septembre 2010



Lol ! Mdr ! Tropdlbl !!!!

[Trouvé sur le Net – 29/10/2010]

Si Facebook avait existé à l'époque....

Et plein d’autres comme ça…

http://www.hotsynch.com/funny/fb.html?ref=nf




Publicités

Farenheit 2010 ou les censeurs à l’oeuvre sur ebay

[Emmanuel Ratier – Faits et Documents n° 302 – 29/09/2010]

(…) Certains de nos lecteurs, s’ils disposent d’internet, ont du remarquer, par exemple sur ebay, que nombre d’ouvrages (et d’autres objets comme des photos ou des cartes postales) historiques sont retirés de la vente ou disparaissent sans explication, alors même que ces ouvrages ne font l’objet d’aucune interdiction et qu’ils sont disponibles a fortiori dans les plus grandes librairies françaises ou chez les libraires d’occasion.

Il en est ainsi des livres de Léon Daudet, de Louis-Ferdinand Céline, d’Henry Coston, de Léon de Poncins, d’Alphonse Toussenel, etc. Mais aussi d’auteurs, sans doute plus sulfureux, mais dont la lecture de leurs ouvrages est indispensable pour comprendre l’histoire et les replacer dans le contexte de leur époque. (…)  Mais, alors même que les lois françaises sont parmi les plus répressives au monde en matière de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme ou de révisionnisme, et que des appels à la vigilance sont régulièrement lancés par les ministres français de la Justice et de l’Intérieur, certains trouvent que la répression n’est pas encore assez sévère.

Il s’est donc créé un groupe étonnant sur le réseau social Facebook, intitulé Contre la vente d’articles appelant à la haine raciale sur ebay.

Ce groupe, qui regroupe environ 1850 membres, a pour administrateurs deux personnes qui n’autorisent même pas l’accès à leur profil (Corine et Yael), et un certain Denis, qui se révèle être Denis Kassel, un ingénieur en informatique qui se présente comme un « professionnel indépendant de l’internet », domicilié, non en France, mais en Israël. Passé par l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI), il est notamment détenteur du domaine francophones.org.il qui entend regrouper les « internautes francophones d’Israël ».

Une rapide recherche sur quelques profils fait apparaître que nombre des adhérents de ce groupe habitent en Israël. À titre d’exemple, on y trouve Bernard Kahn, qui se trouve être responsable de la loge Maïmonide du B’naï B’rith France, ou un certain Dov Manix, qui explique sur les forums qu’ « Israël est la meilleure armée du monde »…

Le groupe est extrêmement structuré : chacun est chargé de traquer sur les sites de ventes sur internet (et pas seulement ebay, même si ebay est la principale cible) tout ouvrage « suspect » mais aussi n’importe quel objet litigieux (photos, cartes postales, affiches, etc.). Dès qu’il découvre l’un de ces ouvrages, il l’indique aux autres membres qui doivent intervenir en masse auprès d’ebay pour obtenir le retrait, et donc l’arrêt de la mise en vente.

La technique est expliquée en détail. Une mise à jour quotidienne est effectuée. Il est demandé aux membres d’intervenir deux fois par semaine. De cette manière, les interventions sont multiples et les responsables des sites de vente peuvent croire à une action spontanée…

Le site s’en vante, « depuis que ce groupe existe, les enchères d’objets litigieux sont souvent annulées avant leur terme ».

Effectivement articles éventuellement « litigieux » mais nullement susceptibles d’être poursuivis car il s’agit d’ouvrages anciens ou de livres régulièrement vendus dans les librairies du grand commerce ou sur amazon par exemple.

Ont été ainsi visés dernièrement Réponse à Jean-Claude Pressac de Robert Faurisson (ouvrage non poursuivi en justice), des rééditions d’ouvrages de Drumont (La France juive) ou des Juifs, rois de l’époque, du socialiste Alphonse Toussenel, voire L’Avantguerre de Léon Daudet, sous-titré Études et documents sur l’espionnage juif allemand en France depuis l’affaire Dreyfus.

La censure est particulièrement vicieuse puisque ce n’est pas la réalité qui est visée mais l’intention. En quelque sorte, le « crime d’idée ». À titre d’exemple, le groupe a poursuivi une annonce qui proposait un livre écrit par Louis-Ferdinand Céline « écrit en 1937 et édité par Denoël ». Ne figurait ni le titre de l’ouvrage, ni photo ni page intérieure. Estimant qu’il s’agissait de Bagatelles pour un massacre, effectivement publié en 1937, les censeurs ont donc demandé la suppression de l’annonce.

