Georges Frêche



[Perpignan Tout Va Bien – 19/02/2009]

Georges Frêche : «J’ai toujours été élu par une majorité de cons»

Voici les extraits d’un enregistrement fait lors d’un cours du professeur Georges Frêche devant ses étudiants, à Montpellier en 2008. Certifié conforme (enregistré par un étudiant sur son téléphone portable). Mitterrand, le pape, les harkis… Les propos outranciers de Georges Frêche lui collent à la peau. Personne ne trouve grâce aux yeux de ce personnage boursouflé d’orgueil. Même pas les électeurs et surtout pas ceux qui votent pour lui.

Ecoutez l’enregistrement.

« …On ruine les paysans africains en vendant nos produits subventionnés par l’Europe, mais c’est pas les agriculteurs qu’il faut subventionner, Blair a raison c’est les chercheurs. On s’en fout des agriculteurs, on s’en fout. D’ailleurs aujourd’hui avec 5 % d’agriculteurs en France, on produit autant qu’avec 40 % en 1945 et avec 2 % on produira aussi bien qu’avec les 5 % actuels, donc on peut encore en perdre les trois cinquièmes.

Oui, Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.

Enfin, aujourd’hui je fais ce qui m’intéresse, comme Président de Région, j’aide les lycées, j’aide la recherche et quand je ferai campagne, dans deux ans pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j’aurai fait. Qu’est ce que les gens en ont à foutre que je remonte les digues, les gens s’occupent des digues quand elles débordent, après ils oublient, ça les intéresse pas, les digues du Rhône, les gens ils s’en foutent, ah à la prochaine inondation, ils gueuleront qu’on n’a rien fait. Alors moi je mets beaucoup d’argent sur les digues du Rhône, mais ça ne me rapporte pas une voix, par contre si je distribue des boites de chocolat à Noël à tous les petits vieux de Montpellier, je ramasse un gros paquet de voix. Je donne des livres gratuits dans les lycées. Vous croyez que les connards me disent merci, ils disent non ils arrivent en retard, comme si c’était ma faute parce que l’appel d’offres n‘avait pas marché et que donc il y avait quinze jours de retard dans la livraison.

Les gens, ils disent pas merci, d’ailleurs les gens ils disent jamais merci. Les cons ne disent jamais merci. Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent « il est comme nous », c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux. (suite…)


enfin, si par « honnête » on comprend : dire les choses comme elles sont… Parce que, tout comme le « temps de cerveau disponible », les propos de Frêche ne choquent que par leur sincérité…

Pour l’intégralité des propos de Frêche (avec audio) : https://libertesinternets.wordpress.com/2009/03/08/georges-freche-jai-ete-elu-par-des-cons-integrale/

[Faits et Documents n°270]

Le président du conseil régional de Languedoc- Roussillon, l’ex-membre du PS Georges Frêche, vient de faire une série de sorties tonitruantes, lors d’un cours dispensé aux élèves de la faculté de droit de Montpellier, scrupuleusement rapportées dans le journal Perpignan, Tout va bien :

« On s’en fout des agriculteurs, on s’en fout […] Quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents […] Je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.

Dans deux ans, pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j’aurai fait {…]

Si je distribue des boites de chocolat à Noël à tous les petits vieux de Montpellier, je ramasse un gros paquet de voix […] Les cons sont majoritaires et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les “engrener”, “j’engrene” les cons avec ma bonne tête, avec des histoires de cul, etc. Ça a un succès fou […] les cons sont de plus en plus cons et en plus ils sont bien dans leur connerie […]

Là, les Catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais, dans deux ans, je vais me mettre à les aimer, je vais y revenir, je vais leur dire, “mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon”, et ils diront ” qu’il est intelligent”, ils me pardonneront, ils en reprendront pour six ans. »