juin 2013



Une photo représentative de notre société

Masses tenues tranquilles par le « tittytainment », bouches inutiles jetées à la décharge, oligarchies accaparant les richessses à leur seul profit…

[Edimar Soares – Brésil – Juin 2013]

(Texte pris sur le site du « SOIR D’ALGERIE ») :

LE MONDE DU TITTYTAINMENT

Le mot tittytainment a été utilisé pour la première fois par l’idéologue néolibéral Zbigniew Brzezinski en 1995 lors d’une réunion de la Fondation Gorbatchev. Le 27 septembre, la ville de San Francisco a vu affluer 500 personnes qui devaient suggérer une politique globale pour le nouveau siècle.
Parmi les participants, on pouvait compter Mikhaïl Gorbatchev, Margaret Thatcher, George H. W. Bush, Bill Gates et Zbigniew Brzezinsk (conseiller pour la sécurité nationale auprès de Jimmy Carter de 1977 à 1981).

Ce jour-là, la plupart des congressistes à l’hôtel Fairmont sont parvenus à la conclusion suivante : au nouveau millénaire, 20 % de la population active suffira à faire fonctionner l’économie mondiale et 80 % de la population restante sera superflue.

Nos élites, qui se sont donné le droit de réfléchir et de prendre des décisions à notre place, avaient un seul souci : comment empêcher la révolte des 80 % dont le système de production n’a pas besoin ? La réponse qui a été applaudie par nos élites est celle de Brzezinski, sans doute il était le plus brillant, la solution se nommait tittytainment.

Ce terme inventé par Brzezinski est une combinaison des mots tit (sein en argot américain) et entertainment (divertissement). L’évocation du mot sein ne fait pas référence au sexe mais plutôt à l’effet soporifique de l’allaitement maternel sur le bébé. Le concept est un cocktail d’aliments et de divertissement qui endormirait la masse. Pour contenir la populace dans l’aliénation, il fallait non seulement lui donner des hamburgers et des boissons, mais aussi lui donner accès aux établissements de divertissement et de spectacles.

C’est un totalitarisme des temps modernes. Noam Chomsky l’exprime si bien : « La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature. » En réalité, le tittytainment essaye de nous convaincre que la situation sociale et économique que nous vivons est le résultat naturel du développement de l’homme et n’a pas été crée volontairement pour servir l’oligarchie qui en profite actuellement.

Le tittytainment cherche à convaincre l’individu qu’il ne peut rien faire pour changer la situation. Il lui suggère que le mieux à faire c’est se distraire. L’exemple des multinationales de la grande distribution illustre très bien le monde qui se prépare sous nos yeux, s’il n’est pas déjà en place. Le consommateur est en train de tomber dans un sinistre piège. Pour le moment, on lui propose une gamme étendue de produits à moindre coût. Mais une fois les multinationales de la grande distribution auront éliminé le commerce de proximité, un accord sur le partage des territoires sera signé entre les barons.

Quand ils auront le monopole du marché, l’augmentation des marges bénéficiaires sera décrétée et on dira adieu à la qualité autrefois assurée par le commerce de proximité. L’exemple des multinationales de la grande distribution n’est pas unique, le secteur de l’agriculture, des transports, de la fabrication du livre connaissent le même sort.

La destruction programmée des ressources de la classe moyenne rencontrera-t-elle une résistance ou est-ce la fin de la lutte des classes ?

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/05/31/article.php?sid=134875&cid=49


Cas d’école sur les « droits voisins »..  Et cela vaut aussi pour nous les « créateurs graphiques » de tout poil…

[Legalis.net – 28/06/2013]

Les propriétaires d’une charcuterie qui ont acquis un tableau représentant un paysage ne détiennent pas les droits leur permettant de le reproduire sur leur site internet et leur publicité. Par un jugement du 21 juin 2013, le TGI de Paris les a condamnés à verser à l’artiste-peintre 3 000 € de dommages-intérêts pour atteinte aux droits patrimoniaux en raison de la reproduction du tableau, alors qu’ils n’étaient pas titulaires des droits d’auteur sur le tableau. Le tribunal rappelle que la cession du support matériel de l’œuvre n’emporte pas celles des droits. Le tribunal a par ailleurs considéré qu’ils avaient porté atteinte à l’intégrité du tableau, en ne le reproduisant pas dans son intégralité ou en le déformant. Pour les juges, ils ont également porté atteinte à l’esprit de l’œuvre en l’associant au commerce de spécialités charcutières, « lequel n’a aucun rapport avec l’art pictural ni le sujet du tableau ».

http://www.legalis.net/spip.php?page=breves-article&id_article=3790


Oh puréé, flashback !!! La liste de discussion Flight800 est quasiment l’ancètre de Reopen911 et nous y avons usé nos fonds de culotte… c’est fascinant de voir ressurgir cette affaire, 20 ans plus tard. Et il semblerait que la thèse de l’époque, une méga bavure de la marine US qui testait des missiles sol-air dans la zone, se confirme.