Pis, la censure ne s’arrête pas à l’interdiction mais va jusqu’à la dénonciation ad hominem, les nom, prénom, adresse, courriel et téléphone des vendeurs étant mis en ligne pour certains d’entre eux (par exemple La Guerre juive de Paul Ferdonnet mis en vente par B. C. et placé sur le site des censeurs depuis le 3 mars 2009).


Y a vraiment de tout à l’UMP… 🙂

[Emmanuel Ratier – Faits et Documents n° 302 – 29/09/2010]

Xavier Bertrand. Le patron de l’UMP n’a rien trouvé de mieux que d’assister à l’inauguration de la nouvelle place Lénine à Montescourt-Lizerolles, qui se trouve dans le département dont il est l’élu, l’Aisne. À cette occasion, le maire communiste de la commune a indiqué que Lénine « a été aussi pour beaucoup un symbole d’espoir en un monde meilleur ». L’année dernière, le même Bertrand avait signé un accord de partenariat avec le Parti communiste chinois.


[Emmanuel Ratier – Faits et Documents n° 302 – 29/09/2010]

Sous l’influence des analyses de Patrick Buisson, ancien directeur de Minute, Nicolas Sarközy est convaincu que l’élection présidentielle de 2012 se jouera, non sur la question sociale (qui inclut les retraites), mais bien plutôt sur les questions sociétales, comme la sécurité ou l’immigration.

Il entend donc placer au coeur du débat politique, non seulement français mais aussi mondial, la question de l’immigration. Assurant, à partir du 1er janvier 2011, la présidence du G8 (les huit pays les plus développés du monde), le président de la République interpellera ses homologues sur la question des flux migratoires.

Les premières études d’opinion montrent effectivement que cette stratégie est payante. Les Français sont très sensibles à ses nouvelles positions, en particulier ceux du Front national : 51 % d’entre eux soutiennent l’action du gouvernement contre 32 % au début de l’été.

Mais, cette politique a son revers : elle banalise le FN, ce qui pourrait faire le jeu du successeur de Jean- Marie Le Pen s’il arrive à obtenir les 500 signatures indispensables pour se présenter à l’élection de 2012. 57 % des Français considèrent désormais que l’Élysée et le gouvernement se sont rapprochés des positions défendues par le Front national (33 % le pensent à droite, 58 % le pensent dans la droite nationale et 88 % le pensent à gauche).

Surtout, 42 % des Français (un pourcentage jamais atteint) pensent désormais que le FN est désormais « un parti comme les autres » (56 % le pensent dans la droite parlementaire). 81 % s’opposent quand même à la présence de ministres FN dans un gouvernement UMP (et 76 % dans la droite parlementaire).

Jean-François Copé a parfaitement compris que cette hypothèse était risquée, voire très risquée si l’électorat, en 2012, finissait par préférer, selon l’expression de Jean-Marie Le Pen, « l’original (le FN) à la copie (l’UMP) ».

Après la parution d’une tribune commune avec Bruno Le Maire, François Baroin et Christian Jacob (F&D 301), il a donc surfé sur le mécontentement de nombre d’élus UMP, lors des journées parlementaires de l’UMP, les 22 et 23 septembre, pour demander à remplacer Xavier Bertrand comme secrétaire général de l’UMP. Or l’UMP ne jouera, en 2012, comme cela avait été le cas, en 2007, qu’un rôle d’instrument dans la campagne présidentielle, (tout avait été décidé par la cellule rapprochée de Nicolas Sarközy).

Pour plusieurs observateurs, l’actuel président du groupe parlementaire UMP joue donc secrètement l’échec de Nicolas Sarközy en 2012, pour apparaître comme le seul candidat crédible en 2017.

http://www.faits-et-documents.com

Repositoire de certain des anciens numéros de F&D:

https://www.humyo.com/FSgXWzm/BIBLIOTHEQUE/FAITS%20ET%20DOCUMENTS/?a=QjY4QrpLq6w



Avant de fantasmer sur la fin du monde 2.0 ou le grand retour en ligne des cellules stay-behind de la Guerre Froide, pourquoi ne pas s’asseoir devant nos moniteurs et attendre quelques mois? Il ne sert à rien de guetter les codes binaires façon Matrix. Devant le rythme accélérateur du web, la cyberguerre impose une contrainte: prendre son temps.

