[Article 11 – 12/12/2009]

Dans quelle sorte de société de merde est-on en train de nous précipiter ? On est en 1981 et Félix Guattari, philosophe, psychanalyste et militant, est atterré. Par le racisme ambiant d’une société repliée sur elle-même. Par les phobies intolérantes qu’il décèle chez ses congénères. Comme le constat n’a pas pris une ride, on te reproduit intégralement cette chronique.

« Contre Le Racisme à la française » : un texte de Félix Guattari

« Le passé n’est pas mort, il n’est même pas passé. (Faulkner) »

On te parlait hier (ici) des terribles constats guattariens. On te disait combien ceux-ci n’ont pas pris une ride, sur les questions d’immigration et à propos de ce racisme très franchouillard qui prend désormais ses aises en sarkozie. Mais on était un peu emmerdé de ne présenter qu’une synthèse de ses propos, forcément incomplète et tronquée. En relisant l’un des textes cités dans le billet, on s’est dit qu’il y avait matière à prolonger l’immersion guattarienne, à te proposer un texte du grand Félix dans son intégralité.

Le texte reproduit ci-dessous (grâce à l’aimable autorisation de Rémi des Prairies Ordinaires [1]) est instructif à plusieurs niveaux. Il montre que les nauséeux débats identitaires agitant notre société contemporaine ont des racines profondes, qu’en 1981 – déjà – stigmatisation des immigrés et remèdes sécuritaires à l’emporte-pièce dominaient le débat publique. Il décrit aussi par le menu ce processus médiatico-politique par lequel l’inconscient collectif en vient à considérer la figure de l’étranger ’basané’ comme dangereuse. Surtout, il te démontre par A + B, avec limpidité, l’inanité des politiques d’expulsion et d’exclusion sociale.

Paru dans le Nouvel Observateur du 4 mai 1981, soit une quinzaine de jours avant l’élection de Mitterrand, ce texte de Guattari peut être lu comme un avertissement : il est encore temps de faire demi-tour, de faire barrage à l’intolérance et au repli identitaire, semble t-il dire. On sait ce qu’il advint de ces sages préceptes. Raison de plus pour les (re)lire.


1981 – CONTRE LE RACISME À LA FRANÇAISE

Où veut-on en venir ? Dans quelle sorte de société de merde est-on en train de nous précipiter ? Le sort actuel des jeunes Maghrébins de la seconde génération est, à cet égard, exemplaire. Nés en France ou y vivant depuis leur enfance, ils sont aujourd’hui un million cinq cent mille à être pris pour cibles, non seulement par les flics en uniforme, mais aussi par les flics miniatures implantés dans la tête de tout un bon peuple en mal de sécurité. Inutile de leur mettre des étoiles jaunes, on les détecte au premier regard, au feeling. Objets de haine et de fascination, l’inconscient collectif les a relégués dans ses zones d’ombre les plus inquiétantes. Ils incarnent tous les maléfices de notre société, toutes les incertitudes de la situation présente. Alors que, dans le meilleur des cas, les travailleurs immigrés de la première génération – vous savez, ceux que l’on voit sur les chantiers avec leurs pelles, leurs marteaux piqueurs, leurs cirés jaunes et leurs gamelles – relevaient d’une sorte de « complexe de l’Oncle Tom », fait de compassion et de mépris, ces jeunes sont vécus comme une nouvelle race de fauves urbains, qui risquent de contaminer, par leur exemple, la partie la plus exposée de notre blanche et saine jeunesse. Leur vitalité provocante est subversive en tant que telle ; leur bronzage permanent est ressenti comme une provocation. Et puis, c’est énervant, on dirait qu’ils sont constamment en vacances ! Ils semblent aller et venir à leur guise. Il n’est évidemment pas question de réaliser que leur « disponibilité » apparente et, pour quelques-uns, leur délinquance résultent principalement de leur exclusion sociale, du chômage et de la nécessité, fréquente pour nombre d’entre eux, d’échapper au quadrillage territorial. Il est toujours plus facile de criminaliser les victimes et de fantasmer sur leur dos que de faire face aux réalités !

