de l’Iran par les Etats-unis.

La femme de Wurmser, Meyrav Wurmser, qui travaille pour le think tank néo-con The Hudson Institute a déclaré que ces affirmations étaient fausses.


Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les ingénieurs de l’usine d’armement Lockheed à Burbank avaient trouvé un moyen original pour éviter de se faire repérer et bombarder…

http://www.eatliver.com/i.php?n=2350


Il parait que dans les fêtes, l’Héro et l’Angel reviennent en force. Pour ceux qui n’ont pas eu « la chance » de connaître la grande époque du « smack » et du « brown sugar » à la fin des « seventies » et qui seraient tentés de goûter à la piquouse… jetez un coup d’oeil aux photos de ce site (attention les yeux !!!)

Et si vous êtes trop stone pour scroller, cliquez sur ce lien, il vous mènera à un excellent documentaire sur les effets « cool » du Black Tar – c’est édifiant :
http://video.google.co.uk/videoplay?docid=7466953117096606123&q=black+tar&am p;total=155&start=0&num=20&so=0&type=search&plindex=0 

HEROIN JUNKIES IN RUSSIA :

Au début c’est trop fun…

et ensuite, vous finissez comme ça :


Quand un flic décide de se passer les nerfs sur un jeune conducteur, le jeune conducteur enregistre le tout et le publie sur YouTube – le flic a depuis perdu son boulot :

Reportage de l’affaire (en anglais) sur CNN (avec moments choisis de la gueulante du flic) : http://edition.cnn.com/2007/US/09/21/madcop.video.ap/index.html#

Ceci dit, heureusement que Brett Darrow est une jeune homme à la peau blanche, s’il avait été noir ou latino, voilà ce qui lui serait arrivé :


[Amnistia.net – 22/09/2007]

Des millions de citoyens US qui voyagent à l’étranger sont fichés par leur propre gouvernement.
Il leur suffit de passer la frontière, et des données comme leurs déplacements, les personnes avec qui ils voyagent, ou chez qui ils se rendent, leur carte de crédit, leurs objets personnels, jusqu’aux livres qu’ils emportent et les numéros de téléphone contenus dans la mémoire de leur téléphone portable, sont collectées et analysées par le Department of Homeland Security (DHS), l’agence de sécurité intérieure. Ces données sont conservées pendant 15 années…

http://www.amnistia.net/news/articles/nouvdes/bigbroth/bigbroth_123.htm


Le petit Nicolas a trop lu Tintin au Congo…

L’épouse de l’ex-président malien met Nicolas Sarkozy au défi
BAMAKO (Reuters) – Adame Ba Konaré, historienne et épouse de l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré, a invité dimanche les historiens africains à participer à la rédaction d’un manuel d’histoire sur leur continent destiné à « mettre à niveau » les connaissances de Nicolas Sarkozy sur l’Afrique.

L’invitation, rendue publique lors d’une conférence de presse à Bamako, fait suite aux propos tenus par le chef de l’Etat français en juillet dans l’enceinte de la prestigieuse université Cheick Anta Diop à Dakar.

L’orateur, dont c’était la première visite en Afrique sub-saharienne depuis son élection en juin, y avait affirmé que l’Afrique était à la marge de l’Histoire, qu’elle était immobile, stationnaire.

« Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. Le paysan africain (…) ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles », avait affirmé le successeur de Jacques Chirac devant un parterre d’intellectuels sénégalais.

Pour Adame Ba, dont l’époux préside aujourd’hui la Commission de l’Union africaine, « ce sont des affirmations qui reposent sur des poncifs, sur les théories euclidiennes sur l’Afrique, sur l’imagerie coloniale, qui disaient que l’Afrique n’avait pas d’Histoire, qu’il fallait venir admirer l’enfance du monde en Afrique, que l’Africain était installé dans l’immobilisme et qu’il n’ y avait pas de dynamisme dans les sociétés africaines… ».

http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20070923/tts-afrique-france-histoire-ca02f96_1.html


[René Naba lundi 24 septembre 2007]
Bon nombre d’observateurs inclinent à penser que le président américain serait tenté par l’option militaire contre l’Iran pour « une sortie par le haut », selon le jargon en vigueur dans les cercles atlantistes, en vue de restaurer son prestige terni par l’échec irakien et de consacrer durablement la primauté occidentale dans la gestion des affaires du monde, alors que le leadership américain est ouvertement contesté par ses compétiteurs militaires et économiques, la Chine, l’Inde et à un degré moindre la Russie, l’Afrique du sud, en ce qui concerne le leadership moral sur l’Afrique, ainsi que le Brésil et le Venezuela de Hugo Chavez, pour l’Amérique latine.

