N’oublions pas, Dalil Ezra, jeune juif koweïtien, militant socialiste et ami de Arafat, et Khalil al-Wazir, qui avait rejoint l’OLP et son comité directeur lors de sa fondation, en 1960. Dalil était un sioniste laic et égalitaire, il révait d’une république de palestine qui accueillerait juifs et arabes sur un pied d’égalité. Il est mort d’une crise cardiaque suite à une pneumonie, en 1965, à Karameh, en Jordanie.

[AFP – 15/08/2009]
Un juif de nationalité israélienne, le militant antisioniste Uri Davis, a été élu au sein de la direction du Fatah, une première, a-t-on appris samedi auprès du parti palestinien.
Agé de 66 ans, Uri Davis, professeur en sociologie à l’université d’Al-Qods, dans les faubourgs de Jérusalem-est, en Cisjordanie, a été élu au sein du Conseil révolutionnaire du Fatah, le parti dirigé par le président palestinien Mahmoud Abbas.

« Je suis très ému de ce vote, dans lequel je vois une preuve de confiance non seulement envers ma personne mais aussi la ligne politique que j’ai défendue devant le Conseil, qui s’inspire de la lutte de Nelson Mandela contre l’apartheid en Afrique du sud« , a-t-il déclaré à l’AFP.

Né en 1943 en Palestine sous mandat britannique, détenteur des nationalités israélienne et britannique, Uri Davis se définit « comme un Palestinien, Hébreu, antisioniste, d’origine juive ».
Le professeur Davis a affirmé « vouloir représenter au sein du Conseil révolutionnaire des centaines de militants non arabes qui ont participé à la lutte palestinienn« .

M. Davis, membre du Fatah depuis 1984, fut l’un des premiers objecteurs de conscience en Israël. Il a commencé ses activités politiques dans les années 1960 comme militant des droits de l’Homme, engagé notamment dans la lutte contre les saisies de terres appartenant à la minorité arabe. En rupture avec quasiment toute la gauche en Israël, il dénonce régulièrement l’Etat juif comme un « Etat d’apartheid », exhorte au « boycottage de ses produits et ses institutions » et réclame à sa place la création d’un « Etat démocratique commun avec les Palestiniens ».
M. Davis vit en Cisjordanie, où il a épousé une Palestinienne.

Il est arrivé en 31e place sur les 80 membres élus du Conseil révolutionnaire lors du Congrès du Fatah, ouvert le 4 août à Bethléem, en Cisjordanie, et qui s’est terminé samedi.

Le Conseil révolutionnaire, qui sera complété avec 40 autre membres désignés par la direction, est la deuxième instance en importance du Fatah derrière le Comité central.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/un-juif-elu-au-sein-de-la-direction-du-fatah-une-premiere-15-08-2009-607859.php

Publicités