Google



Dans ce cas, il faudrait carrément attaquer l’intégralité des fournisseurs d’accès Internet pour permettre à la propagande de circuler dans ses tuyaux…

Tuerie d’Orlando: des familles de victimes attaquent Facebook, Twitter et Google
[ LEXPRESS.fr –  21/12/2016 ]

Trois familles ont déposé une plainte lundi contre les réseaux sociaux, qu’ils accusent d’avoir concouru au processus de radicalisation d’Omar Mateen, l’auteur de l’attentat d’Orlando.

Les familles de trois victimes de l’attentat d’Orlando, Tevin Crosby, Juan Raon Guerrero et Javier Jorge-Reyes, on déposé une plainte contre Facebook, Twitter et Google, qu’elles accusent d’avoir contribué à la radicalisation du tueur, Omar Mateen.

Dans leur plainte, déposée lundi devant la cour fédérale de Détroit (Michigan), les familles reprochent aux trois réseaux sociaux d’avoir « procuré au groupe terroriste EI des comptes, que [ses membres] ont utilisé pour partager leur propagande extrémiste, collecter de l’argent et attirer de nouvelles recrues ».

« Soutien matériel »
A leurs yeux, l’auteur du massacre perpétré dans une boîte de nuit de Floride le 12 juin dernier (49 morts et 53 blessés), qui n’avait jamais rejoint les rangs de Daech avant son attaque, n’a eu que ces outils numériques pour s’imprégner de la doctrine des djihadistes.

LIRE AUSSI >> « Le djihadiste américain agit seul mais pense appartenir à une communauté »

« Ce soutien matériel a été essentiel dans l’essor de l’EI et lui a permis de mener ou de faire mener de nombreuses attaques terroristes », dénoncent les familles dans leur plainte.

Des plaintes qui aboutissent rarement
Ce n’est pas la première fois que les trois géants du web sont visés par de telles plaintes, qui n’ont toutefois jamais abouti. Aux Etats-Unis, les réseaux sociaux sont en effet protégés par la section 230 du Communication Decency Act (CDA), adopté en 1996, qui exonère les hébergeurs de la responsabilité de contenus postés par les utilisateurs.

En août dernier, un juge a débouté une action de groupe contre Twitter, qui imputait au réseau social une part de responsabilité dans une attaque de Daech en Jordanie. A ce titre, le magistrat avait invoqué le CDA pour rejeter la plainte.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/tuerie-d-orlando-des-familles-de-victimes-attaquent-facebook-twitter-et-google_1862382.html

Publicités

[Yves Eudes – Le Monde.fr | 27.10.2014]

Dans les smartphones saisis au cours de leurs enquêtes, les gendarmes ont appris à exploiter une nouvelle mine de renseignements : les données techniques des photos prises par les suspects et leur entourage.

Lorsque vous prenez une photo avec un téléphone, vous créez, sans le savoir, un fichier technique en mode texte qui s’intègre à l’image. Ces métadonnées, écrites dans un format baptisé EXIF (Exchangeable Image File Format), sont invisibles et inaccessibles pour l’utilisateur de base, mais il est possible de les extraire, par exemple grâce à un logiciel baptisé EXIFTool, téléchargeable gratuitement.

Le résultat est spectaculaire : le fichier EXIF d’une photo prise par un Samsung Galaxy S comporte 104 lignes, celui d’un iPhone 4S d’Apple 160 lignes. Tout y est, notamment les codes d’identification de votre appareil et ses réglages (vitesse d’obturation, longueur de focale, sensibilité, etc.). Avec en prime, en bas du tableau, le jour et l’heure, à la seconde près, où la photo a été prise, ainsi que le lieu, exprimé en coordonnées GPS (longitude, latitude et altitude), avec une précision de quelques centimètres. Ces fonctions sont activées par défaut sur tous les téléphones, et peu de gens prennent la peine de s’aventurer dans le menu « Réglages » pour les bloquer. A noter que les appareils photo numériques haut de gamme génèrent le même type de métadonnées.

Des dizaines de détails

A lui seul, le contenu visuel de vos photos raconte un peu de votre vie (vacances, travail, sorties, et fréquentations sociales, familiales, intimes…). Quand on y ajoute la date et le lieu de chaque cliché, on obtient un début de reconstitution de vos itinéraires et de votre emploi du temps.

Pour les enquêteurs de la gendarmerie nationale, les albums photo des suspects constituent un nouveau trésor. (suite…)


how_to_disappear

Vous êtes décidé à disparaître d’Internet et effacer vos traces une fois pour toutes ? Le graphique ci-desosus (en anglais) publié par  Who Is Hosting This vous indique les neuf étapes à accomplir pour effacer votre présence en ligne.

C’est un résumé du  Guide du Suicide Numérique publié jadis par LIFEHACKER – allant des effacements de profils jusqu’aux demandes de suppression des  listes de collecte de données. Mais il explique aussi comment gérer les comptes qui ne peuvent être supprimés en falsifiant les informations et en contactant votre fournisseur téléphonique afin de ne plus figurer dans les annuaires.  (suite…)


[Le Monde.fr | 13.10.2013 ]

Au moment où Facebook annonce supprimer la fonctionnalité qui permettait à ses utilisateurs de ne pas apparaître dans les résultats de recherche du réseau social,Google a annoncé de son côté, vendredi 11 octobre, qu’il allait commencer àutiliser dans des publicités les photos des membres de son réseau social Google+ et les marques ou endroits qu’ils disent aimer avec le bouton « +1 ».

Le géant d’Internet a fait valoir que « des recommandations de personnes qu’on connaît peuvent vraiment aider ». Une pratique déjà adoptée par Facebook. Google a précisé que les utilisateurs pourraient choisir de désactiver cette fonctionnalité, et que ce serait automatiquement le cas pour les moins de 18 ans.

Le site Internet Tech Crunch explique comment faire pour que la photo de son profil sur Google + n’apparaisse pas dans les publicités.

Il suffit de se rendre sur ce lien, une fois logué sur son compte Google. Ensuite, il suffit de s’assurer que l’option située en bas de page –« Based upon my activity, Google may show my name and profile photo in shared endorsements that appear in ads »  – est bien décochée.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/10/13/comment-faire-pour-que-ma-photo-google-n-apparaisse-pas-dans-des-pubs_3494856_651865.html

 


five_stages_NSA

NSA_Scandal(adaptation française – Gregor Seither – IES News Service)



[Jacques Cheminat – Le Monde Informatique – 17/02/2012]

Selon le Wall Street Journal, Google et des sociétés de publicité ont installé un cookie dans le navigateur Safari utilisé par les iPhone, iPad et Mac pour connaître le comportement des utilisateurs à des fins publicitaires. Google a immédiatement cessé ce procédé et Apple promet de mettre à jour son navigateur. (suite…)

Page suivante »