La plus importante concentration navale de l’histoire contemporaine est déployée dans la zone Golfe arabo-persique/Océan indien, dans une démonstration de force américaine sans précédent face à l’Iran, alors que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies s’est penché le 21 septembre 2007 sur le programme nucléaire iranien avec en arrière plan la menace d’une intervention américaine contre le Régime islamique de Téhéran.

http://renenaba.blog.fr/2007/09/19/p3007123#more3007123

Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information.


Robert Jensen a été de tous les combats contre la censure et l’ordre moral. Il a toujours défendu bec et ongles la liberté d’expression, arguant que ce n’est pas parce qu’une expression nous déplait qu’elle doit pour autant être censurée…

Aujourd’hui Jensen revient sur sa défense de la pornographie, arguant que l’argument libertarien a permis de créer un espace dans lequel des exploiteurs prospèrent, donnant une image toujours plus dégradée de la femme, qui finit par influencer lourdement l’attitude générale des hommes vis à vis des femmes dans la société

Pornography and the End of Masculinity

[ Don Hazen, AlterNetSeptember 22, 2007]

In his new book, Robert Jensen forces the reader to face the music about the effects of a porn industry gone gonzo and the need to reassess the trappings of masculinity as the source of increased violence against and degradation of women.

I have always been part of the collective liberal progressive libertarian value system that accepts pornography as a legitimate expression of the First Amendment. Part of that thinking is that women participate in porn films of their own free will and that porn often represents fantasies — though sometimes quasiviolent or degrading — that people actually have. So as long as people are merely acting in porn films and there is no coercion, or law-breaking, it is acceptable.

But I’ve changed my mind. No, I’m not a prude, or anti-sex. Nor do I think there should be a national campaign to snuff out all porn. In fact, I sometimes watch certain kinds of porn. But what has become clear to me is that, under the guise of the First Amendment, a huge and powerful porn industrial complex has grown out of control. And a big part of its growth is fueled, not just by the internet, but by continually upping the ante, increasing the extremes of degradation for the women in tens of thousands of films made every year. I am convinced, although it is, of course, difficult to document, that the huge audiences for porn and the pervasiveness of the themes and behaviors of degradation are having a negative impact on the way men behave and the way society treats women.

http://www.alternet.org/sex/62833/


Alexis Debat, c’est un peu comme notre Alain Bauer et Thierry Rauffer. Des gens qui font leur beurre en nous servant une soupe familière, qui confirme ce que nous voulons entendre. Les chaines de télé ne vont pas aller chercher des noises à un monsieur toujours prêt à meubler l’antenne avec des prédictions apocalyptiques et qui vont dans le sens de la pensée commune, n’est ce pas ? Ca fait vendre de la copie, des gens comme ça !

Comment Alexis Debat a trompé tout Washington

[Rue89 – 14/09/2007]
Pendant des années, cet « expert » a mené en bateau think tanks et médias qui avaient pourtant de quoi douter.

Comment peut-on, à l’heure d’Internet, bidonner des interviews de tous les grands de ce monde, sans se faire confondre, tout en travaillant pendant cinq ans pour le réputé département d’investigation d’une des plus grandes chaînes américaines?

Révélée par Rue89, l’affaire de l’expert affabulateur tourne au scandale aux Etats-Unis. Comment Alexis Debat, spécialiste autoproclamé du terrorisme, a-t-il pu se forger pareille carrière: collaborateur des revues Politique Internationale ou National Interest, consultant d’ABC News, chercheur au prestigieux Nixon Center où passait, au gré des conférences, la crème de la politique étrangère américaine?

