mars 2010



Tout cela vous a un petit parfum de Katrina et de G.W. Bush qui voulait nous faire croire que « personne ne pouvait imaginer ce que les digues cèderaient ». En attendant, le sous-ministre profite de la manne immobilière en bord de rivière, il sera toujours temps d’aviser quand l’inondation aura fait quelques morts. On dira alors « personne ne pouvait imaginer… »

[J.-F. J. – Le Canard Enchainé – 31/03/2010]

Il faisait figure de général en chef de la lutte anti-inondations, ce 29 mars, à France Info. Interrogé sur les suites de la tempête Xynthia, Benoist Apparu, le secrétaire d’Etat au Logement et à l’Urbanisme, n’a pas tortillé: la « zone noire », bannissant toute construction, sera définie « dans la semaine ». Exécution. Et même régime pour toute la France !

Alors que près de 900 communes doivent, depuis des mois, signer un Plan de prévention des risques d’inondation (PPRI), une cinquantaine seulement se sont exécutées. Ailleurs, les plans devront être « approuvés plus rapidement» par les préfets. Car les négociations entre élus et préfets « prennent trop de temps », s’est plaint le sous-ministre.

Une décision qui devrait intéresser un élu nommé Apparu Benoist. Depuis plusieurs mois, à Châlons-en-Champagne, dont il est conseiller municipal, ce sournois use de toute son influence pour retarder la signature et limiter la portée de ce désormais fameux Plan de prévention, dont la révision a été lancée, en 2007, par la préfecture.

Enjeu, deux projets situés en zone inondable : l’extension d’un camping et l’aménagement d’une zone d’échange entre route et chemin de fer. C’est en juillet 2009 que Benoist Apparu, qui venait de rejoindre le gouvernement Fillon II, a pris les choses en main et écrit au préfet pour lui demander de « retarder la phase d’enquête publique et de construire le PPRI dans un contexte de confiance ». Avant d’ajouter que ce plan, « à Châlons- en-Champagne, remettrait en cause les projets de développement logistique (la plate-forme rail-route) C.. ) ou les projets de développement du camping ».

Le 26 janvier dernier – un mois avant les inondations en Vendée -, Apparu n’a pas hésité à convoquer au ministère les fonctionnaires champenois concernés pour les « recadrer ». Ce que justifie ainsi un conseiller du ministre: « La préfecture s’appuyait sur des hypothèses de débit de la Marne excessives en cas de crue. » Réplique d’un fonctionnaire local: « Apparu et ses amis font le forcing pour sauver leurs projets. Ils vont jusqu’à écrire que les crues de la Marne sont lentes et qu’on aurait le temps d’évacuer les campeurs! Même la nuit ? » En cas de fortes pluies, mieux vaut éviter toute précipitation…


[Arrêt sur Images – 31/03/2010]

Comment appeler nos quatre invités de cette semaine ? Quatre rebelles ? Quatre résistants ? Quatre fortes têtes ? Tous quatre ont franchi la ligne jaune. Chacun à sa manière.

Le gendarme, et chercheur associé au CNRS, <http://www.cesdip.fr/spip.php?article329>  (1) Jean-Hugues Matelly s’est prononcé contre la réforme police-gendarmerie <http://www.rue89.com/2008/12/30/la-gendarmerie-enterree-a-tort-dans-lindifference-generale>  (2) : il est aujourd’hui radié de la gendarmerie, expulsé de son logement de fonction. Joseph Tual, journaliste à France 3, vient d’être entendu comme témoin par un juge d’instruction, après la diffusion d’un reportage mettant en cause des officiels marocains, à propos de l’affaire Ben Barka. Véronique Decker, directrice d’école, a refusé d’appliquer les nouvelles directives sur le soutien scolaire, et le fichier « Base élèves ». Enfin, pour compléter le quatuor… un député UMP, Lionel Tardy (Haute-Savoie). Sa transgression est plus mince : il a « twitté » une réunion de parlementaires UMP <http://www.lioneltardy.org/archive/2010/03/23/b7e3287bc9561d3420cffb346ba6dec3.html>  (3), alors même qu’elle se déroulait. Plus mince, mais à l’échelle de l’UMP, c’est considérable.

Alors que se lèvent, dans l’Education Nationale, dans le parti au pouvoir, et jusque dans la gendarmerie, d’étranges vents d’insoumission et de désobéissance, il nous a semblé intéressant de confronter ces quatre-là, auxquels les médias dominants donnent si peu la parole. Quand ont-ils décidé de franchir la ligne sans retour ? Quel a été le déclic ? Au-delà des clivages politiques, des tempéraments qui se ressemblent. Décidément, toutes les lignes bougent, à grande vitesse. Voilà pourquoi j’ai voulu vous en prévenir dès aujourd’hui. Notre émission ligne j@une, qui n’a jamais si bien porté son nom, est ici <http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2883>  (4). Et ses meilleurs moments sont là. <http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#7668>  (5)


Siné : « C’est les lecteurs qui manquent, pas le pognon »

[Augustin Scalbert | Rue89 | 30/03/2010

Au bout d’un an et demi d’existence, Siné Hebdo s’arrête. Avec trois concurrents, l’hebdomadaire n’a pas trouvé son public.

