En général, il est de droit naturel de se servir de sa  plume comme de sa langue, à ses périls, risques et fortune. Je connais  beaucoup de livres qui ont ennuyé, je n’en connais point qui aient fait de mal  réel. […]

Mais paraît-il parmi vous quelque livre nouveau dont les idées  choquent un peu les vôtres (supposé que vous ayez des idées), ou dont l’auteur  soit d’un parti contraire à votre faction, ou, qui pis est, dont l’auteur ne  soit d’aucun parti : alors vous criez au feu ; c’est un bruit, un scandale, un  vacarme universel dans votre petit coin de terre.

Voilà un homme abominable,  qui a imprimé que si nous n’avions point de mains, nous ne pourrions faire des  bas ni des souliers [Helvétius, De l’Esprit, I, 1] : quel blasphème!

Les  dévotes crient, les docteurs fourrés s’assemblent, les alarmes se multiplient  de collège en collège, de maison en maison ; des corps entiers sont en  mouvement et pourquoi ? pour cinq ou six pages dont il n’est plus question au  bout de trois mois.

Un livre vous déplaît-il, réfutez-le ; vous ennuie-t-il,  ne le lisez pas. »

Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, article « Liberté  d’imprimer ».