Le 5 septembre, donc, Rue89 révèle que Debat a fourni à la revue française Politique Internationale une fausse interview, signée sous son nom, du sénateur Barack Obama, candidat à l’investiture du Parti Démocrate pour la présidentielle de 2008. Alexis Debat, selon notre enquête, a également gonflé son CV, faisant valoir un doctorat qu’il n’a pas, ou se targuant de titres imaginaires…

http://www.rue89.com/2007/09/14/comment-alexis-debat-a-trompe-tout-washington


L’ancien expert de la CIA Michael Scheuer, spécialisé dans les mouvements djihadistes, critique sévèrement la politique extérieure du régime Bush, et notamment le fait qu’elle est fortement influencée par les lobbies pro-Israël. « On nous embarque dans des guerres qui ne sont pas les nôtres« .

Et plus loin, il dit même  « Israel isn’t worth ‘an American life or an American dollar » – à mon avis ce mec ne va bientôt plus enseigner dans une université américaine…


Qu’est ce qui s’est passé il y a six jours à Bagdad, quand les mercenaires de Blackwater ont tiré à l’aveuglette dans la foule, assassinant 28 personnes ?

Vous ne le saurez pas si vous êtes un lecteur de la presse française, dont les journaleux ne sont même plus capables de sortir de leur hôtel dans la zone verte pour aller enquêter.

Et les rédac’ chef se garderont bien de publier un article qui dit du mal des soldats US en Irak, cela risquerait de déplaire à nos néo-cons au pouvoir, Sarko, Kouchner, Lelouch…

Heureusement, il y a encore quelques vrais journalistes au « Independent » de Londres pour aller interroger les témoins, les blessés et les survivants…

The real story of Baghdad’s Bloody Sunday

Six days ago, at least 28 civilians died in a shooting incident involving the US security company Blackwater. But what actually happened? Kim Sengupta reports from the scene of the massacre

By Kim Sengupta

09/23/07 « The Independent » — – The eruption of gunfire was sudden and ferocious, round after round mowing down terrified men women and children, slamming into cars as they collided and overturned with drivers frantically trying to escape. Some vehicles were set alight by exploding petrol tanks. A mother and her infant child died in one of them, trapped in the flames.

The shooting on Sunday, by the guards of the American private security company Blackwater, has sparked one of the most bitter and public disputes between the Iraqi government and its American patrons, and brings into sharp focus the often violent conduct of the Western private armies operating in Iraq since the 2003 invasion, immune from scrutiny or prosecution.

Blackwater’s security men are accused of going on an unprovoked killing spree. Hassan Jabar Salman, a lawyer, was shot four times in the back, his car riddled with eight more bullets, as he attempted to get away from their convoy. Yesterday, sitting swathed in bandages at Baghdad’s Yarmukh Hospital, he recalled scenes of horror. « I saw women and children jump out of their cars and start to crawl on the road to escape being shot, » said Mr Salman. « But still the firing kept coming and many of them were killed. I saw a boy of about 10 leaping in fear from a minibus, he was shot in the head. His mother was crying out for him, she jumped out after him, and she was killed. People were afraid. »

http://news.independent.co.uk/world/middle_east/article2984819.ece


[Le Monde Informatique 21/09/2007]
Lors du sommet Gartner sur l’Open Source, Mark Driver, vice-président du cabinet d’analyse, a été très clair : Les sociétés peuvent essayer d’éviter l’Open Source, mais il sera alors plus simple de se passer entièrement d’infrastructures high-tech. « L’Open Source s’intègrera à votre réseau que vous le vouliez ou non. Il est devenu totalement impossible d’éviter le sujet », affirme Mark Driver, soulignant que d’ici 2011, 80 % des logiciels commerciaux contiendront au moins une partie de code Open Source.
Il propose également quatre éléments pour juger de l’intérêt d’intégrer un logiciel ouvert dans son organisation. Le premier est l’utilité du logiciel. « L’Open Source, plus que les autres modèles dans l’industrie, a de nombreux promoteurs, à la limite fanatiques […].»
Le deuxième est le ratio risque/amortissement, en s’assurant que le produit est suffisamment stable et dispose d’un support technique. Le troisième est l‘autonomie technique de l’entreprise et sa capacité à absorber de nouvelles technologies. Et enfin, le quatrième facteur est l’aspect critique de l’application.
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-pour-gartner-l-open-source-est-incontournable-24048.html


