[Arrêt sur images – 19/12/2008]

Pour lui, il ne s’agissait que d’une blague de potache entre collègues. Mais aujourd’hui, l’ouvrier de Michelin qui a été licencié pour avoir critiqué son entreprise et son travail sur internet ne comprend pas ce qui lui arrive. D’autant plus que l’affaire trouve son origine sur un CV en ligne que l’intéressé…n’avait même pas rempli lui-même.

L’affaire soulève de nouvelles questions sur la maîtrise des données personnelles confiées aux réseaux sociaux.

Le 8 décembre, un salarié de l’usine Michelin de Cholet a été licencié et un autre mis à pied pour avoir critiqué leurs conditions de travail sur un site internet. Qu’est-ce qui a pu pousser l’employeur à de telles sanctions ?

Pour l’ouvrier licencié, que nous appellerons Jackie, il s’agit en fait de cette page, que l’on trouve encore en cache dans Google. Selon un représentant CGT, le « Journal du Net-Réseau » était cité nommément dans la lettre de licenciement. On peut lire, dans son parcours professionnel : Boulot de bagnard !! et encore je parle pas des lèche-culs de merdes avec qui on bosse !!! mdr. Michelin EXPLOITATEUR !!!! 😀

Journal du Net réseau, aussi appelé JDN-réseau, est un réseau social à vocation professionnelle. C’est très utile aux personnes qui cherchent du travail ou qui veulent recruter : on peut y retrouver facilement une personne par branche d’activité ou par entreprise. Il en existe d’autres comme Linkedin ou Viadeo.

Mais quelle idée est donc passée par la tête de cet employé de Michelin, pour aller écrire sur un CV en ligne qu’il fait un « boulot de bagnard » ?

En fait, ce n’est pas si simple. Cet employé n’avait aucune idée de ce qu’il faisait. Il a été pris au piège du fonctionnement du site en question et de Google. Explications.

Au départ, Jackie s’inscrit sur le site copainsdavant.com pour y retrouver des collègues de travail, « pour délirer entre nous », confie-t-il à @si.

Copainsdavant est l’un des premiers réseaux sociaux mis en place en France. L’idée de départ est de retrouver ses copains d’école maternelle ou de lycée, perdus de vue depuis 10 ans en s’inscrivant sur le site (s’ils sont inscrits aussi, bien entendu). Jusqu’en octobre 2007, le site permettait de consulter la « fiche » de ses anciens camarades inscrits, mais il fallait payer pour pouvoir les contacter. Face à la concurrence des autres réseaux et notamment Facebook, Copainsdavant est passé au tout gratuit il y a un an. Les services se sont enrichis : comme sur tout réseau social, on peut préciser à l’intention de ses amis quel sont ses goûts, ses hobbies, mais aussi son activité professionnelle.

Copainsdavant appartient au groupe Benchmark, également éditeur de L’Internaute et… du Journal du Net , à la base ce réseau social professionnel JDN-réseau, sur lequel l’on a pu lire la prose désobligeante pour Michelin.

Du « délire entre copains » au CV, une passerelle directe…

Benchmark a choisi d’établir des passerelles entre ces deux réseaux. Conséquence : quand un utilisateur de Copainsdavant indique ses informations professionnelles, celles-ci sont automatiquement transmises à JDN-réseau. Mais ce sera plus clair avec un exemple.

@si s’est inscrit sur Copainsdavant sous le nom de Jean Bleuzen. Jean Bleuzen travaille dans la même entreprise que Jackie. Pour rigoler avec ses potes et ses collègues, il donne dans le champ « détails de votre fonction » une idée plutôt négative de son travail.

Jean-Bleuzen-Michelin-Copainsdavant

Nous étions bien ici sur une page de copainsdavant, destinée à retrouver d’anciens amis et rester en contact avec d’autres. Mais dès ce moment, notre employé à Michelin a, automatiquement, sans même l’avoir demandé, un CV en ligne sur JDN-réseau, où l’on retrouve évidemment son avis sur la boîte qui l’emploie :

http://www.arretsurimages.net/media/article/s15/id1482/original.10191.plein.jpg

S’il n’est pas possible de refuser cette option « passerelle » à l’inscription (selon les constatations d’@si), il est possible par la suite d’y renoncer. En bas de sa « fiche personnelle », on peut lire « Si vous ne souhaitez pas apparaître sur JDN Réseau, cliquez ici ». Problème: si vous n’avez aucune idée de ce qu’est JDN Réseau et que vous êtes là pour trouver vos anciens amis, vous risquez fort de passer à côté, et d’emprunter la fameuse passerelle à votre insu.

Contacté par @si, l’employé licencié a expliqué avoir été conscient que d’autres personnes de Michelin étaient sur le réseau Copainsdavant, puisqu’il correspondait avec elles. Il est d’ailleurs possible que l’une d’elles ait prévenu la direction, selon lui. Mais avait-il conscience que ce qu’il avait écrit était visible aux yeux de tous ? « Non. On ne se pose même pas la question », avoue-t-il.

Contacté par @si, Benchmark confirme que remplir son profil sur Copains d’avant revient à se voir créer une fiche « JDN Réseau », « où l’on trouve exclusivement le parcours professionnel », précise Julien Barras, directeur associé. N’est-il pas anormal que l’on n’en soit pas informé lors de son inscription ? « Si on donnait tous les mécanismes du site, ce serait rébarbatif », explique-t-il. Il ajoute : « l’utilisateur reçoit des mails pour découvrir les services et lui indiquer la façon de procéder », avant de concéder : « C’est quelque chose qu’on peut améliorer ».

La CGT a saisi le Conseil des Prud’hommes. Elle demandera la réintégration de la personne licenciée ainsi que l’annulation de la mise à pied. Le syndicat revendique le droit à la liberté d’expression des salariés. De son côté, Michelin évoque une « obligation de loyauté » envers l’entreprise.

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1482