Stuxnet, ou le mythe de la cyberguerre mondiale

[Olivier Tesquet – OWNI – 29/09/2010]

Mise à jour du 30 septembre: A en croire Jeffrey Carr, spécialiste américain de la cyberguerre et auteur de ‘Inside Cyberwarfare’, Stuxnet pourrait en réalité avoir été lancé par la Chine contre un satellite indien, dans la course à la Lune qui oppose les deux pays. L’information, postée sur un blog de Forbes, serait le fruit d’un travail de recherche en amont de la conférence Black Hat d’Abu Dhabi, qui se tiendra du 8 au 11 novembre. Voilà une preuve de plus de la faillibilité des hypothèses hâtives au sujet du virus.

“Le piratage du siècle”. C’est en ces termes que Ralph Langner, un expert allemand de la sécurité informatique, a décrit le virus Stuxnet sur son site web. Il y a même adjoint la mention, “Hambourg, 13 septembre 2010”, ainsi qu’une ligne de code acquise de haute lutte, comme pour économiser une datation au carbone 14 aux archéologues qui découvriraient son avertissement dans quelques dizaines d’années. Depuis plusieurs jours, la presse mondiale s’ébroue dans la bile de ce ver particulièrement complexe. Et pour cause: il saboterait le programme nucléaire iranien en neutralisant ses systèmes de gestion SCADA de l’entreprise Siemens, qui administrent notamment la centrale de Bushehr, dans le sud-ouest du pays. Pourtant, à y regarder de plus loin (mieux vaut se prémunir contre les explosions soudaines), il semblerait que l’agitation autour de cette histoire séduisante ne relève que de la fission induite: un dégagement de chaleur qui divise les expertises en de tout petits nucléides légers comme l’air.

Dans le Christian Science Monitor, Langner est formel, “Stuxnet est un cyber-missile à la précision militaire, déployé plus tôt dans l’année pour trouver et détruire une cible physique d’importance mondiale, une cible encore inconnue”. S’il se garde bien de nommer tous les acteurs de ce wargame grandeur nature, d’autres s’en chargent pour lui. Sur Slate.fr, Jacques Benillouche affirme qu’”Israël a lancé une une attaque électronique contre l’Iran”, avant d’ajouter que “les infrastructures du programme nucléaire iranien ont été systématiquement piratées depuis deux mois”. Et dans le Guardian, un porte-parole de Symantec, le géant des antivirus, soutient que “le groupe qui a conçu Stuxnet aurait été très correctement financé, composé de 5 à 10 personnes travaillant sur la conception du virus pendant 6 mois”.

Problème: tous les termes de cette équation sont inconnus, jusqu’au plus élémentaire. Comme le fait remarquer Daniel Ventre, ingénieur d’études au CNRS et spécialiste français de la cyberguerre*, “Stuxnet est sur le Net depuis plus d’un an. Il a pu être reprogrammé pour s’attaquer aux systèmes SCADA, mais la semaine prochaine, nous découvrirons peut-être qu’il visait une autre cible. Par ailleurs, il n’y a aucune preuve tangible qu’il s’attaque délibérément à l’Iran”. Jusqu’à maintenant, selon des chiffres du mois d’août fournis par Microsoft, le virus aurait affecté plus de 45 000 ordinateurs dans le monde, du Pakistan à l’Inde, de l’Indonésie à l’Iran, en passant par le Brésil et les États-Unis. Pour justifier leur propos, les experts affirment que 60% des machines infectées se trouvent au cœur de la République islamique. A cela rien d’étonnant. Depuis les années 70, non sans quelques errements diplomatiques, Siemens (et avant elle, sa filiale Kraftwerk Union) a signé des contrats avec l’Iran, ce qui rend les systèmes d’administration de son parc informatique particulièrement perméables au ver. (suite…)


Justice de classe, justice politique, justice de propagande….

[Parti des Indigènes de la République – 22/09/2010]


Teresa Lewis, citoyenne américaine et déficiente mentale, sera exécutée par injection létale aujourd’hui, jeudi 23 septembre.