Voila qui rappelle des affaires similaires en France, bien planquées également par l’Etat, comme par exemple le vol  Itavia 870 abattu en Juin 1980 par erreur par la chasse française qui pensait que c’était l’avion de Kadhafi. La France n’a jamais reconnu cet assassinat de 64 adultes et 12 enfants âgés de 0 à 11 ans.

Did U.S. Gov’t Lie about TWA Flight 800 Crash? Ex-Investigators Seek Probe as New Evidence Emerges

[Alternet – June 20, 2013 ]

Seventeen years ago, TWA Flight 800 crashed off Long Island, killing all 230 people aboard. The official government investigation blamed mechanical failure, but now a group of former investigators are petitioning the National Transportation Safety Board to reopen the probe, saying the original report was falsified. Was the plane accidentally shot down by the U.S. Navy conducting a nearby exercise, or was it a terrorist attack? We speak to the filmmakers behind a new documentary on the crash, « TWA Flight 800, » former CBS News producer Kristina Borjesson and Tom Stalcup, a physicist and co-founder of Flight 800 Independent Researchers Organization.

JUAN GONZÁLEZ: We begin with a look at shocking new claims about an airplane crash that happened 17 years ago. More than 200 people were killed when TWAFlight 800 burst into flames just minutes after taking off from New York on July 17th, 1996. The cause of that explosion has been in dispute ever since. Government investigators say it was most likely triggered by a failure in the plane’s electrical system. But many witnesses say they saw a streak a light move toward the plane before the explosion.

Now, six investigators who participated in the original probe of the crash have come forward to request that the case be reopened. They have petitioned the National Transportation Safety Board to reactivate its investigation. Their stories are featured in a new film directed by Kristina Borjesson, a former CBS News producer.

http://www.alternet.org/news-amp-politics/did-us-govt-lie-about-twa-flight-800-crash


[Mediapart – FABRICE ARFI, KARL LASKE – 21/06/2013]
Mohammed Ismail, l’ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi, révèle à Mediapart le circuit bancaire utilisé par le régime libyen pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy. Il livre le nom de la banque, point de départ de l’argent : la North Africa Commercial Bank, à Beyrouth. Il affirme qu’un compte de l’intermédiaire Ziad Takieddine en Allemagne a également été utilisé.

http://www.mediapart.fr/journal/international/200613/sarkozy-kadhafi-un-dignitaire-revele-le-circuit-de-largent-noir


[ Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne – Juin 2013]

Le présent manuel expose, de manière accessible, la législation et la jurisprudence de la Cour de Justice de l’Union européenne et de la Cour européenne des droits de l’homme européennes en matière d’asile, de frontières et d’immigration. (PDF – disponible en plusieurs langues)

La Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) et la législation de l’Union européenne fournissent un cadre de plus en plus important pour la protection des droits des ressortissants étrangers. La législation de l’Union européenne relative à l’asile, aux frontières et à l’immigration se développe rapidement. Il existe un impressionnant corpus de jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme qui porte, en particulier, sur les articles 3, 5, 8 et 13 de la CEDH. La Cour de Justice de l’Union européenne est également de plus en plus souvent appelée à se prononcer sur l’interprétation des dispositions de la législation de l’Union européenne en la matière.

Le présent manuel expose, de manière accessible, cette législation et la jurisprudence des deux cours européennes dans ce domaine. Il s’adresse aux praticiens du droit, aux juges, aux procureurs, aux agents des services de l’immigration et aux organisations non gouvernementales des États membres de l’UE ou du Conseil de l’Europe.

http://fra.europa.eu/fr/publication/2013/manuel-de-droit-europeen-en-matiere-dasile-de-frontieres-et-dimmigration

 


Le jugement de Bradley Manning est une farce – interview de Julian Assange (La Jornada)

[Pedro Miguel – envoyé spécial de La Jornada à Londres – Mardi 11 juin 2013 – Traduction de l’espagnol : Luis Alberto Reygada et Alfera pour La Voie Bolivarienne]

