août 2008



… et ensuite il fait joujou avec son alliance… tssss ! Tous les mêmes !

Vidéo ici :

http://newsroom-l.net/newsroom/?p=555

Et la voix de la conscience de Mc Cain, dans cette vidéo parodique :

http://www.youtube.com/watch?v=9qUVQDmLf7s

Publicités

[Sam Smith – Undernews – 30/08/2008]

La superposition du grand spectacle de Barack Obama au stade de Denver et l’annonce par John Mc Cain du choix de Palin comme co-candidate apporte une preuve supplémentaire à la théorie que les Américains ont été parqués une fois pour toutes dans le rôle du public qui applaudit lors d’une émission de télévision. Tant Obama que Palin sont apparus de nulle part, gravissant les sommets de la popularité non pas sur la base de leur performance politique passée (Palin n’a comme seule expérience 20 mois de gouverneur de l’Alaska), de leur programme ou de leurs états de service…

Non, Obama et Palin sont des « images », choisies parce qu’ils ont toutes les qualités qu’un publicitaire recherche quand il cherche à vendre un nouveau produit. Toutes les méthodes que les créatifs fous des années 1960 ont développées pour nous vendre des voitures ou des cigarettes ont été reprises par leur héritiers dans la comm’ politique.

Bien sûr, dans la publicité comme dans la politique, il y a toujours un moment où la réalité entre en jeu et nous réalisons que ce n’est pas parce que nous fumons cette cigarette que les femmes se jettent à nos pieds et que la voiture X ne nous emmène pas tout droit dans un monde meilleur. En d’autres termes, ce que la pub nous vend n’est pas ce que nous achetons. Ou, pour citer le pape de la publicité Jerry Della Famina :  « Il y a plein de pubs qui sont largement meilleures que le produit qu’elles vendent. Quand on en arrive à ce stade, au début c’est sympa, mais le seul effet à long terme qu’on obtient avec cette publicité, c’est qu’elle accélère la faillite et le désaveu du produit vendu par le consommateur. »

C’est probablement la raison pour laquelle, si nos talents de marketing ont fait d’énormes progrés, tant notre économie que notre politique sont dans les choux.

http://prorev.com


Le PDG de Diebold, Walden O’Dell, est un des plus gros collecteur de fonds pour la campagne électorale du Parti Républicain, notamment dans l’Etat de l’Ohio, une circonscription électorale qui, aux dires de tous les experts, a été le pivot de l’élection 2004 et risque de jouer le même rôle en 2008. Il n’est donc pas surprenant que les ordinateurs de vote dans cet Etat connu pour son fort taux de sympathisant Démocrates, se mettent à « perdre » des voix…

[Grégoire Seither – IES News Service – 30/08/2008]
Premier Election Solutions, anciennement connu sous le nom de Diebold, qui fabrique des ordinateurs de vote utilisé dans 34 Etats des USA a reconnu que son système informatique contient de graves erreurs de programmation qui provoquent la perte de votes lors du transfert électronique depuis la mémoire de l’appareil vers la centrale de décompte des voix.

Le problème a été identifié dans l’Ohio (un Etat qui jouera un rôle crucial dans la victoire ou la défaite du candidat Démocrate) suite à une plainte d’agents électoraux lors des primaires du mois de Mars dernier. Mais l’erreur existe en fait au coeur du système depuis plus de dix ans, a reconnu Chris Riggall, porte parole de la société

Le logiciel défectueux est présent tant sur les ordinateurs de vote à écran tactile que sur les appareils à lecture optique fabriqués par Premier et le problème du décompte des votes affecte surtout les bureaux de vote importants qui transfèrent de nombreuses cartes mémoire vers la base de données centrale, où les voix sont comptées.

Riggall a expliqué qu’il était « certain » que les assesseurs des bureaux de vote ont, ces dernières années, remarqué l’erreur quand ils comparaient leur fiche de décompte avec les résultats affichés et qu’ils l’ont réparé d’eux mêmes en transférant une deuxième fois les données, afin de ne pas perdre de voix exprimées. Jennifer Brunner, Secrétaire d’Etat de l’Ohio a précisé que dans les neuf comtés où le problème a été découvert, aucun vote n’a été perdu car l’erreur a été identifiée à temps et les cartes mémoires transférées une deuxième fois.

Mais la moitié des ordinateurs de vote de l’Ohio utilise ce logiciel, il est donc probable que de nombreuses erreurs n’ont pas été repérées ou ont été ignorées et que de très nombreux bulletins de vote électroniques ont été perdus.

L’entreprise a annoncé un plan d’action en urgence afin de résoudre le problème avant l’élection de Novembre prochain. Les près de 2 000 juridictions qui utilisent ce type de machine seront prévenues. Ces ordinateurs sont également utilisés dans le Maryland et dans la Virginie (la Virginie est un autre « swing state » qui peut décider du résultat final de l’élection présidentielle).

