Soit Haskell raconte n’importe quoi pour se faire mousser, soit on est encore une fois en présence de questions ouvertes auquelles on ne nous répondra que « no comment ». C’est qui cet « homme bien habillé » ? Et comment peut il croire que l’on va laisser embarquer quelqu’un sans passeport dans un aéroport Post-911 ? Soit les Al-Qaïda sont de plus en plus cons – en tout cas, Abdulmutallab n’a pas l’air d’une flèche – ou alors on est encore une fois devant une grosse intox…

[Ayad Singh – Detroit Free Press Register – 26/12/2009]

Kurt et Lori Haskell, qui dirigent un cabinet d’avocats à Taylor, dans le Michigan, étaient à bord du vol NWA 253 dans lequel Umar Farouk Abdulmutallab a tenté de commettre un attentat terroriste. Ils revenaient d’un voyage safari en Ouganda et attendaient l’embarquement du vol à l’aéroport d’Amsterdam. C’est à ce moment là qu’ils ont remarqué quelque chose de bizarre qu’ils ont raconté à la chaine de télévision MLive :

Nous étions assis par terre près du comptoir d’embarquement quand nous avons vu un homme d’apparence indienne, très bien habillé, en costume cravate de marque, se rendre au comptoir. Il était accompagné d’un autre homme, habillé de manière plus ordinaire, presque misérable. Ce n’est qu’après l’attentat que j’ai reconnu cet homme comme étant Mutallab. L’indien en costard-cravate c’est adressé à l’hôtesse et lui a demandé si l’homme qui était avec lui pouvait embarquer alors qu’il n’avait pas de passeport. Il a dit à la dame : Il est du Soudan. On fait ça tout le temps.

Abdulmutallab est du Nigéria et Haskell pense que l’homme de type Indien tentait d’apitoyer l’hôtesse en le faisant passer pour un réfugié Soudanais. L’agente a renvoyé l’homme bien habillé ainsi que Abdulmutallab vers son supérieur, dans un bureau plus loin dans le hall et Haskell n’a pas revu le terroriste jusqu’à ce que celui-ci tente d’allumer une mixture explosive dans l’avion.

Le vol s’était déroulé sans encombres, on arrivait dans pas longtemps, et j’ai entendu un des steward dire qu’il sentait une odeur de brulé. Il y a eu une agitation quelques sièges devant nous et je suis allé voir. C’est là que j’ai vu les flammes, ça brulait pas mal, ça touchait le plafond au dessus du siège.

Le terroriste était tout fluet et menu, on aurait dit un adolescent. Il avait l’air complètement hébété et ne s’est pas défendu quand deux ou trois passagers lui ont sauté dessus. Ca n’a pas duré plus de 30 secondes avant qu’il soit à terre et maitrisé par les steward. Il n’y a pas eu bagarre du tout. Les mecs l’ont attrapé et l’ont traîné au fond de l’avion. Puis le pilote est venu voir et il a dit qu’on allait faire un atterrissage d’urgence. Le pilote avait l’air très nerveux.

Ce n’est que lorsque les agents du FBI, après l’atterrissage ont emmené Abdulmutallab qu’il a reconnu l’homme qui avait tenté d’embarquer sans passeport, à l’aide d’un complice, à Amsterdam. Les services de police néerlandais ont déclaré que Abdulmutallab était en possession d’un passeport valide ainsi que d’un Visa pour les Etats-unis en bonne et due forme.

Advertisements