Un tract (déjà assez vieux, daté de 2002 ???) ramassé dans un stock de vieux papelards lors d’une fin de braderie….

PARIS, BRUXELLES, HEBRON : UNE SEULE REVOLUTION ?
Manifeste de soutien des nationalistes radicaux et identitaires belges et français à la juste cause du peuple palestinien.

POURQUOI UN TEL TEXTE ?
Avant tout, nous tenons à préciser que ce texte n’a pas pour but de lancer une polémique haineuse envers qui que ce soit. Nous respectons les sensibilités d’autres nationalistes et leur reconnaissons évidemment le droit de penser différemment sur des sujets particulièrement complexes tels que celui que nous évoquons.

Mais nous pensons nécessaire d’ouvrir un débat et d’opposer des contre-arguments à ceux qui privilégient la thèse voulant faire de l’Islam, voire du monde arabe, le premier et quasi seul ennemi des nationalistes européens.

Et si nous voulons le faire, c’est parce que lorsque nous disons que nous rejetons le racisme à la « Dupont Lajoye « , c’est pour nous plus qu’un slogan. Nous n’en voulons pas à des peuples en tant que tels. Nous voulons juste défendre le nôtre et rester les maîtres chez nous. Ni plus, ni moins.

HEBRON N’EST PAS LA SEINE ST DENIS OU ANDERLECHT
De même, nous sommes bien conscients des souffrances que les excès de l’immigration provoque au sein de notre population et le danger que le métissage fait courir à l’identité de nos peuples. Et c’est bien car nous militons depuis des années en première ligne contre la politique d’immigration de nos gouvernements que nous avons le droit de crier qu’il ne faut pas mélanger les genres et les situations. Comparer ce qui se passe dans les banlieues belges ou françaises avec l’Intifada en Palestine est totalement faux et dangereux.

Faux car si en Europe, on a à faire à des bandes de jeunes déracinés qui veulent imposer des no-man’s-land à la police pour faire tranquillement du  » business « , il s’agit en Palestine de la révolte de toute une population qui se trouve sur sa terre et se bat pour qu’on lui reconnaisse ses droits légitimes.

Dangereux car en assimilant tout le monde arabe aux agissements (inacceptables) de certaines bandes multiculturelles en France ou en Belgique, on prend le risque que notre famille politique se retrouve une fois de plus le porte flingue de la droite sioniste. Ou du moins qu’elle soit assimilée à cela.

D’EXTREME-DROITE EN ISRAEL…
D’ailleurs, on lit et on entend de plus en plus souvent, des parallèles entre les agissements de Sharon et ce qu’on aimerait connaître dans nos propres pays en matière de maintien de l’ordre. Certains nous rappellent d’ailleurs lourdement que Sharon fait partie d’une droite nationale qui serait proche des valeurs que nous défendons.

Mais là aussi, la solidarité entre  » nationalistes  » que l’on nous propose est à sens unique. En effet, le fait que Sharon se revendique d’une droite sioniste musclée entraîne qu’il est soutenu en Europe par des groupes de droite sioniste de type  » Betar  » et  » Tagar « . Et ces  » nationalistes  » là semblent, eux, ne pas avoir de remords à s’attaquer à des nationalistes européens.

…ANTI-FASCISTES EN EUROPE
Ainsi, nos  » amis de droite israélienne  » n’ont pas hésité à envoyer 8 membres de l’Oeuvre Française à l’hôpital lors d’une action commando lors de la fête de Jeanne d’Arc à Paris en 1988. Ainsi en 1990, lors du saccage d’une réunion traitant de l’écrivain nationaliste Saint Loup, les cogneurs sionistes n’ont pas demandé à leurs victimes (dont une vielle dame qui aura le crâne défoncée) si elles croyaient que l’immigration était leur premier problème. N’oublions pas l’attaque du Congrès du GRECE en 1980 (plusieurs blessés graves) par « l’Organisation Juive de Combat  » Ni les vitriolages et autres agressions répétées dont ont été victimes les nationalistes français et belges de la part de cette droite israélienne  » effectivement musclée…  » .

Il n’y a pas que les groupes d’action sionistes à s’attaquer régulièrement aux nationalistes d’ailleurs: les publications, proches du Likoud, et qui paraissent au sein des communautés juives d’Europe Occidentale ne se gênent pas non plus pour attaquer les nationalistes dans de nombreux articles. De même, ce sont souvent les hommes politiques européens les plus pro-israéliens qui se font remarquer le plus dans le « show antifasciste »

LES ENNEMIS DE MES ENNEMIS…
Nous savons qu’en tenant ces propos, nous courrons le risque de nous faire traiter d’hypocrites qui ne se servent de la cause palestinienne que pour assouvir un antisémitisme maladif. Ainsi, la revue de la communauté juive de Belgique francophone « Regards » avait dit de la démarche antisionsite des nationaux-révolutionnaires qu’il s’agissait d’une « attitude pro-arabe hypocrite ». Jugement qui ne manque pas de sel provenant d’une mouvance idéologique qui crie au racisme au moindre contrôle policier dans les rues de Bruxelles ou Paris mais qui ne trouve pas utile de dénoncer les cris de « mort aux arabes » lancés par de jeunes israéliens dans les rues de Tel Aviv.

Mais que pour nous, les choses soient claires. Nous choisissons nos combats pour leur justesse et non pas par a-priori idéologique. Et nous le prouvons en étant présents sur des terrains où la « droite », par fainéantise, lâcheté ou conformisme idéologique, n’est jamais présente (écologie, luttes sociales, anti-impérialisme, etc…)

…SONT-ILS FORCEMENT NOS AMIS ?
Ceci dit et aussi juste soit le combat du peuple palestinien, le monde arabe et sa tendance intégriste et/ou nationaliste ne reste-il pas un danger pour l’Europe ?

