« Une partie non négligeable des Juifs ne veut aucun lien avec Israël, ou est très critique de ce pays. Un antisionisme juif existe. Pourquoi eux peuvent et moi pas? »

JUIF ET ANTISIONISTE… ÇA VEUT DIRE QUOI ?

[Victor Ginsburgh – Professeur de l’Université Libre de Bruxelles – 16/10/2009]

J’ai eu la maladresse d’écrire qu’à mon goût, mon université était insuffisamment antisioniste. Elle ne l’est pas du tout; moi je le suis. Des amis proches, Moïse R. et Philippe W. ont eu la gentillesse de me demander ce que j’entendais par là. Ils le savaient, eux, mais ils m’ont ainsi donné l’occasion d’y réfléchir. D’autres le feront peut-être aussi, pour autant qu’ils m’adressent encore la parole. Voilà, je dois à Moïse et à Philippe les quelques explications qui suivent. Quant aux autres, aucune raison de me justifier.

Je suis devenu Juif à l’âge de 35 ans, lors d’un séjour à Cracovie alors que je passais devant un cimetière juif où les herbes étaient tellement hautes que l’on ne voyait plus les pierres. Je ne savais même pas qu’Auschwitz était là, à quelques kilomètres. Auschwitz, et ailleurs, où avaient disparu, disait ma mère, 56 personnes de la famille.

C’est quoi, pour moi, être Juif?

Mendès-France à qui l’on posait la question aurait répondu: «Je suis né Juif; les antisémites me considèrent comme Juif, et mes enfants savent qu’ils sont Juifs.» Freud se décrivait comme quelqu’un «qui est complètement étranger à la religion de ses pères» – aussi bien qu’à toute autre religion – et qui ne peut partager des idéaux nationalistes, mais qui cependant n’a jamais répudié son peuple, qui sent qu’il est un Juif dans sa nature essentielle et qui n’a aucun désir d’altérer cette nature. Si la question lui était posée: «Puisque vous avez abandonné toutes ces caractéristiques communes à vos compatriotes, que vous est-il resté qui soit Juif?», il répondrait: «Enormément et probablement sa véritable essence». Voilà pour mon état de Juif. Rien de plus, rien de moins.

C’est quoi, pour moi, être sioniste ou antisioniste?

Si c’est ce qu’écrivait, en 1914, Moshe Smilansky, qui était à la tête de l’Union des agriculteurs juifs de Palestine, alors je suis sioniste: «Il n’y a pas, à mon avis, d’antagonisme entre l’aspiration nationale arabe et l’aspiration nationale juive. Il n’y en a pas, parce que la terre de notre espérance n’est qu’un petit coin au milieu des vastes pays dans lesquels le peuple arabe est de par son nombre l’élément décisif. Il n’y en a pas pour nous, parce que la perspective dans laquelle nous envisageons notre avenir, n’est pas politique, ni étatique, mais bien économique et culturelle… Et la Palestine, du fait qu’elle est économiquement et culturellement le pays des Juifs, sera un rapport substantiel à la fédération turco-arabe à venir.» Et il faut reconnaître que la réussite dans ces domaines est éclatante.

Evidemment, depuis lors, il y a eu Auschwitz. Et aussi, en 1948, l’indépendance de l’Etat d’Israël. «Si l’on ne considère que l’objectif politique du sionisme tel qu’il fut défini par Herzl, à savoir la création d’un Etat juif souverain en terre d’Israël, cet objectif a été atteint avec la proclamation d’Indépendance.» Plus besoin de sionisme. Je souscris.

Ce qui serait oublier les deux autres objectifs du sionisme. Le premier, le «rassemblement des exilés» en terre d’Israël, devient l’objectif principal de l’Organisation sioniste. Comme je ne me suis jamais senti exilé, je ne suis pas sioniste.

Il devient cependant assez rapidement clair que certaines communautés (celle des Etats-Unis par exemple), se trouvent bien en Diaspora et n’émigreront pas, ou peu. On réaménage alors l’objectif: «est considéré comme sioniste tout Juif qui soutient et aime Israël, qui veut l’aider et le renforcer, et qui accorde une place centrale à l’Etat d’Israël comme vecteur de son identité juive.» Mais moi, j’aime aussi le Guatemala, pourquoi dois-je choisir entre l’Amérique Centrale et le Moyen-Orient et accorder à Israël le pouvoir de représenter mon identité juive. Je reste non-sioniste.

Suit, en 1967, la Guerre des Six Jours et l’occupation de Gaza et de la Cisjordanie. Pour les sionistes religieux «la « libération » de Jérusalem et des terres bibliques constitue un pas de plus dans la Rédemption… (et) la continuation de l’oeuvre sioniste exigeait que l’on annexe ces territoires, qu’on les repeuple immédiatement de Juifs, qu’on y multiplie les colonies, qu’on y défriche la terre» et que l’on arrache les oliviers plantés par les paysans palestiniens. Ce qui est mis en oeuvre par tous les partis, y compris le parti travailliste. Là je ne me pose pas de question et deviens franchement antisioniste.

Mais la gauche israélienne veille…

Pour Shalom Archav, le mouvement de la paix, «les colons des territoires se trompent et trompent le reste de la population… Ils oublient les buts les plus fondamentaux du sionisme, (qui consistent) à créer une société juive morale et humaniste, juste et pacifique, soucieuse du respect de l’Autre». Me revoilà sioniste, voire «postsioniste».

Que disent les postsionistes? Ils remettent en cause «les valeurs et les références collectives de la société israélienne… (qui) ne sont plus nécessaires… Israël (devrait être) purgé des ses composantes sionistes et (devenir) un Etat pluraliste et démocratique comme les autres. La religion deviendrait l’affaire privée de chacun, l’Etat perdrait son caractère juif, la nation regrouperait des citoyens parfaitement égaux sans avoir besoin de mentionner leur origine». J’applaudis, fini le sionisme.

Mais il y a plus. Une partie «non négligeable des Juifs ne veut aucun lien avec Israël, ou est très critique de ce pays. Un antisionisme juif existe». Pourquoi eux peuvent et moi pas?

