novembre 2011



Hé, on va pas reprocher aux journaux de vouloir vendre du papier, hein ? En tout cas, cela confirme encore une fois la maxime de Henri L. Mencken, que l’on devrait tatouer sur la main de tous les étudiants en journalisme : « Même si c’est ta maman qui te dit qu’elle t’aime, vérifie quand même l’information ».

[Arrêt sur Images – 28/11/2011]

C’est Noël, avec un mois d’avance ! A l’instant où l’intrigue du Carlton commençait à faiblir, voici que le super-méga-modèle économique 2011 de la presse française (l’affaire DSK) s’invente une nouvelle saison. Bonjour les clics, les ventes, et l’audimat. On ne sait plus comment la numéroter. 1? 2? 3? DSK, le complot: la presse n’osait en rêver, M. Epstein l’a fait. Petit papa Epstein, quand tu descendras du ciel, avec ta hotte pleine de coïncidences-qui-ne-prouvent-rien-en-elles-même-mais-qu’on-est-tout-de-même-très-troublés, n’oublie pas nos petits journaux !

Et chacun d’y aller. En tête de meute, Rue89, qui sort le premier le résumé de l’article de la New York Revue of Books. Le lendemain, le site semble pris d’un doute. Est-il bien sérieux, ce M. Epstein, qui estime qu’Al Qaida n’est pas seule responsable des attents du 11 Septembre, et qu’une piste « mène en Irak » ? Oui sans doute, puisqu’il a « collaboré au Wall Street Journal ». Vérification faite par notre Gilles Klein, on ne trouve sous sa plume, que quatre articles remontant aux années 80, et deux libres opinions sur l’industrie du spectacle à Hollywood, mais qu’importe. Ah oui, il a décroché un prix, aussi. Re-vérification faite, ce prix a été décerné par un consultant en intelligence économique dont nous ne savons rien, mais on ne va pas s’arrêter à ces détails. Et le lendemain encore, le site de publier une chronologie joliment interactive qui, de l’aveu même du site, « en dit beaucoup mais pas tout » (titre à étudier dans les écoles de journalisme), mais qui fait tout de même très chic.

Que dit M. Epstein ? Beaucoup de choses (questions sans réponse, hypothèses prudemment soulevées, déplacements de focale, savants changements de pied) qui rappellent la rhétorique complotiste habituelle, ce dont il faut se garder de tirer toute conclusion que ce soit. Prenez-en connaissance à tête reposée: il a passé son week-end à accorder des interviews à la presse française (à lire notamment ce matin, l’Obs et Slate). En substance, non, l’affaire du Sofitel n’est pas un complot, mais le personnel du Sofitel était tout de même mobilisé par la surveillance de DSK. La fameuse « danse de la victoire » de deux employés de l’hôtel (tête de gondole de l’article) est importante, mais « pas centrale », tout bien pesé. Epstein, enfin, ne connait si bien que cela le biographe officiel de DSK, Michel Taubmann, lequel (comme le remarque Slate) le décrivait pourtant en août comme « son ami ». Bref, noir et blanc, fromage et dessert, tout et son contraire. Dans l’estimable corporation des pères Noël, c’est plutôt une qualité professionnelle.

 http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12564


Télégramme du « Foreign Office » à toutes les ambassades des pays de la Zone Euro : « Tenez vous prêt à faire face aux émeutes et à évacuer les ressortissants, quand la zone Euro s’effondrera »

[Gregor Seither – IES News Service – 27/11/2011]
Au milieu de nouvelles craintes autour de l’Italie et de l’Espagne, le Ministère britannique des Affaires étrangères a prévenu toutes les ambassades britanniques dans la zone Euro qu’elles devaient préparer et mettre en place des plans pour aider les expatriés britanniques qui seraient touchés par l’effondrement de la monnaie unique.  Comme le dit le télégramme « l’éclatement de la zone euro, jusque là presque impensable, est désormais de plus en plus plausible. »

Les diplomates à l’étranger doivent se préparer à aider les citoyens britanniques pris dans des situations causées par l’effondrement du système bancaire voire confrontés à des violences sociales et des émeutes provoquées par  la crise de la dette.  Le Ministère des Finances a confirmé plus tôt ce mois ci qu’il avait mis en oeuvre une planification d’urgence en prévision d’un effondrement économique et social en Europe.

