Et on ne vous parle même pas des questions de sécurité et de confidentialité ! On connait un paquet de dirigeants de PME qui ont stoqué leurs fichiers clients, catalogues de prix et documents commerciaux sensibles sur leur SmartPhone… « parce que c’est plus pratique »… et ensuite ils l’oublient sur une table de café où bien il glisse de leur poche dans un Taxi. Notre copine Angèle, qui bosse chez Sterling, nous dit qu’elle pourrait monter un commerce avec tous les téléphones qu’elle ramasses sous les sièges ou entre les coussins, à la fin d’un vol.

[Le Monde Informatique – 02/05/2010]

Les responsables informatiques ont de plus en plus de mal à gérer leurs parcs de terminaux mobiles et leur travail est en train de devenir cauchemardesque. Nombres d’utilisateurs possèdent aujourd’hui plusieurs types de téléphones tournant sous des systèmes d’exploitation différents et tous s’attendent à disposer pour chacun d’un accès à leur messagerie, à la vidéo conférence et à divers types d’applications professionnelles.

« Tout se passait à peu près simplement du temps où les responsables informatiques mettaient un ordinateur portable Dell Latitude ou un BlackBerry dans les mains de leurs salariés nomades en leur disant ‘vous êtes prêts à partir’ », explique Paul DeBeasi, analyste spécialisé dans les applications sans fil chez Gartner pendant une table ronde autour de la technologie sans fil et les mobiles qui s’est tenue lors de l’Interop de Las Vegas. « Mais maintenant, les téléphones ressemblent de plus en plus à de mini-ordinateurs, et pour compliquer les choses, ils tournent sous six plates-formes principales : BlackBerry, iPhone, Android, Palm, Windows Mobile et Symbian, » a déclaré Michael Miller, un auteur écrivant sur la technologie et vice-président en charge de la stratégie technologique chez Ziff Brothers Investments. « Tout à coup, vous vous trouvez avec le choix de six plates-formes mobiles et vous devez décider laquelle vous allez supporter, » a déclaré Michael Miller. Donner à chacun un accès à sa messagerie est relativement facile, mais les utilisateurs veulent avoir toutes sortes d’applications professionnelles à portée de main. « Ça devient une autre affaire de prendre les applications professionnelles et de les rendre exécutables d’un coup sur toutes ces plates-formes, » précise Michel Miller. « Nous sommes tous habitués à des applications qui s’exécutent sur des ordinateurs de bureau et des portables tournant sous Windows. Mais qu’advient-il dans un monde où chacun veut profiter de la connectivité à tout moment ? Vous ne pourrez pas faire tourner [un iPhone ou un BlackBerry] sous Windows 7, que vous le vouliez ou non.»

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-nouveau-cauchemar-des-dsi-la-gestion-des-smartphones-30564.html