Le jugement contre le soldat Bradley Manning, accusé par les Etats-Unis d’avoir fourni des documents secrets du gouvernement étatsunien à Wikileaks, est une farce : son résultat est décidé d’avance, selon Julian Assange, fondateur et éditeur de cette organisation, la plus haïe et persécutée par Washington après Al Qaeda. Avec ce procès, la défense a les pieds et poings liés et le procureur cherche d’une part créer un précédent et d’autre part établir un contrôle totalitaire sur tous les employés gouvernementaux ainsi qu’une phase préparatoire pour le jugement « contre Wikileaks et contre moi ».

Depuis son refuge dans les locaux de l’ambassade de l’Equateur à Londres, l’australien a donné une longue interview à ce journal [La Jornada-Mexique] dans laquelle il a abordé différents thèmes comme le procès contre le soldat Manning, les perspectives et objectifs personnels qui entourent sa candidature au Parlement australien, le rôle des médias traditionnels, l’éclosion de l’information indépendante sur internet, la croissante politisation de la toile, le rôle des pouvoirs de facto dans la politique étatsunienne, le réalignement de la Suède comme allié étroit et subordonné à Washington. Entre autres…

L’entretien a lieu dans un terne bureau de la représentation équatorienne, à moins de quatre mètres de distance d’un policier britannique dont on perçoit le chapeau par la fenêtre de la pièce. Dehors, la vie londonienne fourmille avec normalité, animée par les clients du magasin Harrods qui se trouve à un pâté de maison.

Il est possible que les deux policiers qui sont postés devant l’ambassade soient présents dans un sincère souci de protection de l’enceinte diplomatique. Le gouvernement britannique peut compter sur une ribambelle d’agents secrets – sans guillemets puisqu’ils ont les mêmes allures et ce peu importe le pays- qui pullulent aux alentours de la rue Hans Crescent pour garantir qu’Assange ne s’échappe pas. Selon celui-ci, ces agents dépendraient de plusieurs agences de renseignement, non seulement des britanniques (du MI5, officiellement chargé de protéger le Royaume-Uni des menaces contre la sécurité nationale) mais aussi des Etats-Unis. (suite…)


Un truc idéal pour pirater les données de tous les smartphones de cadres qui utilisent les bornes de rechargement dans les aéroports… à mon avis les Chinois y ont déjà pensé 🙂

[01 Net – 04/06/2013]

Des chercheurs affirment avoir réussi à injecter un logiciel malveillant dans des mobiles iOS d’Apple via un chargeur USB de leur « conception ».
Faudra t-il bientôt se méfier des chargeurs d’iPhone ou d’iPad ? Des chercheurs américains de l’institut de technologie de l’état de Géorgie à Atlanta, affirment avoir pu infecter des mobiles Apple sous iOS avec un logiciel malveillant, en l’introduisant par un chargeur électrique de leur conception.
Ils prétendent avoir piraté, en moins d’un minute, tous les mobiles fonctionnant avec la dernière version disponible d’iOS, qu’ils ont essayé de compromettre. A leur grand surprise, l’attaque consistant à injecter un malware, s’est jouée de tous les systèmes de sécurité mis en place par Apple.
L’opération n’aurait nécessité ni mobile jailbraké, ni aucune action de l’utilisateur.
Les chercheurs expliquent qu’ils ont soigneusement examiné les mécanismes sécuritaires d’Apple protégeant contre l’installation de logiciels indéterminés puis réussi à tirer partie des possibilités de l’USB pour contourner ces protections.
Leur chargeur « pirate » embarque une mini-carte électronique de type Beagleboard, pouvant fonctionner avec des suites Linux et dotée d’un port USB. Ce choix a été effectué pour démontrer que la conception d’un tel périphérique malveillant, était aisément à la portée de bons techniciens.
Ils présenteront leur travaux et le chargeur « pirate » en question, lors de la conférence Black Hat qui se tiendra à Las Vegas du 27 juillet au 1er août de 2013.
Cette démonstration amène à se méfier d’un périphérique a priori anodin dont le principal « tort », du point de vue sécuritaire, est de se connecter physiquement au mobile qu’il prétend alimenter.
Source :
programme des présentations de la conférence BlackHat USA 2013
http://www.01net.com/editorial/596731/iphone-ipad-un-chargeur-pirate-capable-dinjecter-un-malware/

Page suivante »