C’est d’ailleurs une constante du mouvement conservateur. Son premier reflexe est toujours d’interdire et d’éliminer tout pensée dissidente…

SUR DIGG.COM, LA BRIGADE DES « FOSSOYEURS PATRIOTES » ELIMINE LES CONTENUS QUI LUI DEPLAISENT

[Gregoire Seither – IES News Service – 05/08/2010]

Le site DIGG (http://digg.com/) est  un poids lourd des médias sociaux. Aux Etats-Unis et sur le Web anglophone, il fait partie des 50 sites les plus influents, loin devant tous les autres sites. Il a plus de trois millions de contributeurs directs et génère plus de 25 millions de vues uniques par mois. Si votre article est retenu pour figurer sur la page d’accueil de Digg, votre serveur risque de connaître l’effet Digg et crouler sous la charge des visiteurs.

Le concept qui anime le site est celui du Web collaboratif à la manière du « ranking » des moteurs de recherche. Les informations, vidéos ou images proposées (la plupart des sites Web 2.0 intègrent un bouton « soumettre ce contenu/cet article à Digg ») peuvent être évalués par les utilisateurs du site qui décident de « digg » (en Slang américain « to digg this » signifie bien aimer quelque chose) ou de « bury » (enterrer). Plus un article reçoit de votes favorables, plus il monte dans l’échelle d’actualité jusqu’à se retrouver en première page du site. Plus il reçoit de votes négatifs, plus il descend dans les pages du site, là où personne ne va. La majorité des visiteurs de Digg ne clique jamais au-delà de la deuxième page… tout contenu se trouvant plus bas dans la liste est donc effectivement rendu « invisible ».

Mais ce modèle « démocratique » a tous les défaut du système « participatif » en vigueur sur le Web 2.0. Ne votent que ceux qui prennent la peine de participer… si un groupe important de « motivés » s’active pour ne faire « monter » que les articles qu’il approuve, la première page de Digg va prendre une couleur politique ou idéologique bien particulière.  Cela avait déjà été illustré de manière assez crasse par la tentative du British National Party (parti d’extrème droite anglais) d’occuper au maximum la section « Politique » de Digg. Ce « vote-spam » était un peu trop visible et avait fini par attirer l’attention des administrateurs. Mais il y a bien plus subtil… au lieu de faire « monter » les articles qui vous plaisent, il est bien plus efficace de faire « descendre » (et donc disparaître) les articles qui ne vous plaisent pas. Il suffit de mettre en place une « Brigade de fossoyeurs » pour nettoyer la première page de Digg des contenus qui vous déplaisent et créer ainsi une vitrine en faveur de votre idéologie .

Aux Etats-Unis, le mouvement conservateur a l’habitude de ce genre d’activisme. Il le fait déjà depuis des années via les groupes de lobbying anti-avortement, religieux ou sionistes AIPAC. Ils ont l’habitude de lancer des « campagnes d’opinion » et d’occuper le devant de la scène médiatique. On l’a vu avec les « Swifboat Veterans » lors de la campagne 2004, qui menait une vendetta d’anciens combattants contre John Kerry, ou les « Birthers » en 2008, qui mettent en doute la véracité de l’acte de naissance de Barack Obama…

Ce n’est donc pas une surprise qu’un activité similaire se soit mis en place sur DIGG. Ce qui est remarquable, c’est son efficacité. La Brigrade des Fossoyeurs « Digg Patriots » démasquée par un long et remarquble article du site de gauche AlterNet (à lire absolument si vous comprenez l’anglais) était si bien organisée qu’elle pouvait faire disparaître plus de 90% des articles d’une certaine source ou bien de sites proposés, et ce dans les 3 heures qui suivaient la soumission. Des milliers d’articles ont ainsi pu être éliminés de Digg et jetés aux oubliettes.

Pour ce faire, le groupe avait mis en place un groupe de discussion sur Yahoo servant à coordonner les enterrements (et contourner les contrôles des administrateurs de Digg, qui n’aiment pas ce genre de manipulation de leur système). Dans les conversations sur ce groupe Yahoo, il est clair que la principale motivation des membres de la brigade est de purement et simplement « faire disparaître » les opinions qui leur déplaisent et ne porter à l’attention du public que les contenus qu’ils estiment être « valabes ».

Quels sont les sujets que les « Fossoyeurs Patriotes » veulent censurer ? Selon AlterNet les opinions politiques sont les suivantes:

Ils détestent Obama. Ils détestent les progressistes. Ils détestent l’ONU, le droit international, la diplomatie et le désarmement. Ils détestent la réforme du système de santé et la régulation de Wall Street. Ils détestent les immigrés. Ils vomissent la science, un grand nombre d’entre eux sont des créationnistes et tiennent des blogs pour dénoncer le Darwinisme. Ils détestent l’idée même de laicité et de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Ils détestent l’écologie, le fait que les pollueurs aient à payer pour nettoyer leur pollution… et ils détestent par-dessous tout le débat autour du changement climatique. Ils détestent tout ce qui peut ressembler à un syndicat ou à un mouvement social. Ils détestent le gouvernement, sauf quand il est du côté du complexe militaro-économique. Ils détestent le droit à l’IVG. Ils détestent l’éducation nationale et se méfient, voire sont carrément hostiles à toute personne issue de la communauté universitaire. Ils détestent la presse, sauf des figures de proue comme  Glenn Beck, Rush Limbaugh et Michelle Malkin. Ils détestent toute personne qui ne pense pas comme eux que Obama est une taupe islamiste ou marxiste qui est né au Kenya et n’a donc aucun droit à être Président. En fait, le moteur même de leur vie, c’est la haine.

L’article d’Alternet détaille la façon de procéder de ce groupe et révèle une longue liste de comptes Digg associés à cette censure. Les admins du site ont déjà annoncé qu’ils prendront des mesures appropriées.. jusqu’à l’apparition d’un nouveau groupe de censeurs.