[Frederic Rolllin – 09/09/2008]

Après avoir lu les différents points de vue sur la question du fichier Edvige (et de sa cousine Cristina), j’ai eu du mal à me faire opinion precise sur le contenu de ces fichiers, ou plus exactement, sur les modifications qu’ils emportaient par rapport aux versions précédentes de ce qu’il était convenu d’appeler le « fichier des RG ».

Considérant qu’il était de la vocation originelle de ce blog d’essayer d’apporter quelques éclairages sinon dépassionnés, du moins plus structurés sur les questions d’actualité comprenant des aspects juridiques, j’ai essayé de reprendre les choses à la base. Et la présente note est le compte-rendu de cette recherche. Il ne faut donc pas essayer d’y retrouver un argumentaire cohérent en faveur d’une thèse ou d’une autre.

L’histoire, me semble-t-il, ne commence pas en 2008, avec l’adoption du décret précédé de l’avis de la CNIL et de l’avis sans doute largement favorable du Conseil d’Etat. Elle débute en réalité en 2002.

Il se produit en effet ici une conjonction de deux évènements : la volonté des services spéciaux, après les attentats du 11 septembre, d’obtenir les coudées plus franches dans la collecte et le recoupement du renseignement, et la nécessité de transposer dans notre droit interne la directive communautaire 95/46 CE du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l’égard des traitements de données à caractère personnel.

Et cette conjonction conduira, comme souvent, à un tour de passe passe visant à faire endosser par une supposée initiative communautaire ce qui est en réalité une initiative purement nationale.

http://frederic-rolin.blogspirit.com/archive/2008/09/09/fichier-edvige-un-pas-de-plus-vers-la-soft-dictature.html