[MonPuteaux – Christophe Grébert – jeudi 20 novembre 2008]
Je reviens du Tribunal de Paris, où la 17e chambre correctionnelle a décidé de clore le dernier dossier « Mairie de Puteaux contre MonPuteaux.com ». Les parties civiles – les élus UMP du conseil municipal de Puteaux, dont Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud – se sont en effet toutes désistées !

DES ELUS « RACAILLES »
A l’origine de cette dernière plainte, une déclaration faite par moi en avril 2007 : à la sortie de la cour d’appel de Versailles, qui venait de confirmer la condamnation de Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud pour m’avoir diffamé, j’avais déclaré que ce nouveau jugement était un avertissement pour tous les élus « racailles » qui ne respectent pas la loi. Cela faisait référence aux propos tenus à la même époque par Nicolas Sarkozy sur les jeunes des banlieues. Joëlle Ceccaldi-Raynaud se sentant visée avait porté plainte pour diffamation, en associant à la procédure l’ensemble des élus de la majorité, dont Charles Ceccaldi-Raynaud. Au total, il y avait 37 parties civiles dans cette affaire, chaque membre UMP du conseil municipal de Puteaux.

Or, en septembre dernier, 35 des parties civiles, dont Joëlle Ceccaldi-Raynaud, font savoir qu’elles se désistent. Charles Ceccaldi-Raynaud fait exception. A l’audience relais, son avocat explique qu’il n’arrive pas à le joindre. En réalité, Charles Ceccaldi-Raynaud a écrit un courrier à Maitre Jean-Marc Fédida dans lequel il affirme ne s’être jamais associé à cette plainte. Le tribunal a considéré cet après-midi qu’il s’agissait d’un désistement. Plus de partie civile, plus de procès : l’action s’éteint !
CHARLES CECCALDI-RAYNAUD SOUPCONNÉ DE SÉNILITÉ PAR L’AVOCAT DE SA FILLE
Reste la lettre de Charles Ceccaldi-Raynaud. Si ce qu’il dit est vrai, l’ensemble de la procédure n’était-elle pas invalide ? Ma mise en examen était-elle légale ? A l’audience cet après-midi, l’avocat du maire de Puteaux a mis en doute la parole de Charles Ceccaldi-Raynaud : « C’est un monsieur très âgé. Il ne se rappelle plus ce qu’il a signé. D’ailleurs, sa lettre est pratiquement illisible ».

« Cette affaire n’a que trop durée », a déclaré la présidente de la 17e chambre correctionnelle, qui en a visiblement assez des plaintes de la mairie Puteaux et de sa guerre familiale ! Elle referme le dossier avec soulagement. « Affaire suivante ! ».

Après plus de 4 ans de procédures judiciaires à répétition, c’était la dernière affaire m’opposant au député-maire UMP de notre ville. J’ai gagné tous les procès. Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a dépensé plus de 100.000 euros -prélevés sur le budget municipal- pour m’attaquer, les a tous perdus. Les campagnes de diffamation lancées contre moi ont échoué. La liberté d’expression a eu le dernier mot. Mon combat pour l’alternance à Puteaux se poursuit.

http://www.monputeaux.com/2008/11/fin-des-procs-e.html