On les comprend… cela fait des années qu’on se demande encore pourquoi les immigrés votent PS, par exemple dans le Nord. Le PS avait fini par prendre le vote immigré (qui a clairement profité à Hollande en 2012 par ex.) pour une rente de situation…

Sur la captation de l’électorat populaire par le FN, les analyses d’Emmanuel Ratier de ces 5 dernières années sont à nouveau confirmées… voir les liens en bas de cet article

Comment le PS a perdu le vote des électeurs issus de l’immigration

[Le Figaro –  Laurent Chalard – 26/03/2014]

Comment expliquer les scores décevants du PS dans les grandes métropoles ? Pour le géographe Laurent Chalard, l’abstention des français issus de l’immigration est l’une des causes principales.


Laurent Chalard est Docteur en géographie de l’Université Paris IV-Sorbonne . Il est également membre du think tank European Centre for International Affairs. Vous pouvez également lire ses analyses sur son site


Contrairement aux élections présidentielles de 2012, où le parti socialiste avait été le grand bénéficiaire d’un vote massif en sa faveur des populations françaises issues de l’immigration extra-européenne, les mauvais résultats de cette formation politique au premier tour des élections municipales de 2014 laissent penser que cela n’a cette fois-ci pas été le cas, puisque la progression de leurs effectifs dans le corps électoral au fur-et-à-mesure du temps aurait dû lui être favorable. Est-ce cependant le produit de gains électoraux par la droite auprès de ces personnes ou la conséquence d’une abstention généralisée? Les statistiques concernant le vote selon l’origine de la population n’existant pas en France, le seul moyen d’appréhender la question est d’analyser les taux de participation et les résultats de la gauche dans les territoires où les français issus de l’immigration non européenne se concentrent.

L’analyse de plusieurs territoires tests dans les trois plus grandes métropoles du pays va nous permettre de répondre à cette question. Commençons par le cas emblématique de Marseille, où le candidat du parti socialiste, Patrick Mennucci, a fait un résultat particulièrement médiocre, récoltant à peine plus de 20 % des voix, alors qu’il aurait pu bénéficier de la dynamique démographique locale (une forte immigration internationale et un départ des classes moyennes vers les communes de la périphérie). Dans les fameux «quartiers nord» à l’électorat d’origine maghrébine et comorienne conséquent, l’abstention a atteint des niveaux records, touchant plus d’un inscrit sur deux et progressant fortement en point comme en volume par rapport à 2008 (par exemple, il y a eu + 7000 abstentionnistes dans le 7° secteur de Marseille!).

A Paris, le même phénomène se constate, puisque les trois arrondissements du nord-est (18°, 19° et 20°), qui concentrent l’électorat d’origine étrangère, plus diversifié qu’à Marseille, ont vu leur taux de participation se réduire entre 2008 et 2014 alors qu’il est stable à l’échelle de la municipalité, pouvant expliquer à eux seul la seconde place d’Anne Hidalgo derrière Nathalie Kosciusko-Morizet. Il en va de même en Seine-Saint-Denis dans des communes comme Bobigny ou Bondy, où les candidats de droite font des scores inespérés, respectivement de 44 et 37 %, arrivant même en tête dans la ville-préfecture, pourtant bastion des bastions du parti communiste.

Enfin, dans l’agglomération lyonnaise, l’abstention augmente par rapport à 2008 dans les deux banlieues de l’est à forte population maghrébine, Vaulx-en-Velin et Vénissieux, pour atteindre le taux particulièrement impressionnant de 62 % dans la première. Ces différents exemples témoignent donc indirectement d’une abstention très importante des français issus de l’immigration extra-européenne, à l’origine en partie de la perte de vitesse du parti socialiste à l’échelle nationale.

Cette faible mobilisation est la conséquence de la combinaison de plusieurs facteurs, structurel et conjoncturel.

Le premier, d’ordre structurel, a trait aux caractéristiques des élections municipales, qui n’a jusqu’ici, en règle générale, jamais beaucoup intéressé les populations d’origine extra-européenne, les enjeux locaux concernant peu les personnes peu éduquées et les jeunes, catégories surreprésentées parmi ces populations, d’autant qu’elles ont parfois un rapport conflictuel avec les autorités locales. La mobilisation dans le cadre d’associations diverses et variées, que ce soit à buts sportif, social ou religieux, ne se traduit guère au moment des élections pour l’instant. L’identification au «quartier» plus qu’à la commune constatée dans ces territoires vient probablement renforcer le processus.

Le deuxième facteur, conjoncturel, concerne la politique sociétale très à gauche du gouvernement, qui a aliéné une partie non négligeable des français issus de l’immigration extra-européenne et plus particulièrement de confession musulmane, qui, s’ils sont attachés aux valeurs de gauche sur le plan social, sont plutôt conservateurs sur le plan culturel, comme l’a montré le débat sur la théorie du genre qui les a fortement inquiétés. S’ils ne sont pas allés voter, sauf contexte local particulier, pour l’UMP, dont ils jugent la politique, à tort ou à raison, raciste, ils ont manifesté leur mécontentement en s’abstenant.

Le dernier facteur, dont on ne peut dire encore s’il est conjoncturel ou structurel, tient à la disparition de «l’épouvantail Nicolas Sarkozy», personnage très clivant, qui s’est mis à dos les populations d’origine extra-européenne suite à ses propos tenus à Argenteuil peu avant les émeutes de 2005. L’UMP n’ayant plus de réel leader, étant donné la guerre des chefs qu’elle traverse, aucun ne cristallise complètement la rancœur de ses populations comme ce fut le cas pour l’ancien président.

La grande énigme désormais concernera les prochaines élections présidentielles. Le parti socialiste récupèrera-t-il mécaniquement l’électorat issu de l’immigration extra-européenne ou le début de désamour s’avérera-t-il plus durable, à l’origine d’une recomposition de l’échiquier politique? A l’heure actuelle, ce dernier scénario paraît peu probable, dans le sens que le succès de l’extrême-droite risque de conduire les dirigeants de l’UMP à faire de la surenchère pour récupérer une partie des électeurs frontistes, alors que le parti socialiste va probablement tirer les conséquences de cette situation en abandonnant les parties les plus polémiques de sa politique sociétale.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/03/25/31001-20140325ARTFIG00389-comment-le-ps-a-perdu-le-vote-des-electeurs-issus-de-l-immigration.php

A lire également