A noter que les fabricants de DAB sont également les fabricants de « machines à voter »… dans les deux cas on nous dit, « ne craignez rien, c’est inviolable »…

[STÉPHANE SELLAMI – Le Parisien – 26/04/2010]

Ils pillaient les distributeurs de billets avec un ordinateur

Trois hommes soupçonnés d’avoir dérobé plusieurs dizaines de milliers d’euros en piratant des distributeurs de billets viennent d’être arrêtés. «Le Parisien» dévoile leur mode opératoire.


C’est sans doute la première affaire de ce genre identifiée en France. Trois hommes soupçonnés d’être parvenus à pirater les ordinateurs contrôlant les distributeurs automatiques de billets (DAB) de banque ont été interpellés au début du mois d’avril par les policiers de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).

//

(…)  Tout commence le 18 mars 2009 dans une agence de la BNP à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). A leur arrivée, les employés constatent que le DAB, situé dans un sas, a été dégradé. Un trou d’une dizaine de centimètres de diamètre a été percé à proximité du distributeur. L’exploitation de la vidéosurveillance montre trois hommes, portant des perruques, des bonnets et des lunettes, en train de pénétrer vers 6 heures dans le local du DAB. Rapidement, les trois inconnus masquent l’objectif des caméras à l’aide d’une bombe de peinture noire.

« Le décompte de l’argent a permis de découvrir qu’il manquait près de 75 000 € dans ce distributeur, relate une source proche de l’affaire. L’ouverture du coffre du DAB n’avait pas été dégradée. Il y avait juste ce trou. » Saisis de l’enquête, les policiers de l’OCLCTIC établissent que les voleurs ont agi directement sur le système informatique de l’appareil et que seul un technicien en charge de sa maintenance pouvait en prendre ainsi le contrôle. « Trois autres tentatives de vol, selon le même mode opératoire, ont été recensées, toujours en mars 2009, dans des agences bancaires à Paris, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et Chelles (Seine-et-Marne), ajoute la même source. Pour agir en toute tranquillité, les voleurs plaçaient des affichettes avec l’inscription “hors service” sur la porte du DAB. »

L’analyse technique de plusieurs distributeurs a permis aux policiers de déterminer la manière d’opérer des malfrats : après avoir percé un accès vers l’ordinateur contrôlant le DAB, les malfrats y connectaient un second ordinateur. Ils utilisaient ensuite un logiciel approprié pour actionner la distribution des billets.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/ils-pillaient-les-distributeurs-de-billets-avec-un-ordinateur-26-04-2010-899883.php#