Pourquoi ne pas suivre ce que disait, déjà en 1965, Friedmann dans «Fin du Peuple Juif» :

«Gardons une petite place pour notre inquiétude; maintenons quelques îlots d’angoisse juive, au moins dans la Diaspora, comme il y a des parcs protégeant des espèces végétales ou animales, menacées par les stupides massacres des hommes, quelques réserves de féconde, de salutaire angoisse d’où pourront (peut-être) jaillir des explosions prophétiques dont ce monde aurait tant besoin».

Ou Hannah Arendt:

«La représentation par Herzl du peuple juif comme encerclé… par un monde hostile a conquis aujourd’hui le monde sioniste… Que cette évolution ne nous surprenne pas ne rend pas cette représentation plus exacte, mais seulement plus dangereuse. Si nous sommes vraiment face à des ennemis déclarés, ou dissimulés de tous côtés, si finalement le monde entier est contre nous, alors nous sommes perdus».

Pourquoi Freud serait-il le seul à pouvoir dire ce qui suit, et que j’emprunte à Peter Gay, «Freud, une vie» :

«Einstein, semble-t-il, avait demandé (à Freud) de prendre parti publiquement en faveur du sionisme, et Freud avait refusé: «Quiconque veut influencer la foule doit avoir quelque chose de retentissant, d’enthousiaste à dire, et mon jugement pondéré et nuancé sur le sionisme ne va pas dans ce sens… Je ne crois pas que la Palestine deviendra jamais un Etat juif, et que le monde chrétien ou musulman acceptera jamais de laisser leurs sanctuaires aux mains des Juifs. J’aurais mieux compris que l’on ait fondé une patrie juive sur un sol vierge, non grevé historiquement». Il regrette de voir «le fanatisme irréaliste» de ses frères juifs éveiller la méfiance des Arabes. «Je ne puis trouver en moi l’ombre d’une sympathie pour cette piété fourvoyée qui fabrique une religion nationale à partir du mur d’Hérode, et pour l’amour de ces quelques pierres, ne craint pas de heurter les sentiments des populations indigènes»».

Ceux qui me connaissent, ne fût-ce qu’un peu, savent que ce que je viens d’écrire sur mon «antisionisme» n’est pas en contradiction avec mon soutien de toujours à l’existence de l’Etat d’Israël. Avec, pour souhait cependant, qu’il soit peuplé de nombreux Amos Oz.

Bien sûr, il est possible de s’opposer à la politique israélienne sans pour autant être antisémite. Toutefois, cette distinction devient de plus en plus difficile à maintenir.

Jimmy Carter : La politique actuelle d’Israël dans les Territoires palestiniens constitue un “système d’apartheid” où un Etat hébreu “totalement dominant” réprime la violence “en privant les Palestiniens de leurs droits humains fondamentaux”, écrit l’ancien président américain Jimmy Carter dans son livre Palestine : Peace Not Apartheid, paru en novembre 2006. Cet ouvrage – qui figure encore, quatre mois après sa parution, dans la liste des meilleures ventes du New York Times – a déclenché une vive polémique aux Etats-Unis. On a beaucoup reproché au Prix Nobel de la paix 2002 son emploi abusif du mot “apartheid” pour qualifier le traitement réservé aux Palestiniens par Israël. Le livre a aussi provoqué la démission de Kenneth Stein, spécialiste du Proche-Orient et conseiller de longue date de Carter.

Sur Internet Le site du Comité juif américain (AJC), où l’on peut télécharger l’article d’Alvin Rosenfeld “Progressive Jewish Thought and the New Anti-Semitism” : www.ajc.org

Le site du groupe Independent Jewish Voices, animé par des Juifs de gauche britanniques : www.ijv.org.uk/

L’article très controversé des universitaires américains John Mearsheimer et Stephen Walt est disponibleen VO sur le site de la London Review of Books ou en traduction française sur le site Protection-Palestine.

25 Réponses to “JUIF ET ANTISIONISTE… REFLEXION SUR UNE CHASSE AUX SORCIÈRES”

  1. darmon Says:

    MONSIEUR (si l on peut dire ) tenit des pareilles insanites de la part d un semblant d intellectuel semble que le sionisme a pris un grosse part d avance avec la shoa ce qui merite d etre respecte tout comme dans toute rekigion le sionisme n est pas un mouvement integriste mais celui de gens qui aspirent a un patrie dans la paix et la tranquilite je vous rassure je ne suis pas sioniste maisje les comprends
    j ai le plaisir de ne pasvous saluer etant pourtant poli,car pour l intellectuel que vous semblez etre cel cole bien bas

  2. Master Cheetah Says:

    Je ne me prend pas pour un intellectuel et je ne vous cache pas que je ne me suis pas donné la peine de tout lire mais si la paix passe par tuer je préfère faire la guerre en passant par guérir.
    Combien de mort à cause d’Israël ? 50.000 arabes dans les grands conflits, plus de 1000 palestiniens et encore plus de blessé depuis l’an 2000.
    Étant humain et étant sensé je ne peux que être anti-Sioniste même si une part de mes origines sont juives. N’est-il pas écrit dans la Torah l’interdiction de se faire une place en faisant du mal à autrui ?
    N’est-il pas annoncé la venue d’un nouveau messager ?
    N’y a t’il pas eu de nouvelle religion depuis le judaïsme ?
    Ne croyez-vous pas que le paradis se mérite ?