[Le Monde Informatique – 21/09/2007]
Alors que la virtualisation se glisse de plus en plus dans les systèmes d’information, une équipe de chercheurs IBM a mis la main sur une série de failles touchant de près ESX Server. Si VMWare, son éditeur, comblait dans la foulée cette série de douze trous dans une mise à jour livrée hier jeudi 20 septembre, cet épisode mettait en avant les quelques faiblesses d’une technologie très à la mode. Les trois failles, pointées du doigt par IBM et jugées critiques pour les utilisateurs d’ESX Server, frapperait le serveur DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol) livré avec l’application. Ce logiciel, qui répartit les adresses IP entre les différentes machines virtuelles, pourrait ainsi servir à prendre la main à distance sur le serveur. Pour Tom Cross, chercheur à l’Internet Security Group d’IBM : « en prenant le contrôle de la machine, l’attaquant peut accéder à n’importe quelle machine virtuelle présente. » Un point gênant car les chercheurs – et les entreprises – utilisent souvent des machines virtuelles pour isoler certaines applications sensibles.

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-les-bogues-de-vmware-soulignent-les-failles-de-la-virtualisation-24053.html 


« Ne conaissant que les clous et rencontrant des vis, ils avaient tenté d’en arracher une par la force. Ceci ayant échoué, ils se concertaient, planifiaient des méthodes pour appliquer encore plus de force, mettaient en chantier de nouveaux prototypes de pinces pour arracher plus efficacement, calculaient de nouveaux points d’appui pour que plus d’hommes puissent appliquer leur force combinée… » (C.S Forester, The General)

Comme nous l’avons déjà raconté, l’Armée US a mis en place des programmes de formation pour les détenus irakiens, et notamment un programme de reéducation religieuse. Le programme est dirigé par le Maj. Gen. Douglas M. Stone (US Marines) et s’adresse à des prisonniers dont certains ont moins de 12 ans. Stone a été interviewé par le Washington Post. C’est édifiant !

« L’objectif est de les plier à notre volonté »

Les aspects religieux du programme de formation du Général Stone lui permettent de trier entre les ex-terroristes qui ont vraiment abandonné leurs erreurs et les extrémistes purs et dures pour lesquels tout effort de reéducation est vain. « Je veux savoir ce que chacun a dans la tête, qui ils sont« , explique Stone. « Dans le lot, il y a des oeufs pourris, vous savez, qui se cachent dans le panier du Lapin de pâques« .

Pour le Général Stone son programme de réhabilitation est une tentative de « les faire revenir sur le droit chemin, afin qu’ils fassent ce que nous voulons, les plier à notre volonté, » un objectif de première importance dans « la guerre quotidienne pour prendre le contrôle du champ de bataille des cerveaux et des coeurs« . L’objectif étant, toujours selon Stone, « de débusquer et éliminer les radicaux, les extrémistes, afin de créer des groupes homogènes de gens modérés, débarassés de l’infection extrémiste, des groupes qui n’existaient pas auparavant ».

Stone a des idées bien arrêtées sur les caractéristiques qui permettent d’identifier un « irakien modéré« . Pour commencer, il ne porte pas la barbe. Ainsi, il raconte comment, au début du mois de Septembre, il a du faire face à une rébellion dans un des camps de prisonniers qu’il administre en Irak.

« Nous avons été aidés par le groupe des modérés que nous avions réussi à former. . . ils sont venus d’eux même nous dénoncer les agitateurs extrémistes. Cela ne s’était jamais passé auparavant, » explique Stone. « Nous les avons débusqués, identifiés, attachés au grillage et leur avons rasé leur putain de barbe… c’était un moment historique ! »

Historique en effet !


A LIRE ABSOLUMENT ! Ca fait froid dans le dos…Bien sûr, vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’êtes pas un voleur, un terroriste, un pédophile ou un trafiquant de drogue…
Malgré tout, Mme Bloor refuse de considérer l’ANPR comme un danger pour les libertés publiques : « Les gens honnêtes n’ont rien à craindre de la police britannique, et ils le savent. »
… C’est aussi ce que se disaient les allemands dans les années 30. Mes grand-parents étaient tout ce qu’il y avait d’honnête. Ca ne les a pas empêché….