Le problème se produit lors du transfert des voix enregistrées sur le cartes mémoire de chaque ordinateur de vote, vers la base de données centrale (le « vaisseau mère ») où les votes sont comptés. Une erreur de programmation fait que, en cas d’engorgement du transfert, les votes dans la file d’attente sont effacés par les nouvelles données arrivant à ce moment là. L’erreur se produit en quelques millièmes de secondes, explique le communiqué de Premier Inc.

L’erreur n’est pas immédiatement détectable a expliqué Riggall. Elle ne peut être identifiée qu’au moment où les assesseurs comparent leurs fiches d’émargement avec le compte-rendu de transfert renvoyé par la base de données.

Mais pour la Secrétaire d’Etat Brunner, une opposante de longue date aux ordinateurs de vote, « cette sécurité n’en est pas une, car très souvent les assesseurs font confiance à l’ordinateur et ignorent les différences avec, les mettant sur le compte de l’erreur humaine.« 


Les chinois ont fait pareil à Pékin, sous les huées de la communauté internationale. Mais là c’est pas pareil, on est aux Etats-unis, pays de la liberté, alors….

[ Mary Turck – TC Daily Planet  – 30/08/2008 – Trad. Grégoire Seither ]

Sammy Schutz était avec son fils de 5 ans et une vingtaine d’autres personnes entrain de regarder une vidéo dans le batiment qui accueille la coordination des manifestations contre la convention du Parti Républicain à St. Paul, dans le Minnessota, quand la police a envahi l’immeuble situé au 827 Smith Avenue et arrêté tout le monde pour « intention de manifestation non autorisée » dans la nuit de samedi.

« J’ai entendu crier quelqu’un, ‘Ils arrivent, ils arrivent’ puis il y a eu des bruits de bottes montant par les escaliers à l’arrière, puis quelqu’un a cogné violemment contre la porte en criant qu’ils avaient un mandat de perquisition et qu’ils allaient enfoncer la porte. Ils ont fait irruption dans la salle, pistolets pointés sur nous et hurlant « tout le monde à terre ».

L’assistant chef de la police Bostrom a expliqué à la presse que cette action policière avait pour but d’empécher la cinquantaine de personnes présentes sur le lieux d’aller manifester Lundi 1er septembre, à l’occasion de l’ouverture de la convention du Parti Démocrate, qui doit désigner le candidat à l’élection présidentielle.

http://tcdailyplanet.net/article/2008/08/30/police-break-down-doors-night-time-raid-anarchist-meeting.html


[Gregoire Seither – IES News Service – 28/08/2008]

Selon une étude de l’organisme de surveillance du congrés des Etats-unis, le CBO – Congressional Budget Office, au début de l’année 2008, l’armée U.S. employait plus de 190,000 sous-traitants privés sur des projets militaires en Irak. Ceci signifie qu’il y a un sous-traitant pour chaque étatsunien en uniforme en Irak, un taux de 1 : 1.

« Le degré de dépendance de l’armée vis à vis de ces sous-traitants est exceptionnel » a expliqué le directeur du CBO,  Peter Orszag lors d’une conférence de presse, le 12 août dernier. Lors de la guerre de Corée, le taux était de 1 sous-traitant pour 2.5 soldats. Au Vietnam, le taux était de 1 sous-traitant pour 5 soldats. »

Dans les années 1990, le conflit dans les Balkans a inauguré la guerre « sous-traitée » avec également un rapport de 1 sous-traitant pour chaque soldat engagé dans le conflit. « Mais, explique M. Orszag, dans les Balkans le nombre de soldats déployés était bien plus faible qu’en Irak.

Le CBO estime que le coût de cette sous-traitance militaire a été de 100 milliards de dollars, entre 2003 et 2008. Cela représente 20% de tout l’argent dépensé par les Etats-Unis pour financer des opérations militaires en Irak . La plus grande partie de cet argent sert à payer des services logistiques – cantine, distribution d’essence, maintenance du matériel, gestion des passations de marché et suivi logistique et de stocks.

Sur ces 100 milliards de dollars, environ 12 milliards a servi à payer les factures des sociétés privées d’assistance militaire : les Blackwater, Aegis et autres fournisseurs de mercenaires.


[Grégoire Seither – IES News Service – 28/08/2008]

Selon le New York Times, le prix du fioul de chauffage a augmenté de 36 % depuis l’hiver dernier, alourdissant la facture moyenne d’un foyer d’environ 1 500 US$. En ce qui concerne les 54 million de foyers qui se chauffent au gaz naturel, leur facture de chauffage a augmenté de plus de 67%.

Si le prix du chauffage augmente, les budgets du programme d’assistance de chauffage pour les bas revenus sont en chute libre, en dessous de leur niveau de 1980 . . .