Le dernier numéro sera vendu sur la manif du 1er mai, à la criée. « Tout le monde est un peu étonné », reconnaît le fondateur du journal satirique, le dessinateur Bob Sinet, alias Siné, 81 ans. Lancé en septembre 2008, après « l’affaire Siné », l’hebdo plafonne à 37 000 exemplaires. Insuffisant, quand on trouve aussi en kiosques Charlie, Bakchich et Le Canard.

Siné n’explique pas cette « désaffection » des lecteurs :

« C’est les lecteurs qui manquent, pas le pognon. Il y en a qui disent qu’il y a trop de cul, d’autres qu’il y a trop de politique… Et c’est vrai que le fait d’avoir quatre hebdos satiriques en kiosques ne nous a pas aidés. Bakchich a dû nous faire du mal. »

Le site web a lancé sa déclinaison papier en septembre dernier, avant de l’arrêter puis de reparaître tous les samedis, grâce à une nouvelle recapitalisation.

« On va finir les poches complètement raides »

Pendant les premières semaines, Siné Hebdo a atteint des ventes record, autour de 130 000 exemplaires. « Ça nous a permis de mettre un peu d’argent de côté », raconte Siné. Argent qui a aujourd’hui fondu, alors que le seuil nécessaire de 43 000 exemplaires n’est pas atteint :

« On va finir les poches complètement raides. Notre bail à Montreuil court encore pendant un an et demi. Il est garanti sur mon compte en banque personnel. »

L’équipe cherche à sous-louer les lieux, et à vendre son matériel. La déclinaison professionnelle de la bande à Siné, c’est terminé : les onze salariés vont être licenciés, et les pigistes remerciés : (suite…)


Et Sarkozy qui veut nous faire croire que c’est « la faute à pas de chance » ou bien la faute à des petits retraités inconscients qui ont construit leur maison là où il fallait pas… mais bien sûr !

AVANT LA TEMPËTE, UNE INONDATION DE PERMIS DE CONSTRUIRE

[Didier Hassoux – Le Canard Enchainé – 31/03/2010]
Un mois après « la catastrophe nationale » du 28 février, Sarko vient de recevoir le prérapport d’une enquête qui cherche à établir « les responsabilités »dans la mort de 53 personnes sur le littoral atlantique.  Réalisée par les services de l’Intérieur, de l’Environnement et des Finances, cette enquête est qualifiée d' »explosive »par un conseiller élyséen. Pour l’Etat comme pour les collectivités locales. La version définitive devrait parvenir dans la première quinzaine d’avril, et « finir sur le bureau d’un juge « , pronostique le même conseiller.  Il reviendra alors au magistrat d’établir si des intérêts financiers, touristiques ou électoraux ont prévalu sur la sécurité des personnes et des biens.

Le 8 octobre 2001, presque neuf ans avant le passage de la tempête Xynthia, Dominique Caillaud. député (UMP) de Vendée, adressait une belle lettre au préfet du département, un certain Jean-Paul Faugère (aujourd’hui directeur de cabinet de François Fillon). L’élu y plaidait en faveur de la municipalité de La Faute-sur-Mer (1 000 habitants l’hiver, 40 000 l’été) car l’État venait d’ordonner la fermeture du camping municipal, La Côte de lumière, installé illégalement sur le domaine maritime. Une décision « prise au motif que la zone concernée présenterait un risque d’inondation par rupture de digue« . Or, écrivait le parlementaire, « il semblerait qu’aucun incident de ce type ne se soit jamais produit et que ce risque soit nul« . En conséquence, le député « serait très heureux» si le préfet « reconsidérait sa décision».

Trois ans plus tard, le même Caillaud recevait l’audacieux soutien du sénateur (UMP) Jacques Oudin. Le 16 septembre 2004, ce dernier, président-fondateur de l’Association des élus du littoral, adressait un courrier à la sous-préfète des Sables d’Olonne pour lui recommander d’autoriser la municipalité à étendre son activité touristique sur le domaine public maritime. Et, en expert patenté des zones inondables, il ajoutait: « Actuellement, le camping de La Faute-sur-Mer se trouve parfaitement protégé de toute menace de submersion maritime. »

Le 28 février dernier, le camping a été dévasté. (suite…)


On vit en Monarchie ! Un claquement de doigts du Prince suffit pour que le courtisan tombe en disgrâce et soit jeté dans le caniveau…

Sarkozy renoue avec les valeurs de droite et distribue les coups de latte aux Arabes !