ENQUÊTE : BIG BROTHER SUR LA ROUTE

[Lemonde.fr, avec la BBC et « The Independent » – 14.06.06 ]

Vue de l’extérieur, la voiture de police du Constable Jeff Martin, garée devant le QG de la police routière du comté de Staffordshire, ressemble à toutes les autres. Mais lorsqu’on s’assied à l’intérieur, on découvre un équipement électronique ultra-sophistiqué : deux caméras numériques orientables fixées au plafond à l’avant et à l’arrière, un écran couleur tactile intégré au tableau de bord, un boîtier GPS, un clavier dépassant de la boîte à gants…

L’ensemble est piloté par un ordinateur logé dans le coffre, et relié au réseau informatique général de la police par un émetteur-récepteur audio-vidéo-data.Les caméras de Jeff Martin ne filment pas le paysage au hasard : ce sont des machines « intelligentes » dites ANPR (Automatic Number Plate Recognition, reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation), programmées pour repérer tous les véhicules alentour, les prendre en photo, calculer leur emplacement par GPS, puis lire et traiter leurs numéros minéralogiques. Mise au point à l’origine pour établir des systèmes de péage électronique comme celui qui fonctionne à Londres depuis 2003, l’ANPR sert désormais à pourchasser les délinquants dans tout le pays.
(suite…)


.. Il faut juste savoir regarder un peu plus loin que le bout de son nez et de son analyse primaire. C’est du moins ce que nous dit Aseem Shrivastava dans « Counterpunch »…Je suis à la recherche de la citation originale du Boston Globe qui dit que la guerre en Irak c’est « D’abbord les bombes, ensuite les Banques. L’irak n’est pas une invasion, c’est un hold-up » (cité dans l’article)

Greg

The Iraq War is a Huge Success

[ASEEM SHRIVASTAVA – Counterpunch – 28/07/2006]

(…) Is there reason to believe that the war, far from being a disaster, has actually proceeded quite well from Washington’s point of view? That the view that the war has been a fiasco is merely a convenient smokescreen of innocence helpful to keep in check public perceptions of the monstrous crimes of leaders in Washington and London?

First, and easily forgotten, the obvious success of the Iraq adventure has been to get rid of that rotten dictator Saddam Hussein. Democracy has dawned on an Islamic land. Thanks to American blessings, people can now elect their own representatives to govern them, even if they get their heads blown off every now and then when they step on to the streets.

Looking beyond that, however, there are some sobering facts. Let’s begin with the lessons history teaches. The dominant view is that the Vietnam War was lost by the US. It was driven out of Vietnam. 58,000 Americans died in the war, apart from the millions of Indo — Chinese. All this may be true.

However, if you look at it from the perspective of American corporate elites, rather than from the perspective of the majority of Americans, Washington succeeded in its primary goal, which was to prevent an alternative model of independent Third World development (something like what Cuba has tried and Venezuela is trying these days) from taking root. Vietnam was not allowed to set an example which might have generated a domino effect across the developing world, much to the loss of the United States, which would have become a less indispensable nation. True to American plans, Vietnam is an open-market economy today, dependent on a globalized economy led by the US.

(suite…)


Tous les matin, mon moment de bonheur, c’est de me faire une grande tasse de café et de me précipiter sur le blog de Sébastien Fontenelle pour savourer sa prose. Si vosu n’êtes pas encore un habitué du blog AJT, vous ne savez pas ce que vous ratez !

« Le Monde » Raille (Durement) Le « Show Permanent » Du Chef De L’Etat

medium_article_CPS.HKV92.200907080704.photo00.photo.default-512x405.jpg

[Vive le Feu – le blog exellentissime de Sébastien Fontenelle – 22/09/2007]
« Le Monde », qui nous a quand même habitué(e)s à (beaucoup) moins de courageuse témérité, raille ce soir, avec mordant, l’omniprésence médiatique du chef de l’Etat.