  3. spartacus Says:

    très bon exposé , je reviendrais sur ce qu’est être juif et ce qu’est être sioniste . être juif c’est être de confession juive comme être catholique , musulman ou bouddhiste
    être juif n’est pas une race comme veulent le faire croire les sioniste ,sur terre les hommes n’ont pas de différences génétique donc parler de race c’est être déjà de fait raciste.
    parler de peuple juif « peuple » s’entend être une communauté humaine partageant un territoire
    on ne pourrait alors parler de « peuple juif » qu’en Israël.nous serions obligés de considérer que les Musulmans qui vivent en Israël sont également Juifs et il faudrait exclure de cette définition tous les Juifs de la diaspora.il n’existe pas plus de peuple juif que de peuple musulman, chrétien,bouddhiste ….
    être juif c’est donc être de confession juive pour approfondir le sujet lire :http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qu-est-ce-qu-un-juif-4080
    et maintenant être sioniste c’est être d’accord ou faire sien une idéologie politique nationaliste conceptualisé par Theodor Herzl .Le mouvement sioniste est né à la fin du XIXe siècle, parmi les communautés ashkénazes d’Europe centrale et orientale. »C’est là que le bât blesse »si ont peut dire ,Les Ashkénazes sont les Juifs provenant d’Allemagne, de Pologne, de Russie, de l’ancien Empire austro-hongrois et plus généralement d’Europe Centrale et Orientale.ces juifs sont pour beaucoup des convertis durant l’histoire et pourtant prônant pour certains, ceux qui « adoptent »le sionisme donc un retour à la terre d’Israël hypothétiquement la terre d’origine des juifs Séfarades, sémites donc arabe
    bref une mystification qui trouve tous de même son origine dans les persécutions des personnes de confession juive au 19 eme et 20éme siècle mais force est de constater que les sionistes ont utilisés ces persécution pour parvenir à leurs fins et cela à n’importe quel prix dont celui de collaborer avec le national socialisme dés 1933 La « Haavara Agreement » est signée le 7 août 1933 entre l’Agence juive et le gouvernement du Reich.lien :http://www.fonjallaz.net/Film-Amen/nazi-sionisme/Haavara-Agreement.html
    utiliser la Shoah pour justifier ce « retour »démontre le machiavélisme de cette idéologie , spolier un peuple le chasser,l’emprisonner ,le torturer,l’affamer ,l’emmurer et cela depuis 60 ans en le justifiant par un crime « la Shoah » qui n’a pas été commis par les palestiniens est totalement inintelligible
    la lueur d’espoir dans tous ca c’est les juifs antisionistes qui nous l’apportent ces personnes sont vraiment courageuses parce qu ils ne sont pas obligés de résister c’est leur conscience qui leurs fait résister à cette monstruosité créée par le 20éme siècle pour le palestinien c’est une obligation résister ou immigrer sont ses seuls solutions
    pour finir dans l’état actuel du conflit seul une solution type Afrique du sud sera viable avec une population de nationalité palestinienne de confession juive,musulmane,chrétienne… sur le même territoire avec des institutions laïc et démocratique , je pense que c’est la seule voie à suivre sortir la religion de la sphère politique et aller vers une réconciliation nationale
    juif antisioniste: http://www.ijsn.net/atranslation/234/

    je finirais en disant que je garde confiance en la capacité de l’homme et en l’humanité à surmonter « ses démons » souvent il s’égare mais grasse par son unité et sa solidarité inhérente à ses gènes il a toujours surmonté ses travers pour évoluer nous sommes développé et évolué parce que nous sommes des animaux sociaux et non pas parce que nous sommes des entités repliés sur nous même
    vive la Palestine libre dans un monde libre « il y a du boulot »

  4. writer Says:

    J’aimerais tout d’abord remercier Victor Ginsburgh, nombres de détails éclairent de nouvelles parties du puzzle qui fait partie de ma grande curiosité, j’ai confiance en ces dires et adhère parfaitement sur les différents points qui vous font vous sentir Sioniste ou pas, ça parle du cœur et des vraies directions pour arriver à une entente entre peuple (si cela est possible…)
    Ensuite, remercier bien sur « Spartacus » pour la précision de la position dans le temps et l’espoir qui anime tous ceux qui cherchent à vivre heureux.
    Malheureusement, comme le dit Spartacus : « Il y a du boulot », changer la mentalité de dirigeants des médias


  5. […] à la politique israélienne sans pour autant être antisémite. Toutefois, cette distinction devient de plus en plus difficile à […]

  6. Roger De Lathouwer Says:

    M. Ginzburg, Je viens de tomber sur votre commentaire déjà ancien. Je partage l’essentiel de ce que vous aviez écrit, sauf la conclusion pour laquelle je pense que vous vous trompez en vous déclarant pour l’existence de l’Etat d’Israël tout en vous déclarant « antisioniste » ce qui est contradictoire.

    Vous donnez à ce terme une définition qui vous convient alors que l’acceptation générale est tout autre. Aujourd’hui est considéré comme « sioniste » le simple fait pour un juif d’être en faveur de l’existence d’Israël; l’antisioniste lui étant soit pour son remplacement par un état purement palestinien soit par un état binational éphémère. Je suis belge comme vous, je n’ai pas l’intention d’émigrer mais il me suffit de refuser la destruction d’Israël pour être traité de « sioniste » avec un accent péjoratif et haineux.

    Je pense qu’en vous exprimant de la sorte, vous donnez une couverture de respectabilité aux antisionistes qui veulent la disparition d’Israël et aux antisémites qui utilisent le même terme pour exprimer leur antisémitisme. Les citations antérieurs au génocide et à l’existence d’Israël avaient du sens avant ces évènements mais plus après.

    J’ajouterais que je ne suis pas par principe opposé à l’état binational, je le vois très bien comme l’évolution de deux états séparés évoluant en confédération puis en fédération mais au bout d’un long processus d’apaisement et probablement sur plusieurs générations.