Un ministre de haut rang vient de révéler l’ampleur des préoccupations du gouvernement, affirmant que  » la Grande-Bretagne est en train de se préparer à l’effondrement de la Zone Euro » et que  « ce n’est plus qu’une question de temps ». « Nous jouons la montre, tant que durent les négociations, nous avons du temps pour nous préparer au pire » a déclaré le ministre au Daily Telegraph.

Le Ministère des Affaires étrangères et le « Commonwealth Office » ont envoyé des instructions aux ambassades et consulats leur demandant de se préparer à affronter des scénarios extrêmes, y compris des émeutes populaires et des troubles sociaux. « Le scénario grec est de plus en plus plausible ailleurs en Europe, et les violences que l’on a vu à Athènes peuvent survenir ailleurs. Il faut se tenir prêts.« 

Les diplomates ont également annoncé avoir reçu des ordres pour se préparer à aider des dizaines de milliers de citoyens britanniques pris au piège dans la zone euro et dans l’impossibilité d’accéder à leurs comptes bancaires ou même de retirer des espèces. « Si l’Euro s’effondre. Ce sera comme en Argentine en 2001, les banques resteront fermées et il n’y aura plus d’argent aux distributeurs. Les gens seront abandonnés à eux mêmes et il ne leur restera plus que le troc et le pillage des magasins d’alimentation » a déclaré un représentant du Foreign Office.

Source : The Daily Telegraph : http://www.telegraph.co.uk/news/politics/8917077/Prepare-for-riots-in-euro-collapse-Foreign-Office-warns.html


Vous avez trop de dettes ? Facile ! Devenez faussaire !

[Eric Fry – MoneyWeek – 28/11/2011]

▪ Si je vous disais que j’ai 1 600 milliards de dollars en dépôt dans une banque du coin, vous penseriez que je ne fais pas simplement partie des 1% les plus riches, mais des 1% des 1% les plus riches (vous pouvez imaginer la jalousie dévorante des 99% autres qui font partie des 1%…).  Mais si ensuite je mentionnais que — oh, au fait, j’allais oublier — je dois 1 600 milliards de dollars à certaines personnes, vous vous rendriez compte que j’appartiens probablement aux plus basses cohortes des 99%, plutôt qu’au plus haut échelon des 1%. Autrement dit, vous vous rendriez compte que je ne suis pas super-riche mais super-pauvre.

Mais si par la suite je vous disais : « hé ! Ne me plaignez pas. Je peux imprimer autant d’argent que je veux. En fait, les 1 600 milliards que je possède à la banque c’est de l’argent que j’ai moi-même imprimé pour mon propre usage ».

A ce stade, vous ne sauriez plus si je relève des 1% ou des 99% ; tout ce dont vous seriez certain, c’est que je relève de la prison. Et vous auriez raison… jusqu’à ce que vous réalisiez que même si la contrefaçon est un toujours un crime, elle n’est pas toujours illégale.

▪ Lorsque les faussaires portent des costumes à fines rayures, sont diplômés des plus grandes écoles du pays, tiennent les cordons de la bourse du gouvernement et conduisent leurs opérations de contrefaçon au sein d’infrastructures approuvées par l’Etat tel l’Hôtel des Monnaies à Philadelphie, la contrefaçon n’est pas simplement légale, elle est financièrement raffinée… du moins c’est ce qu’on nous dit.

Ce processus est appelé quantitative easing (ou QE, ou assouplissement quantitatif)… et il n’est pas nouveau. Aujourd’hui, quasiment tous les investisseurs de la planète ont entendu parler de ce processus et comprennent — plus ou moins — ce dont il s’agit. C’est de la contrefaçon, plus ou moins. (suite…)


DSK et son ami Mahmoud Abdel Salam Omar – sont-ils tombés à cause de l’or ?

[DENEB sur Agoravox – 06/06/2011]

Quel est le lien entre les deux hommes ? Personnages des hautes sphères economiques, ils ont été arrêtés tous les deux recemment pour viol sur la personne de femme de chambre, dans un hôtel newyorkais, dans les circonstances pour le moins troublantes.

