Ismail Haniyeh



L’analyse de Thierry (qu’on la partage ou pas) est toujours intéressante voire surprenante… depuis son point de vue « géographiquement décalé » par rapport au marigot médiatique mainstream occidental, il capte des choses que nous ne voyons pas nécessairement, il reçoit des informations qui ne passent pas les filtres qui entourent nos frontières mentales… bref, ce n’est jamais une perte de temps que d’écouter ce qu’il a à dire… qu’on soit d’accord ou pas.

[ETrois entretiens avec Thierry Meyssangalité et Réconciliation (site d’Alain Soral) – repris par Mecanopolis – 15/08/2010]

Trois entretiens vidéo avec Thierry Meyssan, journaliste français, à Beyrouth le 27 juillet 2010.

http://www.mecanopolis.org/?p=19164


[Solidarite Palestine – 09/01/2010]

Une source israélienne a révélé que la formation que l’IOF ( Forces Israéliennes d’occupation) se déroulant dans la région Néguev (sud de la bande de Gaza) vise à réaliser un plan militaire de grande envergure qui se retrouverait avec la réoccupation complète de la bande de Gaza.

Au début de cette semaine, les forces terrestres IOF, en coopération avec l’armée de l’air ont commencé leur formation, sous le nom de « guerre d’une semaine », ce qui signifie que l’objectif de l’IOF est de réoccuper la bande de Gaza en une seule semaine. IOF l’a appeler « Plomb Durci Number 2″.

La nuit dernière, une importante source militaire, les forces d’occupation israélienne Channel 10 a déclaré que «la prochaine guerre contre Gaza ne va pas être comme la précédente, il sera plus difficile et plus large ». Il a enfin souligné que ils ont appris les défaillances et les échecs pendant la guerre précédente.

La nuit dernière, les FOI ont bombardé plusieurs cibles (entre autres tunnels utilisés pour la contrebande de marchandises), tuant trois personnes, selon des médecins palestiniens. Palestiniens ont dit que le corps d’un jeune de 14 ans, garçon a été retrouvé dans un des tunnels.

Les raids aériens sont entrées après qu’Israël eut dit une douzaine d’obus de mortier et des roquettes ont été tirées depuis le territoire dirigée par le Hamas en Israël. Aucune victime n’a été signalé dans ces attentats.

Le jeudi 7, des avions israéliens ont largué des milliers de tracts sur le nord de Gaza et la ville de Gaza, mettant en garde un grand nombre des 1,5 millions d’habitants de se tenir loin de la frontière à forte densité conquis, après les mortiers et les roquettes ont été tirées sur Israël.

Les tracts, rédigés en arabe, avec un plan de la bande de Gaza, avertit que quiconque au sein de 300m de la frontière »sera en danger »

http://solidarity.palestinian.resistance.over-blog.com/article-l-operation-plomb-durci-number-2-a-deja-commencee-dans-la-bande-de-gaza–42605798.html


Meurtre Hariri: le frère d’un témoin à charge accuse Paris de l’avoir tué
[ AFP / 09 avril 2008 ]
Le frère d’un témoin à charge dans l’assassinat de l’ex-dirigeant libanais Rafic Hariri a accusé, dans un entretien à un journal syrien mercredi, les autorités françaises d’avoir facilité sa disparition, annoncée mardi, ou de l’avoir « liquidé ».

« Les autorités françaises auraient facilité la disparition de Mohammad Zouheir Assadiq en vue de le faire liquider par une autre partie, ou bien elles l’ont elles-mêmes liquidé« , a déclaré son frère Imad Assadiq au quotidien al-Watan, proche du pouvoir à Damas.

Mohammad Zouheir Assadiq, un transfuge syrien qui résidait en France, « n’était pas assigné à résidence » et n’était soumis « à aucun contrôle judiciaire« , de sorte qu’il pouvait aller et venir sans avoir à en informer quiconque, a-t-on indiqué mardi de sources policières françaises.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, il avait été arrêté en 2005 en banlieue parisienne dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais le 14 février 2005. Il vivait à Chatou (Yvelines) et son bail arrivait à expiration en mai, selon les sources françaises.

« Mon frère était sous la protection des autorités françaises« , a assuré son frère Imad qui réside à Damas.

Il a accusé des « parties libanaises », dont le ministre des Télécommunications Marwane Hamadé, d' »avoir (comploté) avec les Français pour liquider (mon) frère ». La justice libanaise veut entendre cet ex-officier des renseignements syriens, qui intéresse également la commission d’enquête internationale sur l’assassinat de Hariri.

Mohammad Zouheir Assadiq avait affirmé que l’ancien président libanais Emile Lahoud, un pro-syrien, et le président syrien Bachar al-Assad avaient donné l’ordre d’assassiner Rafic Hariri, tué avec 22 autres personnes dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth.

Mardi, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a déclaré que Mohammad Zouheir Assadiq « était chez lui ou assigné à résidence et il a disparu ».