J’ai d’ailleurs eu, je l’avoue, beaucoup de mal à en croire mes yeux – car enfin, rien ne laissait prévoir que notre vénérable quotidien vespéral de référence allait soudain nous balancer, en lieu et place des coutumières flagorneries du fidèle Ridet (pour ne citer que lui), cette longue moquerie.

(Foutre, me suis-je dit, si « Le Monde » soudain cesse de léchouiller les mocassins de Nicolas Sarkozy pour les lui mordiller, à quoi devons-nous demain nous attendre? A un éditorial intelligent de Philippe Val ou de Laurent Joffrin?)
(suite…)


LES JUIFS AUSSI PEUVENT SE COMPORTER COMME DES NÉO-NAZIS
[Meron Rapoport – Haaretz, 17 septembre 2007 – Traduction de l’hébreu : Michel Ghys]
La semaine passée, quand toutes les chaînes de télévision du pays ont montré les images des jeunes « jeunes néo-nazis » attaquant des victimes prises au hasard, l’attention du public s’est portée sur les agresseurs. Cela se comprend facilement. Il est difficile d’appréhender le fait qu’un groupe néo-nazi opère chez nous, dans l’Etat des Juifs. Cette combinaison – des néo-nazis juifs – paraît inconcevable même dans d’autres pays – c’est pourquoi cette histoire a fait la une dans les quotidiens à l’étranger.

Chez nous, le débat s’est immédiatement porté sur la Loi du Retour. Comme si le phénomène devait disparaître si nous n’autorisions l’entrée en Israël que des Juifs jugés tels par la halakha [loi rabbinique]. Cet argument infondé oublie à la fois qu’une partie des membres de ce groupe néo-nazi sont juifs selon la halakha et aussi que des Juifs casher [conformes à la halakha] peuvent eux aussi, malheureusement, se comporter comme des néo-nazis.

Il s’agit sans aucun doute d’un phénomène terrifiant et il y a lieu de s’occuper des agresseurs et de l’environnement qui a engendré ce mode de comportement. Mais il vaut la peine de prêter attention aux victimes également. La plupart d’entre elles étaient des travailleurs étrangers, mais cela on le sait de la bouche des agresseurs.

Roni Singer, journaliste à Haaretz, a rapporté que la police avait multiplié les efforts pour identifier les personnes agressées, afin de renforcer le dossier d’accusation, mais en vain. Aucune des victimes ne s’est plainte à la police. Apparemment, en Israël, un travailleur étranger craint davantage la police que les voyous qui le frappent sans pitié. Le travail acharné de la police de l’immigration porte apparemment ses fruits.
(suite…)


[Sébastien Fontenelle -13 septembre 2007]

Dans « La Poudrière du Moyen-Orient » (éditions Fayard, 391 pages, 23 euros), Noam Chomsky et Gilbert Achcar débattent.

En voici un minuscule extrait – celui où le gars qui les a réunis leur demande : « Quelles sont l’importance et l’étendue du racisme antiarabe » ?

Chomsky répond : « Aux Etats-Unis, c’est vraiment la dernière forme légitime de racisme. Il n’est pas nécessaire de tenter de le cacher. Si l’on est raciste envers d’autres entités sociales, il faut faire semblant de ne pas l’être. Mais, dans le cas du racisme antiarabe, point n’est nécessaire de faire semblant. (…) »

Achcar précise : « Le racisme antiarabe est probablement la forme la plus aigüe de quelque chose d’encore plus général, l’islamophobie ».

Chomsky : « Personne ne fait cette distinction – les Arabes, les Iraniens, l’islam, tout cela, c’est la même chose ».

Achcar : « Exactement. Essaie de te mettre dans la peau d’un musulman et observe les médias. C’est consternant. On a l’impression d’être constamment assailli. Je ne parle pas d’actes concrets d’agression, de discrimination et tout le reste. Je ne parle que des médias. (…) C’est absolument horrible de voir la profusion d’absurdités anti-islamiques et de catégorisations racistes qui sont proférées par des gens qui sont, la plupart du temps, totalement ignorants. (…) (suite…)


[Les Indigènes de la République – 20 septembre 2007]
La liste des transfuges du PS au parti de Sarkozy semble devoir s’allonger. Ce serait déjà un secret de Polichinelle dans les cénacles politiques et le marais médiatique, Julien Dray, le fondateur de SOS-Racisme et membre éminent du Parti socialiste, s’apprêterait en effet à rejoindre le gouvernement lors d’un remaniement ministériel qui pourrait avoir lieu en janvier prochain.

