On vit en Monarchie ! Un claquement de doigts du Prince suffit pour que le courtisan tombe en disgrâce et soit jeté dans le caniveau…

Sarkozy renoue avec les valeurs de droite et distribue les coups de latte aux Arabes !

Sarkozy et Dati, c’est fini

[Le Canard Enchainé – 31/03/2010]

Le drame s’est noué le 14 mars à l’Elysée, où le chef de l’Etat analysait avec quelques amis le résultat du premier tour des régionales. Soudain, Sarko bondit de son fauteuil. Il vient de voir Rachida Dati apparaître sur les écrans de France 2 et s’écrie: « Mais qu’est-ce qu’elle fait là, celle-là ? On ne l’a pas vue pendant la campagne, et la voici devant les caméras ! » Le Président prend illico son téléphone et ordonne à Frédéric Péchenard, son copain directeur général de la police nationale, de prendre des mesures de rétorsion. Ça tombe bien. La Cour des comptes vient de préconiser des mesures d’économies sur les voitures et le personnel de sécurité mis à la disposition des anciens ministres.

Sarko exige que Rachida soit privée « dans l’heure» de sa limousine – mise à sa disposition par le ministère de l’Intérieur – ainsi que de son chauffeur et de ses quatre flics.

Encore sur le plateau, l’ancienne garde des Sceaux apprend la décision par ses officiers de sécurité. « Désolé, Madame, on doit rentrer, ordre d’en haut. » Rachida appelle Péchenard et obtient de garder sa 607 et ses gardes du corps pour la soirée. Mais pas plus. Le lendemain, elle rend également son portable aimablement prêté par l’Intérieur.

Pourquoi tant de haine? Tout simplement parce que le chef de l’Etat soupçonne l’ancienne ministre de la Justice de colporter, voire même d’être à l’origine des rumeurs sur la vie intime de Carlita et de Chouchou. Elle ne doit pas être la seule, mais, sur ce sujet, l’Elysée ne rigole pas.

Rachida pourra toujours se consoler en utilisant désormais le yéhicule de fonction qui lui a été attribué en tant que maire du VIle arrondissement. Evidemment, ce n’est qu’une Prius hybride, moins chic qu’une 607.