[Antoine Reverchon – Le Monde – 27/04/2010]

A partir des années 1980, et de façon plus marquée à partir de 1990, la proportion de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté dans le monde a commencé à régresser. Si l’on calcule le PIB moyen par habitant (exprimé en parité de pouvoir d’achat) de chaque pays, et qu’on le multiplie par le nombre d’habitants de ce pays, il s’avère que l’écart entre les pays les plus pauvres et les pays les plus riches régresse sur la période. Cette donnée est souvent présentée comme un des succès majeurs de l’économie ouverte de marché : des millions de Latino-Américains, de Chinois, d’Indiens et d’autres Asiatiques ont pu constituer une classe moyenne dont le niveau de vie se rapproche de celle de l’Occident. Cela prouverait que le marché est l’instrument de création de richesse et d’allocation des ressources le plus efficace.

A Cambridge, Branko Milanovic (université de Maryland), qui dirige un programme de recherche de la Banque mondiale sur les inégalités, a proposé deux autres lectures de ces statistiques. Dans la première, si l’on se limite à comparer les PIB moyens par habitant de chaque pays (donc sans multiplier par sa population), il s’avère que c’est au contraire un phénomène de divergence entre pays riches et pauvres que l’on observe entre 1980 et 2000. Cela manifesterait le fait que, dans l’économie mondialisée, les inégalités de revenus tiennent moins à l’appartenance à une classe sociale qu’au pays de naissance, selon la place que celui-ci occupe dans la chaîne mondiale de la production. Comme l’indiquait le financier George Soros, « la rigueur et l’austérité économique sont imposées à la périphérie, mais les bulles spéculatives bénéficient au centre ». Du moins jusqu’à ce qu’elles éclatent.

Cependant, à partir de 2000, cet indice des inégalités entre pays tend à diminuer, confirmant la convergence. Intervient alors un troisième mode de calcul, qui répartit la totalité de la population mondiale sur l’échelle des revenus. La divergence est alors encore plus forte. Ainsi, le niveau de revenu des 1 % de Brésiliens les plus riches est équivalent à celui des 10 % des Américains les plus riches, mais celui des 5 % de Brésiliens les plus pauvres est équivalent à celui des 5 % d’Indiens les plus pauvres. Ou encore, les bonus versés par Goldman Sachs équivalent aux revenus des 224 millions de Terriens les plus pauvres, et les revenus des 1 % de Terriens les plus riches à ceux des 4,275 milliards les plus pauvres. Or les travaux présentés par Kate Pickett (université de York) montrent que la quantité de personnes rencontrant des problèmes sociaux ou de santé dans un pays donné n’est pas corrélée au revenu moyen de ce pays, mais aux écarts entre les revenus.

« La peur d’avoir à partager »

Pour James K. Galbraith, qui dirige l’University of Texas Inequality Project, « les inégalités ne sont pas les conséquences microéconomiques des déséquilibres ; elles en sont la cause macroéconomique ». En effet, le gonflement des bulles de crédit dans les pays riches, la course aux exportations menées par les émergents – et l’accumulation de liquidités qui en résulte dans les deux cas – correspondent à des tentatives de réduire des inégalités devenues insoutenables, sans passer par la simple redistribution des revenus. Car, comme le dit M. Milanovic, « lorsqu’il s’agit de combattre la pauvreté, tout le monde est d’accord. Mais si l’on parle de réduire les inégalités, c’est la peur d’avoir à partager qui l’emporte ! ». C’est pourquoi la question de la fiscalité et des financements sociaux doit être remise, selon les économistes réunis à Cambridge, au centre des politiques économiques.