Il ne lui resterait que sa brosse à dent à glisser dans sa valise Gucci pour se transporter de la rue Solférino au siège du ministère qui lui serait concédé.

On ignore encore de quel département il héritera, si cette information se confirmait, mais à notre humble avis on pourrait lui donner la charge d’un « ministère de la Reconquête des territoires perdus de la République » qui travaillerait en étroite association avec le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. Seul problème, il est vrai, son amie de toujours et ex-présidente de Ni Pute Ni Soumise a déjà la responsabilité de ce dossier au sein du gouvernement. On pourrait, pour résoudre la question, nommer celle-ci a la tête d’un secrétariat d’Etat à la Glandouille.

Ah, pour conclure, nous trouvons parfaitement injuste que Malek Boutih, qui attend depuis si longtemps, ne soit pas déjà ministre !

http://www.indigenes-republique.org/spip.php?article1014


[Abhay Adjit – IES News Service – 18/09/2007]
Le sheriff du comté de Gilpin (Colorado), à l’Est de Denver, a récemment mis en place des barrages routiers sur lesquels les conducteurs devaient se soumettre à tests d’haleine, de salive ainsi que des prises de sang… non pas pour constater un quelconque délit, mais pour le bénéfice d’une entreprise de recherche privée. Il avait le plein accord de son administration (la National Highway Traffic Safety Administration) pour ce faire.
(suite…)


[Daniel Mermet – La bas si j’y suis – France Inter]
Sur le plateau du Vercors, plus de soixante ans après la seconde guerre mondiale, une nouvelle résistance cherche à pointer le bout de son  nez… mais non violente celle-là. Il faut dire que l’ennemi a changé : il s’agit aujourd’hui du nucléaire, des 4×4, des OGM…

Mais, en tout cas, « y’en a marre des manifs et des pétitions ». Il faut aller plus loin. Alors où ? Et comment ?

Rencontre avec un groupe d’activistes en formation à l’Action directe non violente.

http://www.radiofrance.fr/franceinter/em/labassijysuis/index.php?id=59576


[John Bowe – Randon House – 2007]
Le journaliste et auteur John Bowe plonge dans l’univers de l’esclavage moderne aux Etats-unis à travers des enquêtes en Floride, dans l’Oklahoma et le territoire US de l’île de Saipan, où des cas d’esclavage pur ont été portés devant la justice pas plus tard qu’au début de l’année 2007.

Bowe interroge les ouvriers agricoles de Immokalee, en Floride, où des clandestins latinos récoltent les tomates et les oranges pour des salaires de misère, sont parqués dans des logements insalubres et surveillés par des gardes violents afin qu’ils n’aillent pas raconter leur calvaire.

A Tulsa, dans l’Oklahoma, une usine de ferronerie avait fait venir des ouvriers d’Inde, qui devaient vivre dans des conditions inhumaines, dans un camp isolé sans contact avec l’extérieur et où on leur facturait des « frais de recrutement » et des « loyers », prélevés directement sur leurs salaires, dix fois inférieurs à ceux des ouvriers états-uniens.

Enfin, dans l’île de Saipan, présentée par la presse aux Etats-unis comme « un miracle du développement économique » et où le porte-parole Républicain Tom Delay a cru voir « un laboratoire du développement et du progrès apporté par la politique de libéralisation des marchés« , Bowe montre comment la culture locale, l’isolation de l’île et le capitalisme sauvage importé par les Etats-unis ont crée un univers d’exploitation pour des quasi-esclaves dans l’industrie du textile. Les politiciens locaux corrompus protègent et profitent de ce système, tout comme de l’industrie des jeux et de la prostitution qui fleurit à Saipan. C’est ici, dans les bars Karaoke et à strip-teaseuses que le lobbyste du Parti Républicain Jack Abramoff, aujourd’hui emprisonné, invitait ses « amis » et concluait ses affaires. La population de Saipan est la première victime de ce système bati sur l’exploitation, avec des taux de pauvreté dépassant les 35%.


