Que dit le grand protecteur U.S., champion de la non-discrimination ? Ou bien est-ce encore une fois le « deux-poids-deux-mesures » qui caractérise l’intégralité de la politique occidentale vis à vis d’Israël depuis 60 ans ?

[Voltaire – 12/10/2010]

L’Association pour les droits civils en Israël publie une étude sur les propositions de loi qui seront discutées lors de la session d’hiver de la Knesset. (…) une série de textes, mis à l’ordre du jour à l’initiative de députés de la majorité, vise à transformer Israël en un Etat ethnique juif. Il s’en suivrait, entre autres, que les ressortissants non-juifs seraient immédiatement soumis à toutes sortes d’obligations pour prouver leur loyauté au risque d’être déchus de leur nationalité et expulsés vers les Territoires palestiniens.

Des serments de loyauté seraient institués pour les ressortissants en général et pour certaines professions en particulier. Par exemple, il faudrait jurer loyauté à l’« Etat juif » et à ses symboles pour travailler dans l’industrie du cinéma.

La célébration de la Nakba, la critique politique du caractère prétendument « démocratique » de l’Etat, et surtout l’appel au boycott seraient lourdement pénalisés.

D’une manière générale ces propositions de loi visent à institutionnaliser le racisme et à restreindre les libertés politiques.

Knesset 2010 Winter Session : Expectations and Concerns, The Association for Civil Rights in Israel, 90 p., 780 Ko, octobre 2010.

http://www.voltairenet.org/article167233.html