[Emmanuel Ratier – Faits & Documents – N°385 – 24 Octobre 2014]

[Le] journaliste économique Jean-Marc Sylvestre, en général très bien informé (Atlantico, 13 octobre),  [écrit] « que le couple Valls-Macron a pris l’essentiel du pouvoir sur François Hollande. Cette forme de coup d’État au sein de l’exécutif va créer une confrontation de plus en plus violente avec la majorité socialiste. Cette situation est unique dans les annales de la Ve République. Le président de la République dispose légalement de tous les pouvoirs mais n’en exerce que très peu, progressivement déclassé par le Premier ministre et le ministre de l’Économie […]

Les patrons l’ont très bien compris. […] Ils considèrent que tout se joue à Matignon et Bercy […] Tous les tenants d’une société française libérale, européenne et intégrée à la modernité mondiale ont très bien compris qu’il y a désormais une course de vitesse engagée entre ceux qui croient au progrès libéral (l’euro, l’Europe fédérale, la compétitivité et le jeu de la concurrence mondiale) et ceux qui préfèrent des options plus conservatrices, socialistes d’extrême gauche ou sociales et souverainistes. Bref, de Zemmour à Mélenchon en passant par Montebourg et Marine Le Pen. Pour le monde de l’économie et des affaires, cette coalition hétéroclite est redoutable. Il faut donc que les forces libérales dégagent des résultats et rapidement. D’où le discours sur les réformes. »

À l’image d’autres observateurs, Jean-Marc Sylvestre envisage deux scénarios : le premier prévoit un retour au calme, les députés socialistes préférant la gamelle à la dissolution. Le second, le clash. Mais de toute manière, « cette situation est d’autant plus bizarre que le Premier ministre et son ministre de l’Économie savent bien que le calendrier ne permet pas de finaliser le tiers des réformes dont ils parlent. »

D’où l’idée d’un « blocage total de l’action gouvernementale au premier semestre de l’année prochaine et la démission de Manuel Valls, qui choisirait alors de quitter le Titanic gouvernemental avant qu’il ne sombre. Il le quitterait en ayant, avec Emmanuel Macron, semé assez de petits cailloux pour indiquer le chemin d’une rénovation sociale libérale de la gauche et de la société française. Un chemin qui conduirait à une élection présidentielle. »

Ce que nous annoncions comme plausible scénario dans F&D 384, d’autant que Valls déclarait au Monde du 15 septembre (avant de démentir mollement) : « Si d’ici à six mois, la situation ne s’est pas inversée, ce sera foutu. » 

Comme l’écrit le quotidien suisse Le Temps (16 octobre), « le président de la République, incontestablement, est nu ou de moins en moins vêtu, armé, protégé. Depuis un demi-siècle, la position, le rôle et l’image du chef de l’État n’ont cessé de se dégrader. François Hollande est l’incarnation la plus aboutie de ce déclin […] François Hollande, parvenu à la moitié de son quinquennat, apparaît comme le plus faible des présidents de la Ve République. Au point de se voir comparé, au printemps et cet été, en pleine frénésie commémorative des deux guerres mondiales, à René Coty, préposé à l’inauguration des chrysanthèmes. »

Où se trouve alors le pouvoir ? Cruellement, Le Monde (8 octobre) rappelle dans un article d’anthologie (où l’on comprend parfaitement l’usage de l’expression « sans dents »), Les Jouyet, un couple au pouvoir, comment François Hollande se réfugie deux à trois fois par semaine et le week-end chez les Jouyet, incarnation des dynasties bourgeoises et de l’oligarchie mondialisée (cf. F&D 383) : « Chez les Jouyet, les soirs d’élection, on trouve toujours une moitié des convives pour fêter la victoire (NDA : quel que soit le camp qui l’emporte) au champagne rosé Taittinger […] Droite et gauche mêlées et confondues, sans que jamais – “miracle” s’amuse François Hollande – personne ne quitte la table ou ne claque la porte. »

Autant d’éléments que l’on rapprochera de cet autre article (M, le magazine du Monde, 18 octobre 2014) sur ce président désormais acquis à la finance internationale : le milliardaire bilderbergien « Marc Ladreit de Lacharrière et François Hollande arrivent bras dessus bras dessous […] Le patron embrasse Macron et Jean-Pierre Jouyet, en les serrant dans ses bras. Pour ceux qui en douteraient encore, François Hollande n’est plus “l’ennemi de la finance” qu’il prétendait être pendant la campagne. Le patronat est chez lui à l’Élysée. »

www.faitsetdocuments.com