Sarkozy et Dati, c’est fini

[Le Canard Enchainé – 31/03/2010]

Le drame s’est noué le 14 mars à l’Elysée, où le chef de l’Etat analysait avec quelques amis le résultat du premier tour des régionales. Soudain, Sarko bondit de son fauteuil. Il vient de voir Rachida Dati apparaître sur les écrans de France 2 et s’écrie: « Mais qu’est-ce qu’elle fait là, celle-là ? On ne l’a pas vue pendant la campagne, et la voici devant les caméras ! » Le Président prend illico son téléphone et ordonne à Frédéric Péchenard, son copain directeur général de la police nationale, de prendre des mesures de rétorsion. Ça tombe bien. La Cour des comptes vient de préconiser des mesures d’économies sur les voitures et le personnel de sécurité mis à la disposition des anciens ministres.

Sarko exige que Rachida soit privée « dans l’heure» de sa limousine – mise à sa disposition par le ministère de l’Intérieur – ainsi que de son chauffeur et de ses quatre flics.

Encore sur le plateau, l’ancienne garde des Sceaux apprend la décision par ses officiers de sécurité. « Désolé, Madame, on doit rentrer, ordre d’en haut. » Rachida appelle Péchenard et obtient de garder sa 607 et ses gardes du corps pour la soirée. Mais pas plus. Le lendemain, elle rend également son portable aimablement prêté par l’Intérieur.

Pourquoi tant de haine? Tout simplement parce que le chef de l’Etat soupçonne l’ancienne ministre de la Justice de colporter, voire même d’être à l’origine des rumeurs sur la vie intime de Carlita et de Chouchou. Elle ne doit pas être la seule, mais, sur ce sujet, l’Elysée ne rigole pas.

Rachida pourra toujours se consoler en utilisant désormais le yéhicule de fonction qui lui a été attribué en tant que maire du VIle arrondissement. Evidemment, ce n’est qu’une Prius hybride, moins chic qu’une 607.


Hmmm.. une autre fraction du mouvement djihadiste tchétchène ? Une manipulation des Services Secrets, comme à Beslan (voir l’article « Beslan : un an après, le mystère s’éclaircit » http://www.voltairenet.org/article127219.html ) ou lors des attentats de 2001 (cf. Un agent de la CIA revendique la prise d’otages de Beslan – http://www.voltairenet.org/article14948.html ) ?

[AFP – 31/03/2010]

Moscou : Dokou Oumarov dément être l’auteur des attentats

« L’Emirat du Caucase », organisation islamiste dirigée par Dokou Oumarov qui lutte contre le pouvoir russe au Nord-Caucase, a démenti être responsable du double attentat suicide qui a fait 39 morts lundi dans le métro de Moscou. Le groupe ajoute qu’il n’entendait viser que des objectifs économiques à l’intérieur de la Russie, non des civils. Dokou Oumarov, l’ennemi public numéro un du Kremlin, avait promis le mois dernier dans une vidéo diffusée sur internet de poursuivre ses attaques contre les intérêts russes, y compris en dehors du Caucase. Il a été désigné comme la principale piste dès lundi par les services spéciaux russes.

http://lci.tf1.fr/filnews/france/moscou-dokou-oumarov-dement-etre-l-auteur-des-attentats-5793023.html


Souvenez vous, déjà en 2002, les néo-cons nous expliquaient que les bombardiers US qui rasaient les villages du Panshir étaient en quelque sorte des Gisèle Halimi volantes… Je vous parie ce que vous voulez que Caroline Fourest se voit déjà en chef d’escadrille…

Afghanistan : comment la CIA veut faire pression sur la France

Le document stratégique sur Wikileaks :  http://file.wikileaks.org/file/cia-afghanistan.pdf

«Instiller un sentiment de culpabilité aux Français pour avoir abandonné » les Afghans. C’est par ce biais qu’un analyste de la CIA suggèrerait de faire pression pour convaincre la France de s’engager plus avant dans le conflit.
Pour cela, il faudrait faire parler les femmes afghanes sur leur peur d’un retour des talibans : « la perspective de voir les talibans écraser les progrès durement arrachés dans des domaines comme l’éducation des filles pourrait provoquer l’indignation des Français, polariser une population française largement sécularisée, et enfin donner aux électeurs une bonne raison de soutenir une cause juste et nécessaire en dépit des victimes » militaires.»…

http://lci.tf1.fr/monde/asie/2010-03/afghanistan-comment-la-cia-veut-faire-pression-sur-l-europe-5788617.html

Page suivante »