Chez Jean-François Copé, le rapport au fric, c’est maladif… un vrai bébé Sarko en somme !

[LE MONDE | 27.02.2014 ]

Selon des documents que l‘hebdomadaire Le Point a pu consulter, Event & cie, une filiale événementielle de Bygmalion, société de communication appartenant à deux proches du dirigeant de l’UMP, a profité de la présidentielle de 2012 pour encaisser 8 millions d’euros.

Le magazine affirme que certaines prestations ont été facturées à l’UMP hors appels d’offres et que « lors des meetings, les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d’éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels ».

Dès la création de Bygmalion en 2008, Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale puis secrétaire général du parti,« multiplie les commandes auprès de l’agence de com’ de ses amis Bastien Millot et Guy Alves, qui ont travaillé plus de dix ans à ses côtés, d’abord à la mairie de Meaux, puis à son cabinet chaque fois où il a été ministre », précise l’hebdomadaire.

Les journalistes du Point voient dans Bygmalion « une puissante machine de guerre conçue par deux proches de Copé pour le servir », une « boîte noire à l’actionnariat aussi opaque que ses comptes ».

Mais les révélations de l’hebdomadaire ne s’arrêtent pas là : la société Bygmalion serait directement liée à une SARL sise au Luxembourg, derrière laquelle se dissimulerait le holding familial d’Emmanuel Limido, un gestionnaire de fonds lié au Qatar. Coïncidence : en 2006 et 2007, Jean-François Copé, alors ministre du budget, avait donné son feu vert pour la vente au Qatar de deux joyaux immobiliers de l’Etat. « Dans ces deux transactions, l’intermédiaire n’était autre que le fonds d’investissement dirigé par Emmanuel Limido », rapporte Le Point.

Les proches de Jean-François Copé annoncent son intention de porter plainte pour diffamation.  Interrogé par i-Télé jeudi matin alors qu’il quittait Nantes où il avait tenu un meeting, M. Copé a lancé : « C’est absolument immonde. » « C’est un coup monté totalement, de manière absolument ignoble. Il n’y a qu’une manière d’y répondre, c’est par la voie des tribunaux », a t-il dit.
« C’est extrêmement grave, c’est un tissu de mensonges », a dit encore le député-maire de Meaux. Il met en cause le directeur de l’hebdomadaire Frantz-Olivier Giesbert « qui depuis des mois et des mois nous attaque, Nicolas Sarkozy comme moi-même, pour nous détruire ».

« Du grand n’importe quoi. (…) C’est totalement faux ! » Invité d’i-Télé mercredi soir, Jérôme Lavrilleux, le directeur de cabinet de Jean-François Copé, a affirmé que les informations du Point sont fausses. Il évoque « un mensonge complet, un mensonge éhonté ».

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/02/27/soupconne-de-surfacturation-cope-va-porter-plainte-pour-diffamation_4374082_823448.html