[20Minutes.fr, éditions du 08/09/2008]
Edvige, le fichier qui fait oublier tous les autres? L’acronyme (Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale), devenu célèbre en quelques semaines, vient pourtant seulement compléter la liste des nombreux fichiers de police et de gendarmerie préexistants en France. François Fillon l’a souligné lui-même ce lundi: «Tous les responsables politiques, en particulier de gauche, qui s’expriment aujourd’hui, on ne les a jamais entendus lorsqu’il s’agissait du fichier des Renseignements généraux (RG), qui était beaucoup moins encadré que ne l’est aujourd’hui celui que nous mettons en place» a-t-il insisté.

C’est de la fusion entre les fichiers des RG et ceux de la Direction de la surveillance du territoire (DST) en juin dernier que sont nés Edvige mais aussi Cristina (Centralisation du renseignement intérieur pour la sécurité du territoire et les intérêts nationaux).

Comme le font remarquer plusieurs associations, cette «demi-soeur cachée d’Edvige» fait moins parler d’elle, à tort. Ce fichier anti-terrorisme étant classé secret-défense, impossible de connaître en détail les renseignements qu’il contiendra précisément. Le décret portant création du nouveau FBI à la française (Direction centrale du renseignement intérieur) précise seulement qu’«elle contribue à la surveillance des communications électroniques et radioélectriques susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’Etat».

Recours devant le conseil d’Etat contre Cristina

Selon une source proche du dossier, Cristina recense des données «rigoureusement identiques» à celles contenues dans Edvige et ne diffère que par ses «finalités» de contre-terrorisme et contre-espionnage. Un collectif d’associations a ainsi déposé le 29 août un recours devant le Conseil d’Etat afin de demander l’annulation de ce fichier. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) avait émis un «avis favorable avec réserves».

Outre Edvige et Cristina, les services de police et de gendarmerie comptent plus d’une trentaine de fichiers de renseignements, recensés dans une étude de l’Observatoire national de la délinquance en 2006. Parmi eux, on compte notamment le Stic (système de traitement des infractions constatées), créé en 1985 et qui regroupe 4,7 millions de fiches sur des auteurs d’infractions, mais aussi des victimes et des témoins, majeurs ou mineurs. Ce fichier est en train de fusionner avec Judex, également créé en 1985 au niveau de la gendarmerie, pour donner naissance à nouvel acronyme féminin, Ariane (Application de rapprochement, d’identification et d’analyse pour les enquêteurs). Le fichier sera géré par le logiciel… Ardoise, dont les critères discriminatoires avaient dû être retirés par le ministère de l’Intérieur en avril dernier à la suite d’une autre polémique.

http://www.20minutes.fr/article/250354/France-Edvige-le-fichier-qui-cache-la-foret.php