  7. adcikpya Says:

    Compliment, c est un regale de vous lire

  8. non non Says:

    Anti sionisme et antisémitisme sont deux choses bien différentes. En effet, serait-ce anti chrétiens ou anti musulmans de considérer que les croyants de ces religions n’ont pas le droit de revendiquer et de requisitionner un territoire habité (ou non d’ailleurs!) pour y vivre? Imaginez un peu qu’un jour quelqu’un vienne vous dire, « dans ma religion, dans mon livre sacré,  mon dieu me dit que ce terrain sur lequel tu vis, tu as bâti ta maison, tu élèves tes enfants depuis plusieurs générations,  ce terrain appartient en fait aux croyants de ma religion. Mon dieu nous a promis ce terrain il y a plusieurs milliers d’années »… je pense que quiconque de censer rigolerait et prendrait cette personne pour un illuminé,  non? L’anti sionisme peut donc être seulement un refus de l’occupation du territoire d’Israël par l’état juif. En tant que français né après la seconde guerre mondiale j’ai l’impressoin de naître avec une culpabilité envers le peuple juif. On nous apprend dès le plus jeune âge que les propos antisémites sont illégaux (alors que les propos, blagues ou autres caricatures anti chrétiens ou anti musulmans je les ai toujours vu s’ afficher en une du canard enchaîné ou de charlie hebdo et sans aucune condamnation légale), que les juifs sont Le peuple qui a souffert (quelles places pour les autres victimes des nazis? Quelques lignes au mieux dans les manuels scolaires, sans parler des victimes d’autres génocides à travers le monde). Même si en France on s’ apitoie régulièrement sur le sort des palestiniens,  on reste relativement silencieux face à Israël et ses soutiens très puissants. Pourquoi? Le gouvernement français actuel, comme les précédents d’ailleurs, n’a rien à se reprocher dans la Shoah,  alors pourquoi ce silence, pourquoi ce protectionnisme envers les juifs? Je crois que je ne pourrai jamais comprendre pourquoi il est plus grave d’insulter quelqu’un parce qu’il est juif, que parce qu’il est chrétien ou musulman.  Je crois que je ne pourrai jamais comprendre le pourquoi de la naissance de l’Etat d’Israël sur un territoire confisqué à ses habitants. Je crois que je ne pourrai jamais comprendre pourquoi en posant toutes ces questions je serai taxé d’antisémite alors que mes idées sont antisionistes.

  9. DIDIER Says:

    En ces temps troublés et chaotiques d’antidieudonisme « arrangé », moi qui suis bel et bien un antisioniste invétéré et adhérant de l’extrême Gauche, je fais en ce moment des efforts inimaginables pour ne pas basculer dans l’antisémitisme pur et dur. J’ai 62 ans, j’ai très longtemps défendu les juifs (en général) dans les discussions quand il n’étaient pas là pour se défendre et pour répondre, ce qui m’a valu bien des inimitiés de la part de mes collègues de travail notamment, et de bien d’autres. Je ne comprenais pas pourquoi alors, et je m’en indignait même. Faut-il y voir une naïveté ou un sentiment d’avoir raté quelque chose? étais-je autiste alors ou pas assez « informé » à l’époque ?
    Je constatais il est vrai, qu’une quantité dominante d’individus étaient autour de moi, d’un antisémitisme redoutable…Et puis « l’incident » Dieudonné est arrivé, mais pas que ça, le constat que la LDJ (interdite aux USA et même en Israël) sévit toujours et n’a pas été interdite de territoire français! Donc j’ai pris le parti des gens qui ont été récemment molestés à Lyon par une demi-douzaine d’individus de confession juive. Et depuis, c’est très récent, je l’avoue, je sens qu’un désagréable ressentiment envers la communauté judaïque m’étreint et c’est comme de la haine qui s’empare de moi, ce sentiment, je ne l’avais jamais connu comme ça aussi fort contre un ensemble de gens, une communauté. Est-ce le décès de Mandela tout récent lui aussi et le fait que le premier ministre israélien s’est « défaussé » pour ne pas aller aux obsèques du grand homme qu’était Madiba? Le fait que j’ai « fouillé » dans les dossiers de l’Afrique du Sud de l’époque terrible de l’Apartheid et que j’y ai trouvé (difficilement) plein de preuves sur le fait qu’Israël ait aidé l’état raciste afrikaner, tant militairement qu’économiquement et politiquement. Et en fait je me dit que ces « professeurs » d’apartheid » que sont les israéliens, sont venus des années durant, donner des conseils et prodiguer des encouragements à ces maudits afrikaners. Alors est-ce tout ce flot de méchancetés infligés aux uns et aux autres, qui fait que je vais sans doute basculer dans le camp de ce que j’ai combattu jadis !

  10. ericsan Says:

    A lire entièrement avec le commentaire de spartacus aussi entièrement. Et prendre du recul.
    @DIDIER: ne pas tomber dans la radicalité…svp les juifs ne sont pas responsables des actes d’Israël

  11. COUAC Says:

    @DIDIER: ce que vous dites est terrible, j’ai même envie de dire infâme, mais semble pourtant (et cela aussi est terrifiant)… bien honnête…
    Vous êtes de bonne foi, cela me semble, au vu de vos mots, de votre parcours, de vos engagements, évident.

    Pourtant, je ne veux pas vous voir basculer dans l’antisémitisme, ni vous ni nos semblables.
    Il faut bien remettre au centre des choses que l’antisémitisme, le vrai, est fondamentalement et exclusivement défini par une attitude d’hostilité inconditionnelle à l’encontre de tout juif en raison d’un attribut hérité : « être juif ».
    Cela ne définit pas, j’en suis sûr, le fond de votre pensée. Je pense que vous avez été, et êtes encore, fondamentalement opposé à cela.
    Pourtant, il est certain que la cruauté et les injustices du sionisme, par ailleurs inhérentes et consécutives à cette idéologie, nous oblige à prendre définitivement parti contre elle. Et il est malheureusement inévitable que la pénétration épouvantable de cette névrose au sein des juifs européens nous rende malgré nous les ennemis d’un très grand nombre d’entre-eux. Et par conséquent d’avoir à subir de la manière la plus infamante, la plus injuste et la plus éhontée qui soit, la calomnie de l’accusation d’antisémitisme.

    Cette calomnie ne doit pas devenir une prophétie auto-réalisatrice: l’indignation de doit nous contrôler, nous submerger jusqu’à nous perdre.
    Vous-même, ne vous laissez pas corrompre, ne trahissez pas ce que vous êtes, résistez!

