[Gregor Seither – IES News Service – 27/07/2009]
S’il y a un point sur lequel le Président Obama ne s’est pas trompé, lors de sa dernière conférence de presse, c’est bien celui là : les citoyens des Etats-unis ne font plus confiance au gouvernement fédéral. (…)

Dans les années 1930, lors de la Grande Dépression, les sondages indiquaient une grande confiance de la population dans le gouvernement et Franklin D. Roosevelt s’est appuyé sur cette confiance pour imposer les programmes du New Deal aux millieux d’affaires, pour créer la Sécurité Sociale ainsi que tout un ensemble de programmes gouvernementaux destinés à améliorer la vie des citoyens… et ce ce contre l’avis d’une bonne partie de la droite d’affaires qui hurlait au « socialisme ».

Dans les années 1950, la population a soutenu Dwight Eisenhower dans son projet de construction d’un réseau autouroutier fédéral, le Interstate Highway System – encore une fois contre l’avis des financiers qui voulaient imposer un modèle privatisé d’autoroutes payantes.

Au début des années 1960, c’est grâce à un fort soutien dans l’opinion publique que Lyndon Johnson a pu imposer au Congrès conservateur (qui hurlait encore une fois au « communisme ») la création d’un système de couverture médicale (Medicare), la mise en oeuvre d’une politique déségrégationiste et de respect des droits civiques ainsi que les autres politiques de son projet de « Great Society ».

Aujourd’hui, par contre, ce soutien a disparu.

Après la guerre du Vietnam, le scandale du Watergate, les mensonges de la guerre en Irak, la faillite retentissante des secours face à l’ouragan Katrina, le scandale des profiteurs de la crise financière, la réponse inadéquate  (pour ne citer que quelques exemples), même les plus fanatiques supporters de l’action collective ont commencé à douter de l’idée que le gouvernement est encore capable de mener à bien un projet d’envergure… comme par exemple la mise en place d’un système de couverture médicale universelle.

Selon un récent sondage mené par CBS et le New York Times, seulement une personne sur cinq estime que le gouvernement prend généralement les bonnes décisions. 3 personnes sur 5 estiment que les actions du gouvernement sont la plupart du temps inefficaces et ne répondent pas aux besoins réels de la situation. Un score aussi bas n’avait jamais été mesuré dans l’opinion, depuis que la question a été posée pour la première fois lors d’un sondage, en 1958.