Mahmoud Abdel Salam Omar est un banquier egyptien, ex-directeur de la Banque d’Alexandrie. D’après le site Wikistrike, c’est un ami de DSK. Avant son arrestation, Dominique Strauss-Kahn devait le rencontrer à propos des documents confidentiels sur la disparition des resèrves en or américaines.

Les lingots en question sont stockés a Fort Knox. Depuis quelques années, les doutes sur leur existence fusent, comme l’attestent certains blogsaméricains.

L’or serait en fait du tungstène, enrobé d’une mince couche d’or. Cet or, dont une partie devait être livré à FMI a été examiné par les chinois en octobre 2009, lorsque les américains voulaient le leur fourguer. En perçant des petits trous dans les lingots, ils se sont aperçus de l’arnaque. On a finalement réussi à le fourguer à l’Inde, comme l’atteste le candidat à la présidence des Etats-Unis, Ron Paul.

Fin février de cette année, Pravda nous apprend que les chinois voudraient acheter 191,3 tonnes de l’or du FMI.

Cet or devait provenir du Fort Knox. DSK devait-il remettre la question de sa pureté sur la table ? Certainement, puisqu’il était le chef de l’FMI. Il savait bien que ça allait provoquer une enquête : où est parti le vrai or ? Certains semblent savoir que le remplacement de l’or par le tungstène, bien moins cher mais de densité semblable, s’est fait sous la présidence Clinton

Voilà les démocrates mêlés à une sordide histoire de vol de l’or des reserves federales. Ce qui pourrait expliquer l’étrange silence d’Obama sur le scandale DSK. (suite…)


[Commentaire de Morituri sur L&I – 27/11/2011]

Nous avons donc le Blackberry de DSK qui a disparu et un journaliste, américain, qui a eu accès au relevé téléphonique partiel dudit appareil… C’est de l’Agatha Christie croisé Hitchcock entre DSK et DSQ !

Pourquoi « partiel », pourquoi que le 14, pourquoi qu’à partir de 10 h 07, NY time ? That is the big, big, question puisqu’elle (la question) fait l’impasse sur les 24 ou 48 heures précédentes. Pourquoi, en tant que Dirlo du FMI était-il à New York – d’autant plus que depuis, avec l’affaire de Lille, qui avait éclatée fortuitement (aussi curieusement) durant les primates du PS – ‘Yes we Kahn/No we Kahn’t’ – démontre combien DSK était abonné à des partenaires très haut de gamme, maîtrisant le tantrisme à retardement, l’illusion pour un éjaculateur précoce dont seul le porte-feuille et le titre feraient encore de l’effet…

Où était DSK, physiquement, avant midi ? Pas dans la chambre 2820 puisque le journaliste laisserait entendre que Nafissatou avait déjà fait le ménage ; même à plusieurs reprises, avec peut-être de l’aide… Nickel, ‘vierge’, la 2820 donc mais tout à fait contradictoire pour un client ayant fait ses bagages et sur le point d’évacuer (sic !) les lieux.

Que l’on nous parle plutôt du timing de l’or ; cet or des Etats-Unis, réputé stocké au Bullion Depository à Fort Knox ; cet or, promis au FMI, pas encore livré à date ; la raison du voyage de DSK à la Federal Reserve de New York, ; ces 191,3 tonnes d’or convenues par le 2ème amendement de l’accord d’Avril 1978 entre le Conseil exécutif et le FMI pour financer les droits de tirage spéciaux, l’alternative aux monnaies de réserve – alternative à la chute (programmée !) de l’euro… La super banque, unique, mondiale, à terme.

Cet or n’existait plus en stock ; ce vide, depuis 2009 (au moins), qui pouvait être prouvé à DSK par certains éléments de la CIA ; vide qui donnait raison à Ron Paul, ancien candidat à la Présidence. (suite…)


Djiainu Dönemwa, Darewa, Kagnapa, fils unique d’Alponse Dianou parle de la Kanaky et du film « L’odre et la morale » qui raconte, du point de vue du GIGN, le massacre de la Grotte d’Ouvéa, en 1988, par l’armée française

http://www.youtube.com/user/djiainu?feature=watch

Page suivante »