mai 2013



Pas d’acces frauduleux a un systeme non securise : le prevenu est relaxé

[Legalis.net – 25/05/2013]

Si le responsable d’un système d’information ne le sécurise pas contre les intrusions, le délit d’accès et de maintien frauduleux n’est pas constitué.

Par un jugement du 23 avril 2013, le tribunal correctionnel de Créteil a donc relaxé celui qui s’était introduit dans l’extranet de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail et y avait récupéré des documents dont l’accès n’était pas protégé par un code d’accès et un mot de passe. Ce jugement va dans le sens de la jurisprudence Kitetoa de 2002 et met ainsi à la charge du responsable d’un traitement une obligation de sécurité. (suite…)


[Gregor Seither – IES News Service – 18/05/2013]

Il ya tellement de données disponibles sur l’Internet que même les cyberespions gouvernementaux ont besoin d’un peu d’aide de temps en temps pour passer au crible toute cette masse d’informations. Pour les aider dans leur travail, la NATIONAL SECURITY AGENCY a donc produit un Guide technique afin aider ses espions a localiser les informations cachées sur le web.

[Note de L&I – la version rendu publique datant de 2007, une TRES GROSSE PARTIE des outils vraiment intéressants qui sont mentionnés, n’existe plus en 2013  –> PDF disponible dans la bibliotèque de L&I – Téléchargez le guide ici : « Untangling the Web: A Guide to Internet Research » ]

L’ouvrage de 650 pages environ, intitulé « Untangling the Web: A Guide to Internet Research » (dispo en PDF dans la Bibliothque L&I) vient d’être rendu public par la NSA suite d’une demande FOIA déposée en Avril par MuckRock, un site qui propose des services payants de traitement de données publiques pour des associations militantes et autres.

Le Guide a été publié par le « Center for Digital Content » de la NSA et regorge de conseils pour l’utilisation des moteurs de recherche, le Internet Archive et autres outils en ligne. (suite…)


977133_644461202235197_1266606364_o


[MEDIAPART – 03 mai 2013 | Par Karl Laske]

 » Jamais je n’ai vu passer de financement libyen », a répété Claude Guéant, brièvement questionné par Mediapart, jeudi. L’ancien ministre de l’intérieur le clame partout : le virement de 500 000 euros qu’il a reçu en 2008, dévoilé cette semaine par le Canard enchaîné, n’a « rien à voir » avec la Libye. Ses explications confuses, et très vite démenties (lire ici et la), n’y changent rien. Qu’il parvienne ou pas à clarifier l’origine de ses fonds, l’ancien proche collaborateur de Nicolas Sarkozy est devenu, par la faute de l’intermédiaire Ziad Takieddine, l’un des premiers suspects dans l’enquête sur le financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

L’information judiciaire contre X… confiée le 19 avril aux juges Serge Tournaire et René Grouman pour « corruption active et passive » et « trafic d’influence » vise, entre autres, à vérifier si Claude Guéant a pu donner à Bachir Saleh, l’ex-directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, « les indications bancaires nécessaires aux virements » destinés à la présidentielle, comme Takieddine l’a affirmé. « Les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007 » vont « au-delà de 50 millions d’euros » a déclaré l’intermédiaire jadis proche de Guéant, le 19 décembre dernier. Le document officiel libyen révélé par Mediapart, en avril 2012, faisait état du déblocage d’une somme de 50 millions en faveur de Sarkozy.

Les archives informatiques de l’intermédiaire – notes et courriers que Mediapart a popularisés en juillet et août 2011, dans la série des « documents Takieddine » – ont été résumées récemment dans un rapport des policiers de la Brigade centrale de lutte contre la corruption (BCLC). Claude Guéant et ses initiales « CG » y figurent partout. Une lecture attentive de ces notes nous offre l’histoire de la dérive d’un préfet, dont le train de vie actuel n’est que l’un des indices.

Comme directeur de cabinet du ministre de l’intérieur, puis secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant a progressivement, contre tous les usages, fait appel à un intermédiaire en armement – en la personne de Ziad Takieddine – pour gérer ses contacts en Arabie saoudite, en Libye, en Syrie et au Liban. Lui soumettant au passage des projets de courriers et de déclarations officielles pour en obtenir la validation. Offrant un coup de pouce à ses objectifs commerciaux : ici la surveillance des frontières, là la surveillance d’internet, ou encore un gisement gazier en Libye. L’intermédiaire a utilisé cette caution du ministère de l’intérieur, puis de l’Élysée, pour conclure des marchés d’armement et de sécurité, allant jusqu’à imaginer avec Claude Guéant le projet d’une société franco-libyenne dont le collaborateur du président élu en 2007 aurait supervisé l’activité. Ce que les notes de l’intermédiaire nous apprennent de Claude Guéant font de lui un maillon essentiel de l’affaire Kadhafi-Sarkozy. (suite…)