    Ce n’est pas d’être nés juifs que nous combattons les sionistes.
    Ce n’est pas de « rester » juifs, d’être attachés à leur culture, à leur mémoire, à leurs traditions familiales, à leurs références communautaires, et à tout ce bric-à-brac juif qui leur confère cette identité collective si particulière, que nous ferons des gens des adversaires déclarés.
    Et même si cette confusion est très fortement propagée par le sionisme (on pourrait même dire qu’il est fondé dessus) nous devons nous astreindre à distinguer sans ambiguïtés ces deux, ou plutôt ces trois réalités :

    – le judaïsme (c’est-à-dire la religion; ou le fait d’être juif par confession),

    – la judéité (ou le fait de se sentir juif d’une manière générale et/ou d’être perçu comme tel par les autres juifs et par les non-juifs),

    – le sionisme (ou la croyance que la judéité découle forcément de l’appartenance à une « nation » juive; croyance au nom de laquelle tout juif est par définition un israélien en puissance incité à faire son « alya »; croyance au nom de laquelle le retour des arabes palestiniens menacent dans son existence la « judéité » de l’État israélien et par conséquent l’existence même de la nation juive, donc l’existence même des juifs dans le monde; croyance au nom de laquelle les antisionistes, détracteurs de l’idée de nation juive, sont par nature ennemis de la judéité sous toutes ses formes, donc antisémites, donc anti-juifs, donc génocidaires, ou pas loin; croyance au nom de laquelle… etc., etc.).

    Donc il faut bien comprendre qu’en dépit d’une différence de notions immédiate (être juif c’est être légataire d’un héritage culturel, mémoriel, d’une tradition, être rattaché par des liens sociaux et affectifs à la communauté juive; être sioniste c’est avoir une conception nationaliste de cette communauté, revendiquer l’implantation de cette nation juive sur territoire palestinien et y maintenir la souveraineté d’un État essentiellement juif), c’est une distinction… qui les perturbent aux sionistes.
    Plus exactement, c’est une distinction qu’ils sont bien contraints de pratiquer au niveau lexical, mais qu’ils sont incapables (on pourrait même dire infirmes) à opérer sur le plan conceptuels; la nature même du sionisme les en empêche.

    Or quand bien même cela devient une distinction de plus en plus théorique, du fait de la propagation du sionisme chez les juifs, nous ne devons en aucun cas souscrire nous-même à cet amalgame: nous devons reconnaître et laisser le droit à nos compatriotes juifs de ne pas être sionistes. Non seulement de s’opposer à la politique israélienne, mais au sionisme en tant qu’idéologie mortifère (pour les non-juifs) et en tant qu’aliénation (pour eux-même).

    Nous devons chasser de nos rangs les antisémites; cela ne nous apportera aucune gloire et ne nous préservera pas d’être taxés d’antisémitisme nous-me. Mais pour notre cohérence, notre honneur, la justice et la justesse de notre combat et, de toute façon, notre efficacité et notre crédibilité, nous devons le faire.
    Les gens comme Dieudonné sont pour nous (vous inclus), nous les antisionistes, des ennemis intérieurs. Rien de moins.
    Ne vous y trompez pas.

  12. De Lathouwer Says:

    Aujourd’hui, à l’exception des antisionistes juifs religieux, les « antisionistes » sont soit des antisémites soit des naïfs qui font le jeu des antisémites en s’alliant avec eux. Lutter contre la colonisation et l’extrême droite israélienne ou juive n’est pas de « l’antisionisme », sinon tous les Israéliens et juifs dans le monde qui sont pour deux états distincts dans l’esprit d’Oslo et de Taba, seraient « antisionistes » alors qu’ils se déclarent sionistes. « L’antisionisme » c’est vouloir la disparition d’Israël et son remplacement par une Grande Palestine appelée à être vidée quasi totalement de ses juifs comme tous les pays arabo-musulmans, ce que confirme ouvertement la Charte du Hamas.


  13. … ou alors tout simplement des gens qui ont lu Herzl et qui ont l’intelligence de comprendre que le « sionisme » est une idéologie ethnocentriste du 19è Siècle, quand la notion de « Lebensraum » avait encore une signification (mythique) dans les esprits des gens…
    Et si tu veux t’amuser à aller dire à Avraham Burg (qui n’est pas un juif religieux, loin de là) qu’il est antisémite ou naïf, je te souhaite bien du courage🙂

    VIENS ME VOIR QUAND TU PASSES EN ISRAEL, je te présenterais une tonne de juifs antisionistes qui en ont marre de se faire manipuler par les idéologues… (Dov Lerner – Kibbutz Yagur
    14940 – Israel)

    EN ISRAEL, LE PROJET POLITIQUE SIONISTE EST PUBLIQUEMENT REJETÉ PAR LES ENFANTS DES LEADERS POLITIQUES

    AVRAHAM BURG – POURQUOI JE NE SUIS PLUS SIONISTE

    Nous sommes déjà morts. Ça ne marche plus” – Adieu au sionisme : interview d’Avraham Burg

  14. NOEGER Says:

    Etre juif n’est pas appartenir à une religion ou à un peuple, mais bien à une secte, la plus dangereuse qu’il soit de par notre planète, celle qui sera à l’origine de l’anéantissement du genre humain sur terre. Ce qui est troublant
    c’est que par exemple en France on a mis à la tête de la lutte contre les sectes (la MIVILUDE) un juif: le célèbre Fenneck, un des plus sioniste des juifs de France, curieux non?

  15. marx Says:

    Excellent.


  16. Bonjour à tous, permettez moi d’interférer dans votre conversation qui se trouve être pleine de bon sens et intéressante.Je ne suis pas juif, je fais partis des gohims de France qui se posent des questions sur ce qui se passe en ce moment en France et qui est certain que le complot sioniste n’est pas un mythe. Je vous donnerais donc mon point de vue sachant que je suis baptisé catholique, non-pratiquant et que je souhaiterais que chacun respecte autrui et comprenne le fondement de toute religion, à savoir l’amour.

    pour moi au vue des manipulations des personnes qui manipulent les masses le mot juif n’a plus tout son sens. Au départ Dieu créa l’homme et le premier peuple : les hébreux donc pour moi le peuple c’est donc les hébreux.
    Ensuite il y à eu la diaspora et les hébreux se sonts regroupé en une communauté appelé les juifs. ensuite ou avant je ne me rapelle plus exactement la chronologie il y’a eu la promesse de la terre promise : israel.
    et il y a eu une punition divine qui contraint Dieu à exterminé tous les juifs, je vous passe les détails, mais comme Dieu est juste il as révoqué cet avis à deux conditions : vivre parmis les NATIONS dans la paix en les considérant comme leurs frères, les gohims, les gentils, peut importe et ne pas reprendre la terre promise par la force ce qui annulerais simplement
    ce contrat.

