Draxtor Despres



Crach banquier dans Second Life[Wall Street Journal – 25/01/2008 – Trad. Grégoire Seither]

Dans le monde réel, les banques subissent la crise du subprime. Dans le monde irréel de Second Life, la fermeture d’une douzaine de banques virtuelles a entraîné des pertes financières bien réelles pour des milliers de personnes. Linden Lab, la société qui gère cet univers électronique parallèle, a annoncé la semaine dernière la fermeture d’autorité d’une douzaine d’entreprises financières fondées avec l’argent bien réel d’une partie des 12 millions de membres inscrits à Second Life. La société a justifié sa décision en se basant sur des plaintes de membres a qui les « banquiers virtuels » avaient promis des intérêts substantiels sur leurs dépôts, avant de se défausser.

Second Life est un monde virtuel en-ligne où les joueurs peuvent créer de nouvelles identités pour eux-mêmes — des avatars. Ces avatars peuvent acheter des terrains, créer des activités commerciales ou bien construire des immeubles. Si tout cela est virtuel, il y a néanmoins un lien vers l’économie réelle : pour acheter des choses, les citoyens de Second Life alimentent leur compte en-ligne à l’aide de leur carte de crédit ou bien via Paypal, le service de paiement en ligne d’eBay. L’argent est alors converti en « Linden dollars, » qui peuvent être déposés sur des comptes de banque virtuels, à l’aide de distributeurs de billets présents dans le jeu. De la même manière, les « Linden Dollars » peuvent être échangés contre des vrais dollars via la bourse en ligne, le « Linden Exchange ». Le taux de change du L$ varie quotidiennement.

Si le Linden Exchange est une création de Linden Labs, propriétaire du monde virtuel, les banques virtuelles par contre ont été crées sur Second Life par d’autres joueurs, qui ont attiré les dépôts en proposant des taux d’intérêts attractifs. Mais, si certaines banques ont effectivement payé des intérêts à leurs clients, comme promis, un certain nombre d’institutions financières ont utilisé l’argent dépose par leurs clients pour réaliser des opérations hasardeuses sur Second Life, voire pour des mises dans les casinos et courses de chevaux virtuels. La nouvelle réglementation bancaire mise en oeuvre par Second Life prévoit que seules les banques autorisées pourront ouvrir des guichets sur SL – mais pour l’instant aucune banque « officielle » ne s’est encore risquée dans ce monde virtuel pour proposer ses services aux joueurs.

La faillite de ces banques peu fiables ou frauduleuses à déclenché une panique boursière bien réelle dans le monde virtuel. Si certains joueurs ont réussi à retirer leur argent, ils sont très nombreux à avoir découvert qu’ils ne peuvent plus retirer de Linden Dollars depuis les distributeurs de billets en-ligne. En résultat ils ne peuvent plus ni acheter quoi que ce soit sur SL, ni convertir leur argent virtuel en dollars sonnants et trébuchants Pour l’instant la société Linden Lab refuse de dire combien de membres ont ainsi perdu leur argent, mais lors d’un crach précédent, en Aout dernier, les clients des banques virtuelles sur Second Life ont perdu environ 750 000 dollars bien réels.

http://online.wsj.com/article/SB120104351064608025.html?mod=technology_featured_stories_hs


Dans le cadre de la promo du prochain film de Will Smith, I AM LEGEND — basé sur la nouvelle « Le dernier homme sur la terre » de Mary Shelley (auteur de « Frankenstein ») — la Warner Brothers a demandé à The Electric Sheep Company de concevoir un jeu vidéo, basé sur le film, mais jouable non pas sur console mais sur Second Life.

A priori, on pouvait craindre le pire, mais le cyberjournaliste Draxtor Despres nous emmène dans les rue d’un New York dévasté par une épidémie et peuplé de zombies. Le résultat est impressionnant et « l’île » I Am A Lebend semble bien partie pour devenir un monument de Second Life. Impressionnant !!


