décembre 2016



C’est clair que c’est pas cette fois ci, qu’on s’opposera à l’Empire… on va être obligé de gober leurs salades

Les renseignements français cèdent à l’américain Palantir la surveillance du web

[LEXPRESS.fr , publié le 09/12/2016]

La DGSI n’a pas les moyens d’analyser l’ensemble des données récoltées par le biais de ses systèmes de surveillance. Elle va déléguer à Palantir, cofondée par un membre du cabinet Trump, le traitement de ces données.

Il n’est pas suffisant de voter des tas de lois antiterroristes et renseignement imposant la surveillances des réseaux télécoms. La quantité de données amassée par ces grandes oreilles numériques est énorme, et il faut par la suite pouvoir les traiter.

Or, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) s’est rendue compte qu’elle ne possédait pas les moyens suffisants pour le faire. Paris-Match a révélé que l’agence française avait signé un contrat avec la firme américaine Palantir, pour la seconder dans ses missions d’anti-terrorisme.

 Une solution financée par la CIA

Palantir, société très secrète basée dans la Silicon Valley, financée à son lancement par la CIA et qui serait valorisée aujourd’hui 20 milliards de dollars, est spécialisée dans l’analyse big data et travaille pour des clients tels que le FBI et la NSA. Elle aurait, dit-on, contribué à localiser Ben Laden en 2011.

LIRE AUSSI >> Palantir, l’oeil caché du contre-terrorisme

 D’après les services, la France n’a pas eu le choix, et dû faire appel aux services d’une entreprise étrangère. « Ils sont les seuls à disposer de cette technologie qui nous est nécessaire », explique à Paris Match un agent de la lutte antiterroriste. « Avec Palantir, les services US vont disposer d’une fenêtre grande ouverte sur des informations sensibles et notre lutte antiterroriste. C’est un moindre mal, mais il ne faut pas être dupe ».

« Des problèmes de souveraineté nationale »

Des informations tellement sensibles qu’en février dernier, alors interrogé par L’Express, le ministère de l’Intérieur indiquait: « utiliser une solution américaine, de surcroît financée par la CIA, pose des problèmes de souveraineté nationale ».

Le problème se pose avec d’autant plus d’acuité que l’un des co-fondateurs de Palantir est Peter Thiel, seul soutien notable de Donald Trump dans la Silicon Valley, désormais membre du cabinet du président élu.

http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/les-renseignements-francais-cedent-a-l-americain-palantir-la-surveillance-du-web_1858835.html

Publicités

google_negationisme
On commence toujours par censurer les pédo-nazos avant de passer aux autres dissidents du moment…

Google peine à ne plus faire la part belle aux négationnistes sur le web

[LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 21/12/2016]

Le géant informatique Google a affirmé mardi qu’il oeuvrait à améliorer l’algorithme de son moteur de recherche pour écarter des informations « ne faisant pas autorité », comme celles d’un site négationniste qui arrivait en tête de recherches portant sur l’Holocauste

C’est le quotidien britannique The Guardian qui a remarqué l’affaire la semaine dernière. Sur Google, on trouve derrière le site « Stormfront », un groupe de personnes niant la réalité du génocide des Juifs par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Une communauté très bien référencée qui apparaissait comme premier résultat à la question: « L’Holocauste a-t-il eu lieu? ».

Google a tenté de réagir en affirmant que son objectif était de fournir des « résultats faisant autorité » tout en proposant « une variété de contenus divers venus de différentes sources ». « Juger quelles pages internet sont les mieux à même de répondre à une question est un problème complexe et nous ne le faisons pas toujours de la meilleure façon », a expliqué le groupe américain dans un communiqué.

« Une approche évolutive pour résoudre le problème »

« Lorsque des informations ne faisant pas autorité se classent trop haut dans les résultats de recherches, nous développons une approche évolutive et automatisée pour résoudre le problème, plutôt que de les retirer une à une manuellement », poursuit le texte. Des ajustements récents dans les algorithmes de Google « aideront à faire apparaître des contenus plus crédibles et de meilleure qualité », a encore affirmé l’entreprise.

Les critiques sur les résultats de recherches concernant l’Holocauste ne sont pas un cas isolé pour Google qui avait déjà été pointé du doigt le mois dernier sur de fausses informations diffusées durant la campagne présidentielle américaine.

Il ne devrait y avoir « aucune situation dans laquelle de fausses informations sont répandues », a estimé le patron de Google Sundar Pichai lors d’une interview avec la BBC le mois dernier, assurant que son groupe chercherait à améliorer les réponses aux milliards de recherches qu’il traite quotidiennement.

En France, Google peut mieux faire…

Pour en avoir le coeur net, nous avons effectué le même exercice que le Guardian sur les résultats en français. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est la page du négationniste français Robert Faurisson, 87 ans, qui empoche la mise. Son blog se paie même le luxe d’arriver avant la page Wikipédia consacrée à l’Holocauste et celle dédiée à la Shoah…

http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/google-peine-a-ne-plus-faire-la-part-belle-aux-negationnistes-sur-le-web_1862379.html


Dans ce cas, il faudrait carrément attaquer l’intégralité des fournisseurs d’accès Internet pour permettre à la propagande de circuler dans ses tuyaux…

Tuerie d’Orlando: des familles de victimes attaquent Facebook, Twitter et Google
[ LEXPRESS.fr –  21/12/2016 ]

Trois familles ont déposé une plainte lundi contre les réseaux sociaux, qu’ils accusent d’avoir concouru au processus de radicalisation d’Omar Mateen, l’auteur de l’attentat d’Orlando.

Les familles de trois victimes de l’attentat d’Orlando, Tevin Crosby, Juan Raon Guerrero et Javier Jorge-Reyes, on déposé une plainte contre Facebook, Twitter et Google, qu’elles accusent d’avoir contribué à la radicalisation du tueur, Omar Mateen.

Dans leur plainte, déposée lundi devant la cour fédérale de Détroit (Michigan), les familles reprochent aux trois réseaux sociaux d’avoir « procuré au groupe terroriste EI des comptes, que [ses membres] ont utilisé pour partager leur propagande extrémiste, collecter de l’argent et attirer de nouvelles recrues ».

« Soutien matériel »
A leurs yeux, l’auteur du massacre perpétré dans une boîte de nuit de Floride le 12 juin dernier (49 morts et 53 blessés), qui n’avait jamais rejoint les rangs de Daech avant son attaque, n’a eu que ces outils numériques pour s’imprégner de la doctrine des djihadistes.

LIRE AUSSI >> « Le djihadiste américain agit seul mais pense appartenir à une communauté »

« Ce soutien matériel a été essentiel dans l’essor de l’EI et lui a permis de mener ou de faire mener de nombreuses attaques terroristes », dénoncent les familles dans leur plainte.

Des plaintes qui aboutissent rarement
Ce n’est pas la première fois que les trois géants du web sont visés par de telles plaintes, qui n’ont toutefois jamais abouti. Aux Etats-Unis, les réseaux sociaux sont en effet protégés par la section 230 du Communication Decency Act (CDA), adopté en 1996, qui exonère les hébergeurs de la responsabilité de contenus postés par les utilisateurs.

En août dernier, un juge a débouté une action de groupe contre Twitter, qui imputait au réseau social une part de responsabilité dans une attaque de Daech en Jordanie. A ce titre, le magistrat avait invoqué le CDA pour rejeter la plainte.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/tuerie-d-orlando-des-familles-de-victimes-attaquent-facebook-twitter-et-google_1862382.html