Commentaire de Tim Carr: Les geeks ne se structueront jamais en force politique, parce que la caractéristique du geek s’est justement de ne pas aimer les grands mouvements où il faut faire des concessions et se salir les mains, sortir de l’isolation splendide, se coltiner des trucs chiants comme des textes de loi…

En effet, le mouvement geek fait penser aux écolos échevelés des années 70… j’espère qu’on va pas devoir attendre 40 ans avant qu’un défenseur des libertés sur Internet n’entre au parlement…

Dans une démocratie, ce ne sont pas des cyberattaques qui changent la donne, ce sont des lois… pour l’instant ce sont des crétins comme Frédéric Lefebvre et des nuisibles comme Eric Besson qui font les lois… c’est cela qu’il faut changer, pas faire des DDoS sur Paypal et Amazon

[Flore Vasseur – repris par OWNI – 14/12/2010]

J’ai interviewé jeudi dernier Evgeny Morozov, un chercheur et blogueur biélorusse, actuellement à Stanford. Il est spécialiste de l’impact d’Internet sur la politique, et de ce qu’on appelle la cyberguerre. Il contribue régulièrement à Foreign Policy et au Boston Standard. Son livre The Net Delusion : How not to liberate the world parait en janvier 2011. Ses analyses sont à retrouver sur son blog.

Voici donc l’intégralité de l’interview, dont certains passages sont repris ce jour dans le Figaro.

Depuis mercredi, le collectif « Anonymous » multiple les cyber attaques contre les sites qui ont laché ou qui font barrage à WikiLeaks. Que se passe-t-il ?

WikiLeaks appartient à un écosystème, beaucoup plus large, de groupes qui sont de plus en plus mécontents de leur gouvernement, notamment parce que ceux ci instaurent des lois strictes sur les droits d’auteur ou parce qu’ils les jugent trop opaques. Ce sont des organisations non structurées, anonymes, décentralisées qui agissent de façon très erratique. Pour eux, la façon dont Julian Assange est traité est une attaque politique, l’accusation de viol le moyen de restreindre la liberté sur Internet. Le cas WikiLeaks sert de déclencheur.

Ces groupes avaient l’habitude d’attaquer des entités comme l’Eglise de Scientologie ou des entreprises. Ils ont les moyens et l’expérience des attaques. Ils les utilisent maintenant pour une cause qui leur semble juste : attaquer les sites qui ont cessé de travailler avec WikiLeaks, le Tribunal ou le gouvernement suédois, Joe Lieberman ou Sarah Palin. Je ne pense pas que cela soit pensé de façon stratégique. C’est juste un groupe d’adolescents de plus en plus énervés. C’est de la contestation menée virtuellement. Dans le passé, ils auraient lancé des cocktails Molotov sur le parvis du Tribunal. Cela étant, ils n’aident pas la cause de WikiLeaks : que des cybergroups puissent lancer des attaques contre les sites de cartes bleus, ceux-là même qui permettent à l’économie mondiale de fonctionner, est très inquiétant pour nombre de politiciens américains. Bien plus que le fait que WikiLeaks ait des câbles diplomatiques !

Du coup, il est très probable que les attaques lancées ces jours-ci par le collectif “Anonymous” en faveur de WikiLeaks ne fassent qu’activer une réponse encore plus radicale contre WikiLeaks. D’ailleurs cette dernière vient de se démarquer par rapport à ces attaques. C’est un signe de maturité politique. WikiLeaks se professionnalise.

Assistons nous à l’émergence d’un mouvement politique alternatif mené par les pro de la technologie ?

Les “geeks” ont du pouvoir aujourd’hui car ils savent où sont les points d’inflexion et de faiblesse de l’infrastructure web. Ils savent comment bloquer ou boucher ces points si besoin. Je ne sais pas si cela correspond à une force politique, étant entendue comme la capacité à influencer les lois. WikiLeaks est l’entité la plus “romantique” de cet Internet-là mais sa vision politique n’est pas sophistiquée. Elle va bientôt découvrir que sa stratégie (révéler les données pour influencer positivement les gouvernements) n’a pas d’effet – même le fait que les diplomates soient chargés d’espionner les représentants de l’ONU n’est pas vraiment un scandale aux USA – si ce n’est des effets contraires à ce qu’elle cherchait.

En janvier 2010, Hillary Clinton était le chantre de l’Internet libre. En décembre, elle tente de faire taire l’Internet. “L’effet WikiLeaks”, c’est que tout le monde sur-réagit et s’auto-détruit. La relation entre la mise à disposition de données et le changement politique n’est pas aussi directe que WikiLeaks le pense. Pour créer le changement politique, il faut être très stratégique. La plupart des gens chez WikiLeaks n’ont aucune formation politique. Ce sont des pros de la techno avec des vues très affirmées sur le rôle de la transparence des données. Ils croient aux Lumières, que les idées ont vraiment du pouvoir, qu’exposer les idées est suffisant pour changer le monde. J’adorerais y souscrire mais, non. Ce n’est pas la technologie qui est importante mais la façon dont les gouvernements réagissent et inter-agissent. La vraie raison pour laquelle WikiLeaks émerge comme mouvement ce n’est pas grâce à la force de leurs idées mais parce que les Etats-Unis ou d’autres justement sur-réagissent.

