On vous à a déjà dit qu’on songeait sérieusement à laisser tomber Libertes & Internets pour vous inciter à aller lire OWNI (qui est bien mieux que nous en matière de revue de web – sans parler de l’orthographe, merci Raph!) ?

Allez vous chercher une tasse de café et rigolez à la lecture de cet article. 45 minutes de détente, un lundi matin de retour au boulot dans la grisaille ? Ca vaut de l’or ! N’oubliez pas de cliquer les liens dans l’article en ligne…

Juste une note: le reportage de ABC sur Jessy Slaughter sur Dailymotion est encore plus marrant que la vidéo originale (qui vous donne envie de passer la gamine et sa famille au lance-flammes) : http://www.dailymotion.com/video/xe57ej_jessi-slaughter-le-reportage-sur-ab_news

[OWNI – 30/08/2010]

La définition précise du «mème Internet» est toujours très discutée. On peut voir le «mème» d’une manière restrictive en expliquant que c’est une image, une vidéo, un concept ou une personnalité qui est recyclé et parodié par les internautes avec les différents moyens d’expression du web: groupes Facebook, montages Photoshop, gifs animés, création de sites…

Le problème de cette définition est qu’elle exclut certains phénomènes qu’on classerait instinctivement comme mèmes, à l’image des statuts Facebook sur la couleur des soutiens-gorges (voir plus bas) où l’aspect parodique n’apparaît pas.

On peut aussi définir le «mème» de manière plus large, comme semblent le faire les Américains, en retenant juste que c’est une blague Internet à forte viralité. «An Internet meme is an inside joke, that a large number of Internet users are in on», comme dit la fiche Wikipedia. Le problème de cette définition est qu’elle englobe à peu près tout, y compris des buzz foireux comme cette fausse employée démissionnaire.

Nous retiendrons une définition médiane (enfin, avant qu’on change d’avis): un «mème» serait un phénomène Internet humoristique dont chaque contribution d’internaute enrichit l’oeuvre globale. Ainsi, on exclut le modèle basique de diffusion du buzz (un diffuseur -> un récepteur) pour préférer un modèle plus moderne de création commune d’un objet culturel, parodique ou non.

Pour ce classement “top 10 des mèmes”, nous avons essayé de classer les mèmes en fonction de leur importance, leur succès et leur portée vus de France. N’ont été retenus que les mèmes apparus en 2010.

http://owni.fr/2010/08/29/les-memes-en-mieux/