    Seulement a ces deux conditions. Le Sionisme est donc le non respect de cette règle qui comdamne tout les Juifs à l’extermination.

    Ce qui me renvoie au terme de nation. Les nations c’est donc les gohims et les juifs ne peuvent donc pas prétendre à une Nation et ne sont pas autorisé à pratiquer le mal pour reprendre cette terre donc l’existence même de l’état hébreux qui suivi le traité de Yalta et qui fut la revendication des anglais est un péché à partir du moment ou la colonisation avec la force est interdite.Donc le sionisme c’est la condamnation et la damnation des juifs par les sionistes.

    Ensuite, le terme sémite désigne les peuples ayants parlé l’Araméen, donc y compris les arabes, et le fait d’utilisé ce terme pour désigner les juifs est une aberration de la langue Française visant à faire croire au monde que les Juifs et les sionistes sont la même entité et à protéger les intérêt de nos élites en faisant passer les bourreaux pour des victimes.Et le Nazisme à été commandité par les sionistes pour exterminer les Juifs.

    Et les amalgames sont vite fait. Pour le Français lambda la réaction est simple : Les juifs gouvernent le monde, y’en à marre de les entendre faire les victimes alors que à la télé y’as que des juifs, au pouvoir y’as que des juifs, il ont toute la tunes et nous ont galère…. Et on connait tous la suite

    et si les juifs, les musulmans, les catholiques et les autres se communautarisent c’est pas l’harmonie qui va naître mais c’est le plan sioniste(je ne remet pas en question le droit des hébreux à une patrie, loin sans faut) qui arriveras à execution et l’antéchrist qui donneras les ordres


  17. Moi ce qui me fait peur avec tout ces amalgames c’est que la division est proche et que je ne pense pas que les juifs, les musulmans, ou les catholiques veulent être divisés, mais plutôt vivre en harmonie. Le modèle économique et politique actuel est vétuste et ne fonctionne pas et si on veut vivre tous en harmonie et en paix il faut un radical changement de notre société.

    Jacques Fresco avec son Projet Venus est pour moi le seul à proposer une solution globale qui vise à nous sortir de cette crise identitaire qui est le fondement même des abus du sionisme radicale. Et à partir du moment ou les humains sont divisé en castes religieuses et en races ou peuples, on réagira de façon individualiste. Le salut de l’humanité c’est l’union de toute les créatures et la considération de la planète comme l’élement clé de notre évolution. Je vous invite à jeté un oeil et à prendre le recul nécessaire pour comprendre son message et à mon avis il n’y a que deux solutions qui s’offre à nous.

    L’argent et le moteur de notre société mais aussi notre plus grande faiblesse car il divise l’humanité en pauvre et en riche. et les société secrètes qui agissent dans l’ombre on créer un système pyramidale visant à soumettre un grand nombre d’humain à un petit nombre d’autres humain qui récoltent le labeur des autres.

    Mais ce système n’est pas le fondement de la foi, car seul le créateur soumet ces créatures à ces choix. Et je ne vous dit pas de renier votre foi mais de réfléchir aux solution que nous devons prendre pour vivre en tant qu’espèce afin de subsister. Sans la planète je ne voit pas le sens de la vie
    donc je pense qu’il faut remettre en question le fondement de notre reflexion et trouver une solution pour que chacun puisse être l’égal de l’autre.

    Les religions sont basé sur l’histoire des peuple et c’est pour cela qu’il y en as plusieurs. Cependant le message des 3 grande religions est le même pour tous et il est universelle, c’est l’interprétation du message qui change.
    Nous ne sommes peut être pas encore prêt pour comprendre ce message ou trop naïf pour l’interpréter à sa juste valeur.

    Dans tout les cas c’est l’amour qui sauveras nos âmes de la perdition
    et si personne ne veut se mettre d’accord c’est que la discorde est déja en place


  18. Votre avis m’intéresse et n’hésiter pas à corriger mes erreurs sur l’histoire religieuse car je m’interroge et il est fort possible que mon interprétation soi mauvaise.

    Avec toute ma considération.
    Paix et prospérité pour tous!


  19. Nous marchons tous sur la tête il est temps de proposer des solutions et de faire une pose dans cette quête identitaire. La survie de notre espèce en dépend.Et sachez que la foi est une épreuve mais il n’y as pas de réponse,
    à part la mort et le salut. Il est normal de rechercher la vérité et de remettre en question ces fondements mais il faut dépasser tout ceci pour transcender l’amour de notre créateur. Je ne me reconnais dans aucune religion car ce sont mes semblables qui dictes des mots écrits par des hommes mais j’ai confiance en mon créateur et modère mes parole et mes actions afin de garder un cœur chaste et pur(on peut toujours essayer). La croyance est le moteur de l’existence et permet de relativiser et de rester bon. En plus je suis un gentil apparemment. Mais beaucoup trop de mal à été fait au nom de cette croyance et sachez que ce n’est pas l’œuvre du bien. La meilleur arme du malin c’est le doute et son bouclier c’est de mettre à l’envers les préceptes du bien pour mieux nous diviser et récolter un maximum d’âme pour la dernière grande bataille.Mon pays à créer une atmosphère douteuse pour aller tuer des gens en mon nom et mon président s’affiche au coté d’un dictateur qui tue des innocents et m’a donné l’impression d’être son esclave et il ose mettre une kippa dans un pays soi disant laïque.C’est une insulte pour touts les juifs de France et le résultat sera la discorde entre les pieux musulmans, et israélites. Et ils se frotterons les mains.Cette apologie de la victimisation des Juifs visent à les détruire et pas à les protéger.