« Les assassins veulent ainsi que la Syrie soit pointée du doigt, l’argument avancé est que c’est la seule partie à bénéficier de la disparition » d’Assadiq, a estimé pour sa part, Omar Assadiq, frère aîné du témoin à charge.

La famille d’Assadiq va présenter dans les deux jours qui viennent, une demande à l’ambassade de France en Syrie pour connaître le sort de Mohammad Zouheir Assadiq, et savoir « s’il est vivant ou assassiné », a indiqué Imad Assadiq.

Sa famille a affirmé avoir eu un dernier contact avec lui il y a deux mois.

http://www.romandie.com/infos/news2/080409095119.aj3vb4pv.asp


L’AVIONEUR NORTHTROP-GRUNMAN RÉVÈLE QUE LA US AIR FORCE  LUI A DEMANDÉ D’ÉQUIPER SES BOMBARDIERS FURTIFS B-2  AVEC DES BOMBES DE TREIZE TONNES
[Alexander Rubio – Bits of News – 26.07.07 – IES News Service]
La presse n’en a presque pas parlé, mais le 19 juillet dernier, l’avionneur et sous-traitant militaire Northrop Grunman a publié un communiqué dans lequel il révèle, entre autres, avoir remporté l’appel d’offres pour « modifier un certain nombre de bombardiers furtifs B-2 de la US Air Force en vue de leur permettre d’embarquer et larguer des bombes Boeing-MOP de 30 000 livres (13,5 tonnes) ».
L’entreprise a remporté l’appel d’offre pour un contrat de 7 mois et d’une valeur de 2.5 millions US$, lancé en Juin dernier par le Air Force Aeronautical Systems Center situé sur la base aérienne de Wright Patterson, dans l’Ohio.

La bombe MOP (Massive Ordnance Penetrator), conçue par Boeing, est conçue pour pénétrer profondément dans le sol, y compris de la roche et du béton armé, afin de frapper des bunkers ennemis ou bien des tunnels profondément enterrés. Les bombardiers furtifs B-2 pourront en emporter deux, une dans chaque soute.

Cette information est à rapprocher des déclarations récentes de plusieurs experts militaires du Pentagone, expliquant qu’en cas d’intervention militaire pour détruire ou sérieusement retarder le programme nucléaire iranien, notamment les unités de production situées dans des bunkers profondément enterrés à Natanz, il serait nécessaire d’utiliser soit des ogives nucléaires tactiques soit des bombes explosives conventionnelles mais d’une taille et d’une conception jamais vue à ce jour.
[En juin dernier, un général du Pentagone expliquait déjà à la presse : « Torra-Borra, Natanz… le MOP a été inventé pour exactement ce type de missions »]

http://www.bitsofnews.com/content/view/5880/


[ Nahal Chahal -CCIPPP- mardi 3 juillet 2007]

 

La colère, la colère SEULEMENT, est à la mesure de la tristesse que nous ressentons tous ! Il est encore plus insupportable que tout de contempler l’étonnement feint de tous ces hypocrites qui « déplorent » la situation en Palestine et vont même jusqu’à s’inquiéter du sort des civils ! Et de montrer leur bonne volonté en débloquant les transferts d’aides humanitaires, comme si les Palestiniens étaient des sous humains dont les droits essentiels seraient de pouvoir manger !

http://www.protection-palestine.org/spip.php?article5190


[Ali Abunimah – The New York Times – 21/06/07 – Trad. Grégoire Seither]
Il est très intéressant de noter que ce matin les quotidiens The Washington Post et The New York Times ont chacun de leur côté publié une tribune d’Ahmed Yousef, une des principaux conseillers politiques d’Ismail Haniyeh, le premier ministre démocratiquement élu de l’Autorité Palestinienne et qui a été limogé de manière unilatérale par Mahmoud Abbas pour être remplacé par un « gouvernement d’urgence » mandaté et soutenu par les Etats-unis et Israël.

Chaque tribune développe un point de vue particulier et chacune doit être lue avec attention par toute personne curieuse de connaître les stratégies et les intentions du Hamas. Il faut aussi se souvenir d’une autre tribune, écrite l’an dernier par M. Youssef, dans laquelle il affirme que « le Hamas est intéressé par une trève durable et à long terme, un état de « non-guerre » qui permettrait de dégager l’espace nécessaire pour que les peuples israéliens et palestiniens se mettent d’accord sur une paix durable. » En arabe, ce type de trève, qui ne met pas fin au conflit mais le suspend dans l’attente d’une résolution, est appelé « houdna ».

Yousef ajoute, « Un tel concept – une période de non-guerre lors de laquelle le conflit n’est pas résolu – paraît étragne aux occidentaux et a été accueilli avec beaucoup de suspicion dans les milieux diplomatiques européens et états-uniens. Pour bon nombre de mes interlocuteurs occidentaux, il semble impossible de suspendre la violence sans mettre fin au conflit.

(suite…)