Même pas besoin d’une commission rogatoire ! Le mouchard est activé en permanence grâce à votre opérateur téléphonique. Il suffit ensuite de se procurer les logs (soit légalement, soit par le biais d’une human backdoor) et le tour est joué. Et nos « amis » dans la maison UMP nous affirment que , chez Guéant et Sarkozy, on s’en sert déjà pour garder un oeil sur les petits copains de la majorité présidentielle…

Dès que l’heure de calcul informatique aura atteint un prix intéressant, les services de police pourront – en toute discrétion et d’un simple clic de souris – établir des profils de déplacements de centaines de milliers de personnes…

Et comme la sécurité des antennes-relais est rudimentaire, il est extrèmement simple d’intercepter les « logs » de chaque antenne – permettant, à l’aide d’un ordinateur, d’un script et de Google Maps, de savoir à tout instant qui se trouve dans le quartier, qui marche dans quelle rue, qui est dans quelle maison… ce que que font les petits malins de Aka-Aki à Berlin ou des flicages Bluetooth de Alex Van Es à Amsterdam…

Le téléphone portable, un truc dont la StaSi et le KGB avaient révé… La vie privée ? Un concept du passé qui n’a plus aucune validité aujourd’hui.

Dès demain, ceux qui éteindront leur portable ou n’en auront pas seront automatiquement suspects…

Pisté par son portable, un politicien allemand se rebelle

[François Krug | Eco89 | 31/03/2011]

En Allemagne, Malte Spitz, un responsable des Verts a poursuivi son opérateur téléphonique en justice pour obtenir toutes les données récoltées grâce à son portable. Le résultat ? Une carte interactive à la fois fascinante et effrayante, puisque les données ont permis de reconstituer une bonne partie de sa vie. La démonstration est encore plus frappante avec cette vidéo réalisée par le site Future Journalism Project. Elle ne porte que sur deux jours dans la vie de Malte Spitz, bien assez cependant pour démontrer qu’un portable permet de suivre toutes vos allées et venues.

Malte Spitz, 26 ans, est membre de l’exécutif des Verts allemands. Sa spécialité : dénoncer les atteintes à la vie privée. Et notamment, les risques liés aux données de localisation transmises automatiquement par les téléphones portables, et conservées ensuite par les opérateurs.

Comme il le raconte sur son blog, Malte Spitz a voulu tenter une expérience. Il a réclamé les données le concernant à T-Mobile, filiale du géant Deutsche Telekom. Refus catégorique. La justice lui a finalement donné raison en mars 2010 : l’opérateur a dû lui transmettre les données portant sur les six mois précédents.
Localisé plus de 35 000 fois en six mois

Sur le fichier Excel fourni par T-Mobile, Malte Spitz a découvert qu’il avait été localisé au total 35 831 fois entre août 2009 et février 2010. Il a ensuite confié ces données brutes au site de l’hebdomadaire Die Zeit, qui en a tiré une carte interactive impressionnante : on peut y suivre tous les déplacements de Malte Spitz, du moins tous ceux au cours desquels son portable était alluméLes journalistes du Zeit sont allés un peu plus loin. Malte Spitz n’est pas un homme politique de premier plan, mais il est engagé dans la vie publique : ses activités laissent des traces, sur les sites web comme sur les réseaux sociaux. En associant ces informations aux données brutes fournies par T-Mobile, on peut donc expliquer non seulement où le jeune politicien se trouvait, mais aussi ce qu’il y faisait.

Tirant le bilan de l’expérience, le site du Zeit explique :

« Prises une par une, les données ne présentent pas beaucoup d’intérêt ou de risques. Mais prises toutes ensemble, elles nous fournissent ce que les enquêteurs appellent un “profil” – une image claire des habitudes et des préférences d’une personne et, donc, de sa vie.

Ce profil révèle quand Spitz a marché dans la rue, quand il a pris le train, quand il a pris l’avion. Il nous montre où il se trouvait exactement dans les villes dans lesquelles il se rendait. Il nous montre quand il travaillait et quand il dormait, quand il était joignable par téléphone ou non. Il nous montre quand il préférait parler au téléphone ou envoyer des SMS. Il nous montre quels “biergarten” [littéralement “jardins à bière”, bars en plein air typiquement allemands, ndlr] il fréquentait quand il avait du temps libre. En somme, il révèle toute une vie. »

Pour Malte Spitz, la démonstration est faite. D’autant que les utilisateurs n’ont aucun contrôle sur ces données, transmises automatiquement par le portable lui-même. Et pas seulement par les applications qu’on a choisi d’y installer, comme le service de « géolocalisation » Foursquare, qui piste les consommateurs des restaurants et des commerces.

[NdL&I: s’en suit, ci-dessous, l’obligatoire séquence finale (la seule dont se souvienne le lecteur, outre le titre de l’article) pour dédramatiser et empécher toute réaction technophobe de la part du lecteur mouton… il ne faudrait pas faire rater une vente aux opérateurs mobile qui refilent tant de fric au journal…]

Pourtant, les données rendues publiques par Malte Spitz n’ont rien révélé de vraiment gênant, assure l’intéressé au New York Times. « Je passe l’essentiel de mon temps dans mon quartier », explique-t-il. Seul détail gênant, il préfère parfois l’avion au train, mode de transport pourtant plus écolo : pas terrible pour un responsable Vert, admet-il.

http://eco.rue89.com/2011/03/31/piste-par-son-portable-un-politicien-allemand-se-rebelle-197948