    A l’envers c’est exactement ça, notre planète et gouverné par des sataniques

  20. NOEGER Says:

    Je dirais que ce développement est intéressant, mais…incomplet hélas et présenté de façon un peu trop légère. Moi aussi je suis catholique non pratiquant, mais par dessus tout, je suis respectueux de toutes les formes de religions dans ce bas monde (sans parler de blasphème ou de toutes ces c……..) et c’est ce que je reproche à la société actuelle et en particulier à Charlie Hebdo et à tous ses semblables, ils font partie des gens qui ne respectent rien ni personne, tout comme les politiques de ces 30 dernières années (alors qu’ils devraient montrer le bon chemin, la bonne voie), j’ai 64 ans et je ne vois pas du tout les choses comme cette masse de gens vulgaires qui se veulent soi-disant « politiquement corrects » alors qu’ils ne le sont pas du tout !

  21. NOEGER Says:

    ….ou par des « illuminati », ce qui est la même chose…

  22. Amusant Says:

    Il est interessant de lire tous ces commentaires de gens visiblement de bonne foi, sans trop d’à priori ( oui dans notre société actuelle cela reste plutôt rare pour être noté).
    J’ai hésité à rajouter mon petit commentaire après tout ce temps passé, mais bon, mieux vaut tard que jamais me diriez vous.

    Certains ici ont eu des avis relativement mis en forme, mais pour ma part je noterai un cruel et incroyable manque de reflexion et d’information dans la globalité.
    Quelques exemples ?
    Les relations entre Israel et Pretoria citées plus haut par Didier, certes annoncer vos couleurs d’Extreme Gauche ne vous dessert pas, mais un peu d’honnêté et de précisions que diable !
    Le contexte n’est pas précisé (guerres de 67 et 73, isolement de plus en plus important d’Israel, reconnaissance immédiate et totale de l’état d’Israel par l’Afrique du Sud, etc) et les relations non plus (condamnation sans cesse de l’apartheid dès le début des années 50, prise de parole aux Nations Unies dans ce sens, la liste est longue).
    Les deux pays ont eu des relations économiques et politiques, d’autres pays d’Europe l’ont eu également, à l’exception qu’Israel doit être à ce jour le pays le plus haï de l’Histoire, comment pouvait il etre difficile sur le choix de ses alliés alors qu’il n’avait même pas 30 ans d’existence ?
    Pour ce qui est de « Madiba », un mythe existe, mais la personne en elle même en est bien loin (pensées politiques, jugement biaisé, discours sans interets, amitiés douteuses, …), cette personne est un symbole, rien de plus.

    Pour ce qui est de l’Etat d’Israel à proprement parler, en lisant ces commentaires j’en suis presque venu à me demander si nous vivions dans le même monde, si nous entendions les mêmes tristes nouvelles.
    Aujourd’hui que vous le vouliez ou non, les médias sont politisés certes, mais quasi uniquement à gauche, à tendance pro-palestinienne bien évidemment, pour rajouter un peu plus de piment à la chose.
    Nous ne pouvons pas rire des juifs ? Essayez de rire des musulmans et regardez la réaction, comptez le nombre de menaces de mort, demandez une protection policière au nom de la liberté d’expression.

    La violence n’est pas permise pour les juifs ? C’est vrai. Le seul cas où cela est autorisé est dans le cas de la défense. Après tout Israel détient la seule armée de Défense du Monde (IDF pour l’acronyme), les territoires « occupés » ne sont pas occupés mais ont été conquis ne l’oublions pas. L’Europe se permettrait de critiquer la conquete de territoire dans le cadre d’une guerre qu’on aurait déclarée ? Amusant historiquement.

    La liste de points à soulever est encore longue, et ce paragraphe l’est assez comme cela.
    Néanmoins si certains souhaitent continuer, ce serait avec le plus grand plaisir, après tout, vu le niveau d’un « intellectuel » professeur d’Université, un simple fils de la République inconnu comme moi devrait faire amplement l’affaire.
    Bonne continuation

    Ps : Oui pour la solution à deux états, à une condition, supprimer l’embrigadement coté palestinien, osez regarder les émissions pour enfants, ou les programmes « intellectuels » vous m’en direz des nouvelles.

  23. ARISTOT Says:

    Quand on veut transformer une idéologie raciste, sectaire, colonisatrice et violente en idéal légitime et respectable, cela provoque inévitablement dans l’esprit de ses adeptes de la schizophrénie au sens médical du terme.
    Si ISRAEL était légitime et respectable, il n’aurait pas besoin de propagande et de violence de toutes sortes pour en imposer l’idée folle dans les esprits sains et éclairés du monde entier.
    Défendre des théories incohérentes implique de tenir des discours incohérents et contradictoires d’une ligne à l’autre, ainsi que le démontre l’auteur et nombreux commentateurs.
    On ne peut pas être anti-colonialiste et être sioniste. C’est contradictoire. Pour être sioniste, il faut être au plus du même niveau que Jules Ferry et sa doctrine raciste de colonisation.
    Jamais la colonisation Française n’a expulsé ni massacré les autochtones. ISRAEL l’a fait. Les Anglais et les Espagnols l’ont fait.

    Jamais, la colonisation française n’a rasé toutes les maisons et tout ce qu’avaient construit les autochtones quand ils sont arrivés. ISRAEL l’a fait, allant jusqu’à arracher des millions d’oliviers centenaires des palestiniens, mettant à feu et rasant les villages arabes pour faire croire qu’il n’y avait rien quand ils sont arrivés en 1948.
    ISRAEL rase encore à ce jour dans le Negev, des villages arabes entiers habités depuis 40 siècles par des Bédoins pacifiques et paisibles qui ne leur demandent rien et ne gênent personne.

    Le projet sioniste porté par BEN GOURION et GOLDA MEIR inclut l’expulsion et le génocide des Palestiniens, volontés ouvertement répétées dans leurs livres et dans leurs déclarations dans la presse de 1948 à 1979.

