Petya : du code un peu français et un acte de guerre selon l’OTAN

[Jacques Cheminat – Silicon.fr – 3 juillet 2017]

Une semaine après avoir tourneboulé l’IT de plusieurs sociétés dans le monde, Petya n’en finit pas d’intriguer et d’interroger. En fin de semaine dernière, plusieurs spécialistes de la sécurité ont constaté que sous le vernis d’un ransomware, Petya ou NotPetya, était un engin destructeur avec aucun moyen pour retrouver les données chiffrées.

Une chose est sûre, Petya ou NotPetya, fait avancer les questions de cyberdéfense au sein de l’OTAN. Selon CNBC, le centre d’excellence et coopératif de cyber défense (CCD COE) de l’organisation a récemment fait une déclaration expliquant que la cyberattaque Petya était l’œuvre d’un Etat ou d’un groupe lié à un Etat. Face à ce développement, la cyberattaque doit être considérée comme un acte de guerre susceptible de déclencher l’article 5 du traité de Washington, qui oblige les alliés de l’OTAN à y répondre.

Tomáš Minárik, chercheur en droit au CCD COE, constate, « comme des systèmes gouvernementaux ont été ciblés et que l’attaque peut être attribuée à un Etat, cela pourrait constituer à une violation de souveraineté ». Et d’ajouter : « En conséquence, il peut y avoir la constitution d’un fait internationalement illicite ouvrant la capacité aux Etats ciblés de répondre avec des contre-mesures. » Dans son analyse, le centre de recherche basé en Estonie souligne que les institutions centrales étaient visées et constate que « le malware n’est pas très complexe, mais suffisamment compliqué et coûteux pour ne pas avoir été préparé et exécuté par de simples pirates. Il ne s’agit pas non plus de cybercriminels, car la collecte de rançon, mal conçue, ne suffit pas à payer le coût de l’opération ».

http://www.silicon.fr/petya-du-code-un-peu-francais-et-un-acte-de-guerre-selon-lotan-179469.html

 

Publicités