Symptomatique de la panique dans laquelle se trouve l’Etat Sioniste en ce moment. Il n’y a aucune urgence supplémentaire à bombarder l’Iran, au contraire, le programme nucléaire y est considérablement ralenti par StuxNet et autres mesures de sabotage… mais cela permettrait d’attirer l’attention ailleurs. Un peu comme Clinton qui faisait bombarder le Soudan en pleine affaire Lewinsky…

Ce n’est pas sùr qu’Obama les suive dans cette aventure, cette fois ci. Déjà que la décision de construire 2 000 logements dans les colonies illégales décrédibilise complètement l’affirmation comme quoi « Israël veut la paix »…

Nétanyahou tenterait de mobiliser ses ministres en vue d’attaquer l’Iran

[Le Monde 02/11/2011]

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, et son ministre de la défense, Ehoud Barak, tentent de lever l’opposition d’une majorité de ministres contre une attaque visant les installations nucléaires iraniennes, a indiqué, mercredi 2 novembre, le quotidien Haaretz.

Lundi, M. Barak avait démenti des informations des médias israéliens selon lesquelles il aurait d’ores et déjà pris la décision avec M. Nétanyahou d’attaquer l’Iran, malgré l’opposition des chefs de l’armée et du renseignement. Selon le journal israélien, la majorité des membres du « forum » des huit ministres les plus importants, est, elle aussi, opposée à une telle opération. Seuls MM. Nétanyahou, Barak et le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman soutiennent « l’option militaire » contre l’Iran.PRESSIONS ÉCONOMIQUES
En revanche, le ministre de l’intérieur et chef du parti ultra-orthodoxe Shass, Elie Yishaï, Dan Méridor (ministre chargé des services de renseignement), Benny Begin (ministre sans portefeuille), Moshé Yaalon (ministre chargé des affaires stratégiques) et Youval Steinitz (finances) sont contre. Selon ces opposants, Israël doit continuer à tenter de mobiliser les pays occidentaux pour exercer des pressions économiques sur l’Iran dans la mesure où l’Etat hébreu ne peut pas se permettre d’agir militairement seul sans coordination avec les Etats-Unis.

Haaretz, citant des ministres et des hauts responsables de la défense et des affaires étrangères, affirme que le rapport que doit rendre public l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) le 8 novembre sur le programme nucléaire iranien aura « une influence décisive » sur le gouvernement israélien.

Israël, ennemi juré de la République islamique d’Iran, et les pays occidentaux accusent cette dernière de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert d’un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément. L’Etat hébreu est considéré comme une puissance atomique dans la région mais il n’a jamais ni confirmé ni nié avoir des têtes nucléaires.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/02/netanyahou-tenterait-de-mobiliser-ses-ministres-en-vue-d-attaquer-l-iran_1597165_3218.html

Publicités