    Etre sioniste c’est soutenir et encourager des crimes de guerre répétés par Israel contre la Palestine et des crimes contre l’humanité répétés par Israel contre des palestiniens musulmans, druzzes et chrétiens. ISRAEL détient 50% des condamnations prononcées par l’ONU depuis 1948.

    ISRAEL n’est qu’un mythe haineux, délirant, sectaire et prédateur qui n’a aucun droit historique puisqu’ISRAEL ni ni la judée ni la samarie et « le peuple juif » n’ont jamais existé et ne sont cités nulle part dans toute l’histoire égyptienne, perse, grecque, romaine antique.
    Si les hébreux ont bien existé, les textes grecs et romains indiquent qu’ils avaient les mêmes moeurs que les Romains et les Grecs (polythéistes).
    L’Encyclopédie UNIVERSALIS – dans son édition 1968 – précise bien que toute l’histoire des juifs telle que relatée par certains est biblique et que rien ne démontre que cela aurait existé. Au contraire, l’archéologie et les textes grecs et latins authentiques démontraient déjà que cela n’a jamais existé.

    Le « peuple Juif » serait le seul peuple de l’humanité ayant traversé l’histoire pendant 3000 ans mais qu’aucun autre contemporain, ni peintre, ni sculpteur ni auteur – depuis le 15ème au 1èr siècle avant JC, n’aurait jamais vu ni rencontré, et qui de plus n’aurait laissé aucune trace archéologique ni culturelle nulle part.
    Ni César, ni Cicéron, ni PLUTARQUE, ne citent à aucun moment les juifs, israel ou quoi que ce soit les concernant.
    César avait une garnison de 600 cavaliers Gaulois d’élite avec lui pendant la guerre d’Alexandrie, mais il n’a jamais vu de juifs ni traversé ni israel, ni la judée: ils n’existaient pas du temps de César ! A Alexandrie, il n’y avait que des Egyptiens et quelques Ethiopiens (Noirs par définition) appelés « les Alexandrins » . « La guerre d’Alexandrie » écrite par César est en ligne. Lire le texte authentique de César et non les récits falsifiés qu’en font certains et qui meublent et polluent les 4 1ères pages de google. http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BA.html

    Du temps d’HERODOTE, seule la Palestine existait, bordée au Nord de la Syrie, à l’Est de l’Arabie, au sud de l’Egypte. Sa carte, dressée au 6ème avant JC, est celle sur laquelle Louis XIV apprenait l’histoire. J’ai eu le même récit et la même carte à l’école de la république dans les années 1960.
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5963633p.r=h%C3%A9rodote.langFR

    Les faits contemporains de la carte sont exposés dans les livres i, II et II d’Hérodote. Ceux de la Palestine sont exposés dans le livre III. Les Grecs et les Perses demandaient l’autorisation au Roi des Arabes de traverser son royaume pour aller en Egypte par la terre.
    http://remacle.org/bloodwolf/historiens/herodote/thalie.htm

    Ne pas confondre HERODOTE, grec, – 550 avant JC, et HERODE, Romain -73 à -4 avant JC.
    Ne pas oublier que la langue hébreu a cessé d’être parlée vers150 après JC. Si « les hébreux avaient été suffisamment nombreux pour meubler 2 départements, ils n’auraient pas soudain disparus . La déportation de 70 n’a jamais existée bien sûr., pas plus que le 1er et le 2ème temple.
    L’archéologie israélienne a démontré en 2012, que les sceaux de cuivre portés sur les fondations du mur des lamentations date de +17 après JC, et que ce mur est un mur d’enceinte de soutènement construit après 17 après JC…. et non les restes du 2ème temple qui n’a jamais existé. Et n’est en aucun cas un lieu historique saint des Juifs. D’où la décision de l’UNESCO en 2016 délégitimant les juifs du mur des Lamentations et de l’esplanade des mosquées

    VOLTAIRE et BOULANGER avaient déjà en leurs temps pointé et démontré tous les mensonges et incohérences des rabbins qui ont inventé de toute pièce une histoire grandiose de peuple juif qui n’a jamais existée en réalité.
    Les réponses des rabbins allemands, juifs et hollandais à Mr De Voltaire -datant des années 1650 – ré-éditées en 1819, sont en ligne sur la bnf. Le principal argument des rabbins en 1650 est que tout le monde a cru leurs fables jusqu’à Voltaire et Mr Boulanger , donc que c’est la preuve qu’elles sont vraies !
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61352438

    La thora a été écrite la 1ère fois au 3ème siècle après JC, et une 2ème version au 5ème siècle à Babylone, tandis que le TALMUD a été écrit au 6ème siècle après JC.
    Le Talmud, datant du 6ème après JC, ne fonde donc pas le judaïsme, en réalité contemporain du christianisme.
    Les mots « foi » et « religion » n’existe pas en hébreu.
    La religion juive a été inventée au 13ème siècle après JC par Maimonide. Le mot « dat » « dati » utilisé depuis le 13ème siècle est un mot perse et non un mot hébreu
    Qui ose contester les affirmations d’Henri ATLAN, professeur émérite franco israélien, qui a étudié tous les textes pendant plus de 50 ans ? https://www.youtube.com/watch?v=jI3WSr7-KU4
    Nombreux l’ont déjà dit comme lui dans l’histoire, et notamment des grands écrivains Français, qui ont tous été occultés et dissimulés de la culture française et de l’enseignement français depuis les années 50/60..
    Comme dit SARKOZY, « israël c’est un miracle » car personne de censé n’aurait pu croire un jour que le mythe connu de tous serait frauduleusement falsifié en vérité historique.

  24. NOEGER Says:

    Qui que soit celui qui a écrit ce long texte édifiant et riche d’enseignements, qu’il en soit remercié mille fois: merci Monsieur, Merci mille fois !

  25. NOEGER Says:

    Vous vous méprenez, le ou les salauds ne sont pas du côté d’Aristot mais plutôt du votre à ce qu’il semble…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s