[Sam Smith – Undernews – 19/04/2007 – Trad. Gregoire Seither]
A cinq voix contre quatre, la Cour Suprême des Etats Unis a porté un grave coup aux droits des femmes en votant pour le maintien d’une loi de 2003 qui interdit tout avortement après la 12è semaine, même si la santé de la mère est menacée par cette grossesse.
Cette décision « ouvre la voie aux Etats pour passer des nouvelles lois visant à décourager les femmes de recourir à l’IVG », explique Jessica Arons, directrice du programme de santé des femmes au Center for American Progress. « Pour la première fois en 30 ans, la Cour Suprême a approuvé une loi qui ne se soucie pas de la santé des femmes et interdit au médecin de prendre une décision sur la base de son expertise médicale. »

Les juges Anthony Kennedy, John Roberts, Antonin Scalia, Clarence Thomas et Samuel Alito, ont rejeté les arguments présentés par la communauté médicale et ont rédigé une décision dont la rhétorique politique est destinée à satisfaire la base d’extrème droite du Parti Républicain. C’est une décision purement idéologique.

La Juge Suprême Ruth Bader Ginsburg, qui a voté contre cette décision, note dans son argumentaire que « la formulation même de la décision de la Cour Suprême laisse transparaître la profonde hostilité des juges vis-à-vis des droits de la femme. Tout au long du texte, les obstétriciens et gynécologistes ainsi que les chirurgiens réalisant les IVG ne sont jamais désignés par leur titre médical mais uniquement par le terme péjoratif de ‘médecins-avorteurs’. Le fétus est systématiquement désigné comme étant ‘un enfant à naître’ ou encore ‘un bébé’ tandis que l’avis clinique de médecins ayant des années de formation spécialisée derrière eux est relégué au rang de ‘préférences’ motivées par des ‘décisions de confort’.

Lisant son contre-argumentaire face à une audience silencieuse et hostile, Ginsburg a conclu que la décision de la Cour Suprême n’avait pas d’autre motivation que « d’éliminer un peu plus le droit des femmes à choisir d’avoir un enfant ».

Le vote le plus important est celui du Juge Samuel Alito, nouvellement nommé par le président Bush. Celui-ci s’était présenté comme étant non-partisan et avait juré qu’il ne ferait pas entrer la politique politicienne à la Cour Suprème. Il avait, du temps où il était simple juge au New-Jersey, bloqué une loi anti-avortement qui ne tenait pas contre de la santé de la mère. Aujourd’hui, confronté à une décision de justice clairement motivée par des considérations partisanes et ne respectant pas les droits humains, Alito a fait fi de ses déclarations passées et a validé la loi.