Dans les années 1980, le pape Jean-Paul II avait interdit à Ernesto Cardenal d’être ministre au gouvernement sandiniste du Nicaragua. Le Saint Office a depuis rappelé à de nombreuses reprises qu’un prêtre n’a pas à avoir de mandats politiques….  alors ?

Que fait le mouvement LGBT ? Comment peut-il accepter qu’un facho homophobe déclaré comme Bolufer puisse être au ministère ? Que fout Ras-le-front ?

Que fait Pro-Choix ? Est-ce qu’on a entendu Fiammetta Venner et Caroline Fourest s’indigner de la présence d’une militante engagée des commandos anti-avortement au sein du ministère ? Ou bien nos deux converties à la cause néo-con n’osent pas critiquer leur ami Sarkozy ?

Et Fadela ? Qu’est ce qu’elle fout avec ces gens là ? La soupe est bonne au ministère, au moins ?

[Le Monde jeudi 5 juillet 2007]
Le fait est « sans précédent », croit savoir la Conférence des évêques de France. C’est un choix « original », concède-t-on au cabinet de la ministre. La nomination d’un prêtre dans un cabinet ministériel aurait pu semer le trouble chez les tenants d’une pointilleuse laïcité. Christine Boutin, ministre du logement et de la ville, n’a pas hésité à appeler à ses côtés le Père Jean-Marie Petitclerc, acteur social reconnu à Argenteuil (Val-d’Oise) et à Lyon, où il continue de diriger une association d’aide aux jeunes en difficulté. « Il a été recruté pour ses compétences, souligne l’entourage de la ministre. Il se trouve qu’il est prêtre, il n’est pas pour autant l’aumônier du ministère ! »

Proche de personnalités de gauche, le nouveau chargé de mission pour les relations avec les acteurs locaux « se réjouit d’appartenir à un pays où les convictions religieuses n’empêchent pas d’exercer un certain nombre de responsabilités », rapporte La Croix du 25 juin. Le mélange des genres demeure toutefois exceptionnel. Au XXe siècle, les exemples les plus connus restent ceux de l’abbé Pierre, député de Meurthe-et-Moselle de 1945 à 1951, et du chanoine Félix Kir, maire de Dijon, député de Côte-d’Or de 1945 à 1967. En acceptant d’entrer en politique auprès de Mme Boutin, le prêtre salésien de Don Bosco, également polytechnicien, rejoint une équipe marquée par une coloration chrétienne inédite.

À sa tête, la ministre aux convictions catholiques revendiquées a conservé son titre de « consulteur » auprès du Conseil pontifical pour la famille. Cette instance vaticane, notamment chargée de promouvoir les « initiatives de défense de la vie humaine de la conception à la mort naturelle », compte 39 consulteurs à travers le monde. Cette fonction, que Mme Boutin occupe depuis 1996, lui vaut d’être « consultée pour son expertise sur la politique familiale ». « Elle n’est allée au Vatican qu’une ou deux fois, insiste son cabinet. Il n’y a aucun lien de subordination et aucune incompatibilité avec ses nouvelles fonctions. » Un avis partagé par la nonciature apostolique à Paris.

Au-delà de ses propres engagements, Mme Boutin s’est entourée de personnalités connues pour leur proximité avec des mouvements catholiques conservateurs. C’est le cas de son directeur de cabinet, le préfet Jean-Paul Bolufer, issu de la droite catholique dure et militante, réputé pour ses prises de position contre l’avortement ou l’homosexualité.

C’est également le cas de Christine de Chefdebien, sa conseillère technique chargée de la politique de la ville et des relations avec les acteurs locaux. En 1992, elle avait été condamnée à quatre mois de prison avec sursis et 3 000 francs d’amende – une peine ramenée en appel à 5 000 francs – pour avoir participé à un commando antiavortement dans le service gynécologique du centre hospitalier de Pau.


Les virtuoses de Photoshop ont encore sévi à Paris Match. Après avoir enlevé les bourrelets du Président, voilà qu’ils lui rallongent les jambes… et rajoutent des cheveux à PPDA !!!!
(merci tropicalboy !)

Photo truquée de Sarkozy dans Paris-Match

Page suivante »