A la PAF et dans les préféctures, on aime bien les Rroms. Il ne sont pas difficiles à expulser et c’est toujours ça de gagné pour tenir les statistiques de productivité expulsatoire que leur impose Besson…

[F&D n°292 – Février 2010]

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes s’est rendu, à la mi-février, à Bucarest afin de tenter de freiner l’immigration roumaine (essentiellement des Roms) en France. À cette occasion, on a appris que de 20 à 30 000 Roms d’origine roumaine résident en France. 8 000 d’entre eux sont expulsés chaque année, bénéficiant d’un billet d’avion et de 300 euros par adulte (100 par enfant). Avec des primes allant jusqu’a 4 000 euros pour 400 d’entre eux, via l’Office français de l’immigration et de l’intégration, afin de les aider à démarrer un projet professionnel en Roumanie ! Près des deux tiers reviennent la même année. Un fichier national avec prises d’empreintes digitales devrait entrer en fonction cet été pour tenter de  freiner ces retours.