IntelCenter



Le Pentagone affirme qu’il ne s’agit là que d’un ‘exercice intellectuel’… mais il suffit de regarder autour de soi pour voir que toutes ces méthodes sont déjà en usage sur Internet. La revue « Le Meilleur des Mondes » en est un parfait exemple…

UNE ÉTUDE DU PENTAGONE PROPOSE D’INTERFÉRER DE MANIÈRE ILLÉGALE AVEC LES BLOGS, Y COMPRIS EN RECRUTANT DE BLOGGEURS INFLUENTS, EN CRÉANT DE FAUX BLOGS, EN HACKANT ET EN MODIFIANT LEUR CONTENU, VOIRE EN « ÉLIMINANT » PUREMENT ET SIMPLEMENT DE SITES « CONTRAIRES AUX INTÉRÈTS DES ETATS-UNIS »

[Grégoire Seither – IES News Service – 03/0/2008]

Depuis le début de la guerre en Irak, la question des blogs suscite un vif débat au sein de l’armée des Etats-unis – surtout quand ce sont des soldats et des officiers qui veulent les tenir. Au sein de l’Etat-major, certains pensent que les blogs posent un danger à la sécurité et sont une perte de temps pour les soldats, tandis que d’autres, comme le Gen. David Petraeus et le Lt. Gen. William Caldwell, estiment que les blogs sont une précieuse source d’information et une manière, pour des soldats ordinaires, de « gagner les coeurs » en façonnant l’opinion, tant aux Etats-unis qu’à l’étragner.

Mais il existe une troisième approche, illustrée par une étude réalisée en 2006 pour l’académie militaire des forces spéciales (Joint Special Operations University) et intitulée « Blogs and Military Information Strategy ». Des stratéges de la « guerre de l’information » au sein du Pentagone proposent de recruter des bloggeurs et de faire grimper leur cote en créant du buzz, puis de les utiliser comme outils de propagande. « Embaucher une équipe de bloggeurs influents et leur donner l’ordre d’attaquer verbalement une personne désignée, leur demander de discréditer de manière répétée une information ou une théorie qui va à l’encontre de nos intérèts, ou encore leur demander de faire passer un message spécifique est une option qui mérite d’être prise en compte, » écrivent les auteurs du rapport, James Kinniburgh et Dororthy Denning.

Le rapport précise un certain nombre de méthodes à travers lesquelles l’armée des Etats-unis – et notamment les unités chargées des relations publiques, mais aussi le renseignement ainsi que les équipes d’action psychologique (PsyOps) – peuvent tirer profit du phénomène des blogs (suite…)


18/08/07 : WIRED a fait une mise à jour sur cet article (à lire absolument si vous voulez connaîre les détails techniques de la présentation de Krawetz à Black Hat) et a interviewé Kravetz. Les conclusions ne sont pas aussi tranchées que veut bien le faire croire Paul Watson de Prison Planet. Notamment l’accusation que IntelCenter a rajouté son logo en même temps que celui de Al-Qaïda n’est pas prouvé, ils peuvent aussi bien avoir été ajoutés séparément.

3rd UPDATE: I was finally able to reach Neal Krawetz at the BlackHat conference to respond to the questions about the IntelCenter and As-Sahab logos (Krawetz doesn’t have a cell phone on him so finding him at the conference took a while). He now says that the error levels on the IntelCenter and As-Sahab logos are different and that the IntelCenter logo was added after the As-Sahab logo. However, in a taped interview I conducted with him after his presentation, he said the logos were the same error levels and that this indicated they were added at the same time. Additionally, after I’d written the first blog entry about his presentation, I asked him to read it to make sure everything was correct. He did so while sitting next to me and said it was all correct. He apologizes now for the error and the confusion it caused.

http://blog.wired.com/27bstroke6/2007/08/researchers-ana.html

 

[Prison Planet, par Paul Joseph Watson, le 2 août 2007 – Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info]

Un expert analyste en l’informatique a présenté la preuve que les soi-disant bandes d’« Al-Qaeda » sont systématiquement falsifiées numériquement et aussi exposées involontairement à un détail étonnant qui indique expressément qu’une organisation affiliée au Pentagone est directement responsable de la diffusion des vidéos.

Les logos d’IntelCenter et d’As-Sahab rajoutés en même temps, indiquent qu’un « intermédiaire » lié au Pentagone modifie directement les vidéos d’Al-Qaeda

Wired News a rapporté que, Neal Krawetz, chercheur et consultant en sécurité informatique, a fait une intéressante démonstration aujourd’hui à la conférence de sécurité de BlackHat à Las Vegas sur l’analyse des photographies numériques et des images vidéos pour les modifier et les améliorer.

Utilisant un programme qu’il a écrit (et fourni sur le CD-ROM de la conférence), Krawetz pouvait imprimer les tables de quantification d’un fichier au format JPEG (qui indiquent comment l’image a été compressée) et déterminer le dernier outil ayant créé l’image — c’est-à-dire, la marque et le modèle de la caméra si l’image est originale ou bien la version du logiciel Photoshop ayant servi à modifier l’image.

La découverte la plus révélatrice de Krawetz se présente sous la forme de détails contenus dans une bande de 2006 d’Ayman al-Zawahiri. De son analyse il conclut que le logo d’As-Sahab (le présumé blason médiatique d’Al-Qaeda) et le logo d’IntelCenter (une organisation privée de renseignement basée aux USA qui « surveille l’activité terroriste ») ont été rajoutés à la vidéo tous deux en même temps.

Ça indique clairement qu’IntelCenter elle-même crée directement ou au moins falsifie les bandes d’Al-Qaeda avant leur diffusion. Après tout, pourquoi les terroristes d’Al-Qaeda seraient-ils intéressés par l’étiquetage de leurs vidéos avec le logo d’une organisation basée aux USA qui est dirigée par des individus ayant des liens étroits avec le complexe militaire industriel ?

(suite…)