Son crime : elle est accusée d’avoir planifié en octobre 2002 le meurtre de son mari Julian Lewis, 51 ans, et de son beau-fils Charles, 25 ans, en vue de toucher une prime d’assurance-vie. Ni SOS Racisme, ni BHL, ni Libé ne manifesteront pour la sauver. Ils ne lanceront pas de campagne internationale pour dénoncer la barbarie de son exécution. Normal, elle n’est pas iranienne, son juge n’est pas enturbanné et son bourreau n’est pas musulman.

http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1088

[AFP: Condamnée pour avoir été le « cerveau » d’un double meurtre, Teresa Lewis recevra une injection létale aujourd’hui. Ses soutiens jugent cette exécution impossible : Teresa est à la limite de la déficience mentale

Les faits remontent à 2002, quand elle est accusée, après la mort par balle de Julian et Charles dans la caravane occupée par la famille recomposée, d’avoir engagé deux tueurs à gages de 19 et 22 ans rencontrés au supermarché, Matthew Shallenberger et Rodney Fuller, qui, de surcroît, deviendront respectivement son amant et celui de sa fille de 16 ans. Lors de son procès, elle avouera avoir voulu par ces meurtres toucher de juteuses assurances-vie. Les deux « gâchettes à louer » écoperont d’une peine de prison à vie. Elle, de la peine capitale.

Mais plusieurs voix dénoncent une sanction hâtive, obtenue par l’acharnement d’un procureur qui l’avait décrite comme « la tête du serpent », soulignant un fait en contradiction avec ce rôle de « cerveau » : son quotient intellectuel est de 72, « à la limite du retard mental », selon son avocat et son comité de soutien. Qui évoquent en comparaison la personnalité de Matthew Shallenberger, son amant, doué, lui, d’une « intelligence supérieure à la moyenne », et auteur avant son suicide en détention, en 2006, d’une lettre à une amie dans laquelle il avoue avoir manipulé Teresa, décrite comme « une salope qui s’était mariée pour l’argent à qui j’allais faire facilement tourner la tête ».

Ces zones de doutes n’auront pas suffi à convaincre les ultimes recours en justice sollicités par la défense de Teresa. Le gouverneur républicain de l’Etat de Virginie a refusé mardi la demande de grâce, suivi le même jour par les juges de la Cour suprême, la plus haute instance des Etats-Unis. Malgré la décision, en 2002, de cette même Cour suprême, d’interdire les exécutions de condamnés mentalement retardés.

http://www.francesoir.fr/etranger-faits-divers/etats-unis-teresa-72-de-qi-dans-le-couloir-de-la-mort.27350


Et c’est pas Google qui a payé le développement de ce truc ? Surprenant… Je pense que la prochaine version de NoScript devrait écrabouiller cette saloperie…

Evercookie – Suppression impossible
[kaser sur info2aaz 22/09/2010]
C’est aujourd’hui que j’ai découvert Evercookie ! Mais qu’est ce que c’est ? Une petite description s’impose…
Voici dans une premier temps une définition de ce qu’est un cookie :

Petit fichier téléchargé par un site web que l’on consulte. Un cookie rassemble des informations qui seront retransmises à ce site lors de votre prochaine visite (ID, mot de passe, préférence et autres…).

Evercookie quand à lui, est une API JavaScript qui produit un cookie extrêmement persistant au sein d’un navigateur. Le but de cet API est tout simplement de pouvoir identifier une personne (un client par exemple) et cela même après suppression des cookies (standard, flash et autres…).

Wahow ! Mais comment ca fonctionne ? Cette action est rendu possible grâce à un procédé de reconstruction du cookies. Je m’explique… Evercookie possède plusieurs mécanisme de stockage du cookies, qui sont disponibles sur le navigateur local de l’utilisateur. Le processus est simple, lorsque l’utilisateur supprime l’un de ces cookies, Evercookie le recrée instantanément avec le même procédé que précédemment.  (…)  Bien entendu, cette API ne laisse rien présager de bon. En effet si un cookie n’est plus « facilement » supprimable, un paquet de donnée seront stocké sur au sein de nos navigateurs, et feront l’objet d’une attention particulière de la part Hackers !

Il ne faut pas ranger directement ce travail du côté obscur de la force, mais il est malheureusement fort probable qu’il y bascule rapidement…  Bien entendu cet article a pour but de sensibiliser les internautes sur l’utilisation des cookies ! Si vos données personnelles et ce qu’il reste de votre vie privée vous intéresse un temps soit peu, je vous encourage à consulter les zones de stockages utilisé par l’EverCookie, ainsi que de suivre ce projet Open Source de près…

http://info2aaz.blogspot.com/2010/09/evercookie-suppression-impossible.html

Page suivante »