Depuis toujours, la colonisation et l’invasion ont été faites au nom de la Civilisation… il faut toujours se méfier de quelqu’un qui vous parle de « civilisation » et se demander d’où il parle et pour qui ?

En l’occurence, quand Sarkozy parle d’Internet, on sait que ce sont les paroles d’Alain Bauer qui sortent de sa bouche. Et le flicage, c’est son fonds de commerce à cette grosse enflure opportuniste…

Sarkozy expulse les libertés de son “internet civilisé”

[Jean-Marc Manach – Bug Brother – 21/05/2011]

Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères, voulait faire de la défense d’Internet et des cyberdissidents “l’apogée de sa carrière“, et axer la politique diplomatique de la France sur la démocratisation et la défense de la cyberdissidence. Il avait même prévu d’organiser une conférence mondiale consacrée à la liberté d’expression sur Internet, prémices de ce que sera l’eG8 qui s’ouvrira la semaine prochaine à Paris.

Des documents confidentiels que Frédéric Martel, de Marianne, a pu consulter, révélentaujourd’hui que Nicolas Sarkozy s’y était prestement opposé… deux mois avant que les Tunisiens ne commencent à s’organiser sur Facebook, et que le Printemps arabe ne démontre l’importance du Net, et des “cyberdissidents“, dans les processus de démocratisation des dictatures. Et qu’il a depuis retiré de l’e-G8 tout ce qui avait trait à la défense des libertés.

Des sujets programmés au temps de Kouchner, seuls demeurent le développement économique, la sécurité, la cybercriminalité, la gouvernance d’Internet et Hadopi – la liberté d’expression a mystérieusement disparu“, constate Marianne. “Les cyberdissidents deviennent définitivement persona non grata au e-G8“.

Le Monde s’étonne pour sa part de voir que “la France a choisi de pratiquement évacuer du G8, qu’elle préside cette année, le thème de la liberté d’expression sur Internet, ainsi que le soutien au rôle de la Toile comme facteur de démocratisation, dans le monde arabe et ailleurs (…) à l’heure où la traque des cyberdissidents, de la Syrie à la Chine, bat son plein, avec souvent une grande violence policière” :

Le paradoxe est d’autant plus frappant que, pour la première fois, et précisément à l’initiative de la France, le sujet d’Internet a été placé à l’ordre du jour du G8.

Sont ainsi passées sous silence, à ce stade, des questions comme l’aide que les pays démocratiques peuvent apporter aux cyberdissidents, ou encore l’idée d’un code de conduite qui empêcherait les entreprises de livrer à des Etats autoritaires de la technologie destinée à censurer et à pourchasser les internautes.

La liberté d’expression est “la base de toutes les autres libertés”

Ces deux derniers points figuraient explicitement dans une tribune libre de Bernard Kouchner, publiée l’an passé dans Le Monde et le New York Times, et qui présentait l’Internet comme “l’outil le plus formidable de mise à bas des murs et des frontières qui enferment.” :

Pour les peuples opprimés, privés du droit de s’exprimer et de décider de leur avenir, Internet apparaît comme un atout inespéré.

L’enjeu est capital. Je crois qu’une bataille d’idées est engagée entre, d’un côté, les tenants d’un Internet universel, ouvert, fondé sur la liberté d’expression et d’association, sur la tolérance et le respect de la vie privée et, de l’autre, ceux qui voudraient transformer Internet en une multiplicité d’espaces fermés et verrouillés au service d’un régime, d’une propagande et de tous les fanatismes.

La liberté d’expression est “la base de toutes les autres libertés”. Sans elle, il n’est point de “nation libre”, disait Voltaire. Cet esprit des Lumières, qui est universel, doit souffler sur les nouveaux médias. La défense des libertés fondamentales et des droits de l’homme doit devenir la priorité de la gouvernance d’Internet. Elle est l’affaire de tous.

Le cabinet de Bernard Kouchner élabora à ce titre un véritable plan Internet, basé sur le constat que l’on dénombre aujourd’hui 2 milliards d’internautes, et que le Net constitue dès lors un instrument incontournable d’influence (le “soft power“). Objectifs :

  • aider les cyberdissidents” à promouvoir “un Internet universel et ouvert“,
  • soutenir les cyberdissidents confrontés à la répression de la liberté d’expression“,
  • « protéger les défenseurs des droits de l’homme [qui] utilisent Internet »,
  • les aider à maîtriser les « technologies de contournement […] pour permettre des communications non filtrées »,
  • « étudier la possibilité d’étendre aux blogueurs le régime de protection normalement réservé aux journalistes »
  • réfléchir à une « assistance technique » pour les aider à « contourner la censure »

Quand Sarkozy choisit un Internet fermé

Bernard Kouchner avait même écrit à une vingtaine de ministres des affaires étrangères, dont Hilary Clinton, pour organiser, en octobre 2010, une conférence internationale afin de “donner une traduction juridique à l’universalité d’Internet, lui conférer un statut qui le rapproche d’un espace international, afin qu’il soit plus difficile pour les Etats répressifs d’utiliser l’argument de la souveraineté contre les libertés fondamentales“, au motif que les cyberdissidents “doivent bénéficier du même soutien que les autres victimes de répression politique“.

Mais Nicolas Sarkozy y apposera son véto, dans une lettre révélée par la Quadrature du Net, où il parle de “cybercriminalité“, de “zones de non-droit” et de “respect du droit d’auteur” quand Bernard Kouchner parlait de “cyberdissidents” de “liberté de la presse” et de “droits de l’homme“…:

Le ministre militait pour défendre les « droits de l’homme » et un Internet « ouvert », Sarkozy lui répond que cette conférence doit être « l’occasion de promouvoir les initiatives de régulation, en particulier la loi Hadopi ».

Sarkozy choisit un Internet fermé ! L’Elysée ne veut pas entendre parler de cyberdissidence, ni de liberté d’expression, il veut du « contrôle »

Les nombreux témoignages recueillis par Marianne qualifient cette lettre de “point de non-retour” entre Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner, qui menaça une nouvelle fois de démissionner, puis fut finalement remplacé par Michèle Alliot-Marie, qui s’empressa d’annuler la conférence, avant de proposer, au moment même où les Tunisiens utilisaient le Net pour préparer leur révolution, son assistance sécuritaire à Ben Ali…

Dans le même temps, Nicolas Sarkozy lançait son idée d’un “internet civilisé“, en prenant pour exemple “la loi Hadopi“.

La France aurait pu s’enorgueillir d’être le premier pays à avoir inscrit l’internet à l’agenda d’un G8. Mieux : la France aurait également pu prendre la tête d’une coalition internationale prenant expressément fait et cause pour la défense des libertés sur l’internet, et le soutien aux cyberdissidents qui luttent, sur le Net, pour la démocratisation de leurs pays et dictatures. Et ce, au moment même où le Printemps arabe, notamment, en démontre l’importance, et l’urgence. Au lieu de cela, Nicolas Sarkozy a délibérément décidé d’écarter les questions de droits de l’homme de son eG8.

Et rendez-vous pour un prochain billet, où je tenterai d’exposer ce pour quoi Nicolas Sarkozy ne cherche pas tant à “civiliser” l’Internet qu’à le “coloniser“…

http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2011/05/21/sarkozy-expulse-les-libertes-de-son-internet-civilise/#xtor=RSS-32280322