Pour exorciser un tel phénomène, pour chasser cette jeunesse de ses rues et de son imaginaire, la société française a recours à tout un éventail de rituels conjuratoires, de comportements sacrificiels et aussi de mesures discriminatoires d’ordre policier et administratif. Il y a les fantasmes de pogrom, parallèles au discours manifeste des médias. Tout haut, on parle de quotas, de « vrais problèmes », qui seraient mal posés par les élus communistes, tandis que, tout bas, on rêve de chasse à l’homme : « Il faudrait leur couper les couilles à tous ces types-là, pour qu’ils laissent enfin tranquilles nos femmes et nos filles. » Les actes « manqués » de plus en plus fréquents, les bavures policières et les exploits des tenants de l’autodéfense, comme par hasard, atteignent presque toujours des immigrés. Il y a la réalité pénitentiaire : 75 % des détenus mineurs portent un nom arabe. Et il y a la solution finale ou que l’on imagine telle : l’expulsion massive.

Sous le premier prétexte venu, les jeunes Maghrébins – plutôt les jeunes gens que les jeunes filles, qu’on espère peut-être récupérer et assimiler – sont expédiés de l’autre côté de la Méditerranée, où ils se retrouvent dans des pays qu’ils ne connaissent pratiquement pas, au sein desquels ils n’ont pas d’attaches véritables et qui, d’ailleurs, ne souhaitent nullement leur venue. Dans ces conditions, 90 % d’entre eux reviennent en France aussitôt que possible et par n’importe quel moyen. La France est leur territoire, sinon leur patrie ; ils y ont leurs amis, leur mode de vie bien particulier. Ils savent qu’un jour ou l’autre ils seront repris par la police, mis en prison et réexpulsés, mais ils n’ont pas d’autre choix.

Sans la lucidité et la détermination d’une poignée de prêtres, de pasteurs et d’anciens militants anticolonialistes, l’opinion publique aurait continué d’ignorer totalement l’existence de cette noria absurde et monstrueuse. Pour parvenir à se faire entendre, certains d’entre eux n’ont pas trouvé d’autres moyens que d’entamer une grève de la faim illimitée – c’est-à-dire jusqu’à la mort. Leur objectif, formulé par Christian Delorme [2], prêtre lyonnais, est d’obtenir l’aménagement du texte de loi actuel relatif aux immigrés, par l’adoption d’une circulaire stipulant que les jeunes nés en France ou y ayant vécu plus de la moitié de leur vie ne pourront plus désormais être expulsés. Voilà qui est clair, simple et même modeste.

Une victoire sur ce point, outre qu’elle éclairerait quelque peu l’avenir des intéressés, aurait l’immense intérêt de démontrer qu’il est possible aujourd’hui d’engager des luttes à contrecourant dans des domaines de ce genre, que rien n’est joué, que tout est encore possible. La campagne actuelle de soutien aux grévistes de la faim, pour être efficace, pour être à la mesure de son enjeu, s’efforce de trouver des moyens d’expression d’une autre nature que les formes d’action humanitaire traditionnelles. Par exemple, les signataires de l’appel contre « La France de l’apartheid » se sont déclarés prêts à lutter contre les expulsions, y compris par des moyens illégaux. Il ne s’agit donc pas seulement de s’attendrir sur le sort des immigrés, il s’agit de changer un mode de ségrégation raciale profondément ancré dans la subjectivité collective. La nouvelle guerre coloniale interne qui est en train de saisir de l’intérieur les anciennes puissances impérialistes (en Angleterre, en France, en Belgique…) ne concerne pas uniquement un problème sectoriel ; il en va de l’avenir de l’ensemble des luttes sociales dans ces pays. Il est clair qu’on ne laissera pas impunément le nouveau type de pouvoir autoritaire inauguré par Giscard d’Estaing se faire la main sur les couches les plus vulnérables de la société. Après la loi Peyrefitte [3], après la tutelle renforcée sur les médias, les universités, les administrations, c’est un renforcement systématique du contrôle social qui est programmé. On prétend faire de la France une des puissances clés du nouveau capitalisme mondial. Pour cela, il convient de soumettre, de gré ou de force, l’ensemble des populations vivant dans ce pays. Les Français doivent se vivre comme une race dominée par les nouveaux modèles capitalistes et comme une race dominante par rapport à tous ceux qui échappent à ces mêmes modèles. Ils doivent s’habituer à sacrifier leurs propres différences, la particularité de leurs goûts, la singularité de leurs désirs et, symétriquement, celle des autres. Le renouveau des luttes sociales, la redéfinition d’un authentique projet de libération sociale passent inéluctablement par une assumation totale de la multisocialité sur tous les plans et dans tous les domaines.


Ce texte est tiré de l’excellent recueil « Les Années d’hiver, 1980-1985 » publié cette année par Les Prairies Ordinaires et contenant une trentaine de chroniques du même acabit. Inutile de te dire que je t’en conseille fortement la lecture.

Publicités