Un homme honnête… une pauvre victime sur laquelle on s’acharne… mais bien sûr ! C’est incroyable de mentir sur des trucs aussi évidents à contredire, ils vivent vraiment dans des sphères où ils se croient tellement protégés qu’il pensent pouvoir prendre les gens pour des imbéciles…

[Le Monde – 31/08/2010]

Selon L’Express, une lettre, découverte à la mi-août lors d’une perquisition, contredit les déclarations d’Eric Woerth dans l’affaire Bettencourt. Contrairement à ce qu’il n’a cessé d’affirmer, y compris devant les enquêteurs, l’actuel ministre du travail serait bien intervenu personnellement, en mars 2007 auprès de Nicolas Sarkozy, pour lui demander d’attribuer la Légion d’honneur à Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune des Bettencourt et employeur de son épouse Florence.

Le courrier, datant de mars 2007 est adressé à Nicolas Sarkozy, place Beauvau. Signée d’Eric Woerth, alors trésorier de l’UMP, cette lettre, écrite sur du papier à entête d’une association de soutien à l’action du ministre de l’Intérieur, recommande Patrice de Maistre pour l’obtention de le Légion d’honneur.

Dans la lettre, Eric Woerth vante les mérites de Patrice de Maistre, membre du Premier Cercle, un club chargé de rassembler les principaux donateurs de Sarkozy. Patrice de Maistre faisait partie des collecteurs de fonds de l’UMP, rappelle l’Express. Il a été décoré de la légion d’honneur en janvier 2008, par le ministre en personne.

Cette nouvelle preuve de collusion entre le ministre et Patrice de Maistre vient accréditer les soupçons sur la nature de leurs rapports. La date à laquelle la lettre a été rédigée, en pleine campagne présidentielle, tout comme l’entête, laissent penser que M. de Maistre a été récompensé avant tout pour son action au service de l’UMP.

Le ministre a affirmé dans un premier temps ne pas connaître Patrice de Maistre, avant de concéder l’avoir rencontré à quelques reprises. Son épouse Florence travaillait pour la société Clymène, qui gère la fortune privée de Liliane Bettencourt, de novembre 2007 à juin dernier, où elle en a démissionné suite aux remous de l’affaire dans les médias.

Interrogé par L’Express, Eric Woerth a d’ailleurs changé quelque peu de version, insistant désormais sur le fait que cette remise de décoration n’avait donné lieu à « aucune contrepartie ». Son avocat, Me Pascal Wilhelm, précise que son client adécouvert l’existence de cette lettre le 25 août, lorsque les policiers l’ont interrogé pendant six heures. Une révélation étonnante, puisque la lettre est signée du ministre.

VERS UNE SAISINE DE LA COUR DE JUSTICE DE LA RÉPUBLIQUE ?

Les relations entre MM. Woerth et de Maistre sont en question depuis le début de l’affaire Bettencourt. Les enregistrements clandestins effectués au domicile de Mme Bettencourt font état de conversations au cours desquelles Patrice de Maistre explique à Liliane Bettencourt qu’il connaît bien le ministre, à l’époque en charge du Budget, à qui il demande de l’aide dans le procès opposant l’héritière de L’Oréal à sa fille, mais aussi concernant des soupçons de fraude fiscale.

Le collecteur de fonds demande à Liliane Bettencourt d’effectuer une série de dons aux associations de financement de l’UMP, mais aussi des campagnes de Valérie Pécresse et d’Eric Woerth. Le ministre du Travail a estimé, dans une interview au Parisien lundi 30 août, qu’il était victime d’une « sorte de lapidation médiatique », « une chasse à l’homme », destinée à « le tuer ».

Il pourrait désormais avoir à s’expliquer devant la cour de justice de la République. Le procureur général près de la Cour de cassation a demandé à consulter les pièces du dossier avant de procéder à une éventuelle saisine. Les enquêteurs du pôle financier, qui travaillent avec le procureur Courroye, devraient également demander une nouvelle audition du ministre pour s’expliquer sur ces contradictions.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/31/une-lettre-qui-contredit-les-declarations-d-eric-woerth_1404753_3224.html