Il faudra un jour qu’un théologien musulman m’explique la vision étriquée du caractère humain qui prévaut  – semble t’il – dans l’Islam (mais aussi chez les Chrétiens et les Juifs).

Ces mollahs sont ils tellement frustrés et coincés vis à vis de leur corps et de leur sexualité  que la simple vision d’une nana à la télévision les met mal à l’aise ? Si c’est le cas, ce n’est pas de la religon, c’est de la maladie mentale ?

Les « bons musulmans » sont ils tellement éloignés de la vie qu’ils ne peuvent supporter d’entendre de la musique ?

Comme le dit Mircea Eliade : Quel genre d’humanité est-ce là ? Comment croire un seul instant à un pareil dieu ? Alors que la nature bouillone de vie et plaisir, ce dieu des descendants d’Abraham (juifs, chrétiens et musulmans) est une invention imaginée par des gardiens de chèvres qui ne connaissent que le désert aride. Cruel, jaloux, colérique, psychopathe, ces nomades étriqués se sont donnés une divinité qui leur ressemble…

[Gregor Seither – IES News Service – 24/03/2009]

Un groupe influent de théologiens musulmans en Arabie Saoudite a adressé une pétition à Abdel Aziz Khoja, le nouveau ministre de l’information du royaume, lui demandant d’interdire toute représentation de femmes à la télévision, dans les journaux et les magazines.

Ces 35 autorités islamiques exigent également l’interdiction de la musique ou de spectacles de musique ou de danse à la télévision.

« Nous avons grand espoir que vous mettrez enfin en oeuvre cette réforme des médias de notre pays, déclarent les théologiens islamiques. « Le moindre observateur peut constater à quel point la perversité a envahi le Ministère de l’information et de la culture et s’étale quotidènnement à la télévision, la radio, dans la presse, dans les évènements culturels et les librairies ».

Source  :  http://news.yahoo.com/s/ap/20090322/ap_on_re_mi_ea/ml_saudi_hardline_clerics;_ylt=ApfF1bnRZTR0WRkzU.ezMdALewgF