[Gregor Seither – IES News Service – 9/12/2010]

La lecture des télégrammes diplomatiques publiés par Wikileaks continue de nous fournir notre lot de rigolade quotidienne: ainsi, dans un rapport envoyé en Mai 2009 à Washington par l’ambassadeur des Etats-unis à Jeddah, celui-ci explique que la popularité croissante de l’émission de télévision « Desperate Housewives » ainsi que d’autres émissions similaires sont  un moyen efficace pour contrer la propagande anti-américaine des extrémistes musulmans auprès de la jeunesse locale.

Le télégramme, intitulé « David Letterman, agent d’influence » (du nom d’un animateur d’une émission très populaire), explique que la diffusion massive de ces programmes, sous-titrés en Arabe, via les chaînes de satellite d’Arabie Saoudite et d’autres Etats du Golfe, sont une « source d’ouverture sur le monde pour une grande partie de la jeunesse arabe » et véhiculent une vision positive des Etats-unis de manière bien plus efficace que ne le fait la station de télévision Al-Hurra, financée par le Pentagone et la CIA.

« Less jeunes saoudiens – y compris les classes les plus populaires – sont  désormais extrêmement intéressés par ce qui se passe dans le monde et tout le monde ne rève que d’aller étudier aux Etats-unis s’ils le peuvent. Ils sont fascinés par la culture et le mode de vie US comme jamais auparavant. »

Des Saoudiens interrogés par l’auteur du rapport lui expliquent :

« La télévision étant une activité privée, non surveillée, même dans les parties les plus conservatrices du royaume, les familles se retrouvent pour regarder des sitcoms et des émissions TV américaines. Par exemple « Desperate Housewives », c’est de plus en plus populaire, personne ne veut rater le dernier épisode, les gens se passent les épisodes sur DVD…  et cela change totalement la vision que nous avons des américains. Surtout, cela ne correspond pas du tout à l’image des américains que nous donnent les prédicateurs musulmans ou les militants jihadistes. »