Nous pensons qu’il ne l’est ni plus ni moins que d’autres blocs continentaux. Même s’il est bien évidemment établi qu’existent en Europe des réseaux islamistes qui pourraient constituer, le cas échéant, des bases terroristes ou des foyers de subversion.

Retenons néanmoins que la plupart des conflits qui ont opposé au XXè siècle le monde arabe à l’Europe ont été provoqué en grande partie par l’alignement européen sur la politique américaine et son soutien à Israël.

Remarquons également que la plupart des foyers intégristes en Europe sont subventionnés et soutenus par…l’Arabie Saoudite, grand allié des USA. Et qui, malgré son titre de gardienne des lieux saints de l’Islam, est souvent considérée par le reste du monde arabe comme le collabo n°1 des USA dans la région.

Un monde arabe également constitué, il ne faudrait pas l’oublier, de régimes laïcs et nationalistes tels la Syrie ou l’Irak, où le parti Baas, au pouvoir, défend des valeurs que les mouvements nationalistes européens ne renieraient certainement pas.

Si l’Europe reprenait une véritable politique indépendante et juste vis-à-vis du Moyen Orient, les tensions avec le monde arabe diminueraient nettement et les dangers de confrontation également. Ce qui couperait l’herbe sous le pied de ceux qui essaient de dresser de jeunes musulmans fanatisés à se battre contre l’Europe, non pour l’Islam comme on leur prétend, mais pour le plus grand intérêt de l’impérialisme américain.

LE DANGER ISLAMISTE
Autre objection que l’on nous donne à un soutien aux palestiniens est que l’Intifada serait une campagne dirigée par des islamistes. C’est un peu vite oublier que 20% de la population palestinienne est chrétienne (la propre femme de Arafat l’est et a sans doute été choisie pour donner des gages à cette influente communauté au sein de la population palestinienne). C’est également un peu vite oublier que le Fatah, parti majoritaire chez les palestiniens est un mouvement laïc. C’est enfin également oublier que le parti islamique Hamas, par exemple, a pu exister grâce…aux autorités israéliennes qui, voici 15 ans, l’ont laissé se développer sans problème dans l’espoir d’affaiblir l’OLP. Et comme souvent dans ce genre de cas, les israéliens n’ont pu contrôler leur créature (l’éternelle histoire du Golem…). Et enfin, si le Hamas est aussi fort aujourd’hui, c’est avant tout à cause des concessions sans fin faites par Arafat sans presque jamais de réelle contreparties. Encore une fois, c’est la faiblesse des chefs politiques palestiniens, car abandonnés à leur sort par l’Europe, qui a fait le lit des islamistes.

 » CE N’EST PAS NOTRE COMBAT « 
D’autres appellent à la  » stratégie de l’indifférence  » . Ce n’est pas notre guerre, disent-ils. A voir…On a pu constater lors de l’agression en Yougoslavie que l’autodétermination d’un peuple était devenue quasi-impossible tant la force militaire américaine était omniprésente et sans concurrence. On peut donc craindre qu’en cas de sursaut national dans nos pays, le même scénario se présenterait : intervention de l’OTAN pour  » protéger les minorités « , etc…

Nous pensons qu’il s’agit donc d’une erreur stratégique de croire qu’un combat limité au plan national ou vaguement européen suffira à nous donner la victoire. Qui peut croire qu’un état européen devenu réellement nationaliste (je ne parle pas ici des nationaux-libéraux à la Haider ou à la Fini) ne sera pas asphyxié, voire agressé par le reste des états européens ou par l’OTAN. La seule chance de vaincre est d’œuvrer dans un cadre global. Che Guevara disait  » Pour vaincre, les USA, créons 2,3,10 Vietnam… ». Dans le même ordre d’idées, l’Intifada est une épine dans le pied de l’impérialisme. Et cette petite blessure est en train de s’infecter. En se mêlant de ce qui se passe là bas, nous pouvons propager la gangrène à toute la jambe. En cela : oui, c’est notre guerre ! Comme la défense du peuple serbe l’était. Et comme toutes celles qui visent à lutter contre l’impérialisme doivent être les nôtres.

IMPERIALISME US = SIONISME
Car l’essentiel est bien là. Qui se trouve derrière l’état oppresseur et sioniste d’Israël ? Sinon l’impérialisme américain. Le même, dénoncé d’ailleurs par ceux qui présentent l’Islam comme l’ennemi numéro 1.

Ne nous trompons donc ni les uns ni les autres. Le sionisme, comme certains intégristes musulmans, ne sont que des instruments entre les mains de l’impérialisme et de ses manoeuvres hégémoniques. Les violences ethniques pratiquées contre des européens par les bandes multiraciales ou l’assassinat de jeunes palestiniens par l’armée israélienne relèvent tous deux de la même logique de destruction des peuples et de leurs identités.

CONCLUSION
Et c’est car nous restons conscients de qui est le vrai ennemi et que nous nous réjouissons de tout ce qui l’affaiblit qu’en tant que nationalistes identitaires et radicaux, nous nous devons d’être solidaires avec le peuple palestinien.

Sans oublier la raison principale. Que nous arrivions presque à oublier tant nous avons voulu développer un argumentaire  » politique « . Raison toute simple et qui devrait, loin de réflexes politiciens, guider plus souvent nos actes et nos choix.

Nous devons soutenir le peuple palestinien, tout simplement, parce que c’est juste…