[Glenn Fleishman – TidBits – 08/03/2010 – Trad. Gregoire Seither]
J’ai été frappé par deux caricatures publiées récemment et qui expriment bien une frustation courante vis à vis des oeuvres numériques protétées par DRM: il est tellement fastidieux d’utiliser l’interface maladroite et délibérément frustrante que vous imposent les éditeurs, qu’il est souvent plus rapide et simple de télécharger et utiliser la version piratée… même si vous avez payé pour la version légale.

Ainsi, Geekologie présente la succession frustrante d’écrans qui s’affiche quand vous insérez un DVD légal dans un lecteur – au point de vous gacher le plaisir.

Pourquoi les DRM font chier le monde plus qu'autre chose....

http://www.geekologie.com/2010/02/piracy_the_benefit_of_not_payi.php

J’ai acheté ou loué des DVD récemment que j’ai eu envie de mettre dans le four à micro-ondes avant même de réussir à atteindre la première séquence du film, tellement la succession d’écrans est frustrante. C’est totalement inutile et contreproductif: les avertissements du FBI, Interpol, et autres agences de copyright n’ont jamais empéché quiconque de pirater un film, et de fait ils ne cassent les pieds qu’aux usagers légaux. De plus en plus de DVD incluent des séquences de publicités qu’on ne peut sauter ou passer en mode avance rapide, nous piégeant comme dans les salles de cinéma.

Quelle est l’alternative ? Téléchargez, rippez et gravez un fichier depuis le réseau – ou ouvrez-la sur votre ordinateur – et regardez confortablement le film, sans préliminaires fastidieux.

Le deuxième dessin nous parle encore plus: il raconte les péripéties de Brad D. tentant de louer, télécharger et écouter un livre audio depuis le site de sa bibliothèque municipale. A la fin, bien qu’ayant payé pour le livre, Brad finit par le télécharger sur un site BitTorrent, cela va plus vite et au moins ça marche.

Même quand on veut payer, c'est plus simple et rapide de pirater que d'achether

http://www.bradcolbow.com/archive.php/?p=205

Dans les deux cas, la morale de l’histoire n’est bien sûr pas, « Hé, allez voler les contenus et ne payez rien au propriétaire du droit d’auteur ! » L’humour repose dans le mal que se donnent les éditeurs à rendre le contenu difficilement accessible pour les personnes qui ont payé pour le consutler. Les groupes médias semblent prendre un malin plaisir à compliquer les choses, ce qui ne fait que renforcer le ‘facteur cool’ du piratage et à présenter la copie illégale comme une sorte de « résistance civique« .

http://www.tidbits-com