Casse-toi pauvre con » est désormais considéré, par la Cour européenne des droits de l’homme comme une marque de la liberté d’expression.

Jean-Luc Mélenchon a demandé jeudi l’abrogation du délit d’offense au président de la République après que la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné la France dans l’affaire de l’affichette « Casse-toi pov’con ».

« Abrogez le délit d’offense au président ! », écrit Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué. « Après 4 ans de bataille acharnée de notre camarade Hervé Eon dans les tribunaux, et du Parti de Gauche au Parlement, contre le délit d’offense au chef de l’Etat, la Cour européenne des droits de l’homme vient de confirmer que ce délit porte atteinte à la liberté d’expression », explique le coprésident du Parti de gauche (PG).

« Auteur dès novembre 2008 au Sénat d’une proposition de loi visant à abroger cette survivance absurde du crime de lèse majesté (…) », l’ex candidat Front de gauche à la présidentielle « demande au gouvernement d’inscrire cette proposition de loi du Parti de Gauche à l’ordre du jour du Parlement ».

« La loi doit faire disparaître au plus vite cette atteinte aux libertés publiques », écrit-il. « Alors que ce jugement de la Cour européenne était parfaitement prévisible comme je l’indiquais dans ma proposition de loi dès 2008, je déplore que l’obstination du précédent gouvernement et l’inertie de l’actuel aient nécessité une condamnation de la France pour faire respecter la liberté d’expression », ajoute Jean-Luc Mélenchon.

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a estimé jeudi que la France a violé la liberté d’expression en condamnant pour offense à Nicolas Sarkozy l’homme qui avait brandi en 2008 une affichette « Casse toi pov’con » lors d’une visite présidentielle à Laval.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/casse-toi-pov-con-melenchon-demande-l-abrogation-du-delit-d-offense-au-president_1231722.html