Dans un éditorial en début de mois, le Boston Globe s’alarme : « Quand le cyclone Katrina a menacé notre pays, nous avons eu quelques jours pour nous préparer et nous avons misérablement échoué. Aujourd’hui il nous reste trois mois pour nous préparer à ce « Katrina de glace » et nous n’aurons aucune excuse… Cet hiver le « Katrina de glace » frappera tout le pays, provoquant des cas d’hypothermie par milliers, mais surtout il aura pour conséquence que les pauvres n’achèteront pas de médicaments et souffriront de malnutrition parce qu’une bonne partie de leurs revenus servira a financer leur chauffage. »

Pour les organisations caritatives de Nouvelle-Angleterre, « l’hiver qui se prépare va être aussi dévastateur que Katrina. Des milliers de maisons vont devenir inhabitables car il n’y aura personne pour payer le chauffage, quand dehors les températures tomberont à moins 10 degrés. Certaines familles verront leur budget amputé de 60% par les frais d’essence et de chauffage et devront économiser sur les autres postes, en premier lieu l’alimentation. Certaines personnes n’auront d’autre choix que de partir pour fuir le froid, aller se réfugier chez des parents plus fortunés qui ont les moyens de payer l’augmentation du prix énergétique.

Mais contrairement à Katrina qui nous a pris par surprise, la calamité qui nous attend est clairement identifiable et nous avons encore des mois pour réagir. Malheureusement, toutes les structures d’urgence sont déjà totalement débordées et sous-équipées »

Toutes les agences d’aide d’urgence tirent la sonnette d’alarme. Pour le Concord Monitor ; « Ce sera un choc quand soudain des réfugiés climatiques envahiront des magasins ou des maisons pour dormir au chaud et ne pas mourir de froid dans la rue ou dans leurs maisons non chauffées. Et le choc sera encore plus grand quand les taudis bruleront à cause de solutions de chauffage rudimentaire mises en place par des gens qui n’ont pas d’autre solution pour ne pas geler pendant la nuit. Il y va y avoir des milliers de personnes désespérées, luttant pour leur survie et celle de leur famille face à un ennemi implacable. Quand il fera moins 18 à Seattle ou a Chicago, les pauvres ne trouveront aucune aide auprès des services sociaux de l’état, ceux-ci n’ayant pas les moyens de répondre à leur urgence. Tous les foyers d’hébergement sont déjà pleins à 200 % et ne pourront accueillir personne de plus. »

Pour le pasteur Abe Rasman, de la coalition des églises pour la justice sociale, il faut espérer que « la perspective de voir des milliers de citoyens de notre pays mourir de froid ou passer la journée le ventre vide afin de pouvoir payer leur essence ou leur chauffage, va susciter une réaction de la part des politiques. »


[Gregoire Seither – IES News Service – 28/08/2008]

Confronté à la quantité de pourriels dans votre boite à lettres électronique, il vous sùrement déjà arrivé de vous demander pourquoi il y en a autant. Et comment les expéditeurs de tous ces pourriels font pour gagner de l’argent ? Mais surtout, qui peut être suffisamment con pour acheter quelque chose à un spammeur ? Et bien, grâce à une étude récente de l’entreprise de sécurité informatique Marshal, la réponse est claire :

De nos jours, en 2008, près de 30% des personnes qui recoivent un message de spam répondent pour commander quelque chose !

Comme l’explique Bradley Anstis, vice-président de Marshal, “plus de 29 % des usagers Internet ont acheté des marchandises proposées via des courriers électroniques non sollicités. » Selon le rapport, la principale marchandise achetée consiste en pillules pour augmenter les performances sexuelles, des logiciels piratés, de la pornographie et des copies de produits de luxe, comme des montres, des bijoux et des vètements de marque contrefaits.

Pour Bradley Anstis, « Cette enquête met en lumière une vérité qui dérange. La raison pour laquelle il y a tant de spam c’est que de nombreuses personnes achètent les produits proposés et font donc de l’envoi de spam une activité profitable.

Le rapport souligne que la croyance généralement admise que les utilisateurs avertis n’achètent pas des produits vendus via le spam est totalement fausse.

« Mais,” explique le rapport, « Il faut tenir compte de ce qui est acheté via les messages de spam. Ce sont des logiciels piratés, des fausses montres de luxe, des vètements de marque contrefaits, des médicaments bon marché et des produits pharmaceutiques normalement soumis à ordonnance. Et bien sur la pornographie et les produits sexuels. Internet permet aux personnes de commander de manière facile et anonyme des marchandises illégales ou controllées. C »est un marché noir, et le spam est devenu un moyen standard de faire la publicité pour ses produits auprès d’un public de millions de clients potentiels qui, régulièrement, passent à l’acte d’achat.”

L’enquête Marshall relève un autre fait intéressant : les personnes qui achètent des produits vantés par des courriels de spam sont des clients réguliers. En moyenne, chaque personne ayant reconnu avoir fait ce type d’achat affirme acheté au moins deux produits par ce canal. On est loin de l’idée d’un marché interlope avec des vendeurs furtifs et des acheteurs à un coup.

Page suivante »