Est-ce que j’ai déjà dit que Draxtor Despres est un des meilleurs journalistes de sa génération, et pas seulement dans le monde virtuel ! (c’est probablement du au fait qu’il n’est pas journaliste)Par contre, Rose Springwell, l’autre fondatrice du caliphat, me paraît louche : vous avez déjà vu une ‘militante islamiste’ donner des interviews sur le site d’une Fête de la Bière, devant un stand de saucisses grillées et arborant un décolleté vertigineux ? Sans parler du fait que, à la fin du film, on voit un bluesman jouer de la gratte dans la cour du palais islamique de Grenade, chantant « Ma pépée est une salope »…

Et on veut nous fraire croire que Al-Andalus on SL serait gouverné selon les préceptes de la chariah ? 🙂

[Reportage de Draxtor Despres sur Second Life – 25/09/2007]
Un nouveau projet de dialogue interculturel s’est mis en place sur Second Life – et c’est impressionant ! Michel Manen veut combiner le gouvernement islamique en vigueur dans l’ancienne Andalousie arabe avec des valeurs progressistes modernes.

Il a recrée un environneent architectural magnifique (la grande mosquée de Cordoue, le palais de Damas…) et veut présenter une image positive et ouverte de la culture islamique, a l’opposé des diabolisations pratiquées par la propagande néo-con.

L’île Al Andalus on SL n’a pas encore officiellement ouvert ses portes, mais suscite déjà la controverse au sein de la communauté virtuelle – essentiellement à cause du mode de gouvernance proposé pour cette île, basé sur la chariah. Est-ce que les avatars féminins doivent être voilés dans SL ? Est-ce que l’on assistera à des décapitations virtuelles ?

Pour l’allemand Draxtor Despres, l’arrivée de l’Islam sur SL pourrait être le début d’un nouveau dialogue constructif… même s’il entend les critiques adressées par les autres membres de SL, qui dénoncent un « dialogue » pipé dès le départ.

Ainsi Sani Destor qui dit, très justement, « c’est encore la naiveté habituelle des libéraux de gauche. Ils hurleraient si j’établissais un « empire papal » au sein de Second Life, gouverné par la doctrine catholique du XIIIè siècle. J’y inviterais au dialogue, mais toute critique de ma doctrine devrait se faire depuis le point de vue catholique et toute attaque serait dénigrée comme étant ‘raciste et intolérante’.

Blues Al Andalus


Virtual Guantanamo (be gone….)

Un nouveau reportage de Draxtor Despres : la fille d’un ancien prisonnier a reconstitué le bagne de Guantanamo Bay dans Second Life et vous fait une visite guidée – avec témoignages et bruitages originaux… et un forum permanent où vous pouvez discuter avec des experts constitutionalistes de la légalité de cet endroit….

http://www.youtube.com/watch?v=QT7p231Cfxk


Le juge Antonio DiPietro est une des « stars » de l’opération « Mains propres » qui a tenté de faire la ménage parmi les politiciens corrompus en Italie… et s’est notamment affronté à l’empereur des médias Silvio Berlusconi

Aujourd’hui, avec son parti politique « Parti des Valeurs » il s’établit sur Second Life pour utiliser les possibilités de cette plateforme mondiale dans son combat pour une société plus transparente et plus démocratique. Il est soutenu par Bill Lichtenstein de LCMedia qui l’a invité  à venir parler aux SecondLifers sur l’île de Neverland.

[Un reportage (en anglais) de Draxtor Despres – 23/07/07]

Social Justice in Second Life


L’excellent réalisateur Bernhard Drax (Draxtor Despres dans SL) a encore pondu un des reportages dont il a le secret. Entièrement basé sur les avatars de SL, il interviewe les acteurs virtuels : cette fois c’est à propos de l’interdiction des casinos et jeux de hasard dans SL.

Question : Est ce que les techniciens de Linden Labs seront en mesure de détecter l’utilisation d’un programme générateur de jeu de Poker (comme Holdm) utilisé par un petit groupe de joueurs se retrouvant dans l’arrière salle enfumée d’un bouge virtuel ?

Casino Ban in Second Life