Tout de même, WikiLeaks ne change-t-il pas la donne ?

Bien sûr la publication des mémos diplomatiques va changer la façon dont on conduit la diplomatie en Occident mais pas de la façon dont WikiLeaks l’entendait. On risque de voir les libertés sur Internet se restreindre, la Sécurité Nationale devenir encore plus puissante et tout cela est un échec pour WikiLeaks. Si Hillary Clinton démissionne, si la stratégie américaine au Yémen change, on verra alors que WikiLeaks a eu un effet positif. Avec WikiLeaks, faire passer des fuites est devenu facile. Est-ce que cela sert à quelque chose ? C’est à voir. Le type qui aura recueilli en envoyé toutes les données est en prison.

Les gens voient que faire passer des fuites à des conséquences personnelles. Ce n’est pas la technologie qui est importante mais la façon dont les gouvernements réagissent. Assange veut faire tomber des têtes … je ne pense pas que cela soit réaliste. Il veut trop obtenir. Je ne remets pas en cause leur pouvoir de changer les choses mais de le changer dans le sens qu’ils souhaitent : plus de transparence, de libertés etc. Le résultat de tout cela pour l’instant, ce n’est pas plus de transparence pour les Etats au contraire. Pour suivre en justice Julian Assange, les Etats-Unis vont devoir changer leurs lois. Cela va créer un précédent pour les autres sites de sonneurs d’alarmeLe pouvoir de la NSA et de la CIA va augmenter.

Dans ce contexte, WikiLeaks peut il prendre une autre dimension, plus politique ?

Cela me fait penser au mouvement écolo dans les années 70 : des initiatives locales qui prennent une dimension globale. WikiLeaks serait là le premier mouvement global. Cette organisation va peut être émerger comme étant une sorte d’avant-garde révolutionnaire mais pour cela il lui faudrait une organisation bien plus solide, moins éparpillée. Pour moi, ils veulent se focaliser sur ce qu’ils font, la publication de fuites de façon sécurisée et anonyme. Et cela ils n’arrivent plus à le faire maintenant car ils sont dépassés. Je ne pense pas qu’ils puissent traiter de nouvelles fuites aujourd’hui car ils sont accaparés par les événements récents. Je ne sais pas ce qu’ils font de ce qu’ils reçoivent ni où ils les mettent.

Je pense qu’à partir du moment où ce romantisme sur la façon dont les données peuvent changer les gouvernements s’évaporera, il faudra qu’il se renforce au niveau politique. Que leur message aille au delà. Ou alors ils continueront avec cette approche assez agressive de publication des données tout en n’en assumant pas les conséquences. Nous revenons à la question de la légitimité des actions contestataires pour contre-carrer le pouvoir : cela doit il se passer de façon anarchiste dans la rue ou au Parlement ? Le grand défi de WikiLeaks est de décider comment il veut formaliser son engagement dans le futur. Si l’idée est de devenir une force politique, alors il faudra qu’il change et s’institue en parti.

Je ne pense pas qu’ils aient décidé pour l’instant de devenir un mouvement politique. Il lui faut l’échelon national pour accéder aux parlements et pouvoir influer sur les lois. S’ils se rapprochaient du Parti Pirate, des quelques parlementaires européens qui sont en faveur de ces idées alors oui, ils pourraient gagner en force. Mais cela impliquerait davantage de stratégie, de réflexion sur les forces en puissance en Europe. WikiLeaks a le potentiel mais je doute qu’il en ait la volonté. La portée politique de ce mouvement dépend aussi du projet concurrent – OpenLeaks– développé par Daniel Domscheit-Berg, l’ancien associé de Assange.

Justement, maintenant que Julian Assange est arrêté, que va-t-il se passer ?
Tout dépend de la réaction du gouvernement américain finalement. S’ils traduisent Julian Assange en justice eux-mêmes (on le saura a priori autour du 14 décembre), cela va décupler l’aspect politique de cette affaire. Il faut s’attendre alors a davantage d’attaques sur Internet, le retour du sentiment anti-américain qui a prévalu au pire des années Bush, des boycotts de produits américains, même des services internet fournis pas des sociétés américaines. Si les USA ne traduisent pas Assange en justice, les choses vont se calmer un peu. La vraie question est que veut Julian Assange lui-même ? Radicaliser son mouvement ? Devenir le Che Guevara du 21ème siècle ? Dans ce cas, il cherchera à être envoyé aux US, il voudra devenir un martyr pour faire que son mouvement compte beaucoup plus.
Avec les attaques sur Internet, les internautes découvrent la fragilité de l’Internet. Comment vont-ils réagir ?
Ils sont plus énervés de ne plus pouvoir faire du shopping en ligne que de savoir que leurs données personnelles ne sont pas protégées. C’est triste mais c’est la réalité de la société de consommation du 21ème siècle. A nouveau, ils vont se tourner vers les politiques pour qu’ils renforcent la sécurité sur Internet, et donc restreignent les libertés.