[Le Monde – 05/02/2009]
Les opérateurs de téléphonie mobile et les associations de particuliers inquiets mettent en avant des études contradictoires sur les conséquences des champs éléctromagnétiques sur la santé de l’homme.
Les agences sanitaires : * Sur le site de l’Agence nationale des fréquences, une carte montre les implantations des 47 500 stations de radiotéléphonie utilisant du GSM 900 ou du GSM 1800, les 26 800 stations utilisant de l’UMTS et les 725 stations de base Wimax.
Une deuxième carte permet de connaitre, département par département, le niveau du champ électrique de chaque antenne-relais par rapport à la valeur limite fixée par le décret du 3 mai 2002. (…)

Le site de l’association Robins des toits (association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil) propose une série d’études et rapports sur la question des antennes de téléphonie mobile. L’association met particulièrement en avant le rapport de 600 pages publié par le Bioinitiative Working Group, et où sont établis « les preuves scientifiques définitives des dangers pour la santé de la téléphonie mobile ». « Sur le plan scientifique, il n’y a plus de débat. La toxicité de la téléphonie mobile est un fait établi », ajoutent les Robins des toits. (…)

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/02/05/des-etudes-contradictoires-sur-la-dangerosite-des-antennes-relais_1150996_651865.html